Concours de la FPT - Directeur de la protection judiciaire de la jeunesse

Carrières Publiques : Préparations aux concours de la fonction publique
Accueil > S'informer > Concours > Liste des concours > Directeur de la protection judiciaire de la jeunesse

Directeur de la protection judiciaire de la jeunesse

Fonction Publique d'EtatFonction Publique d'Etat
Filière(s) : Socio-éducative
Type de concours : externe
Cadre d'emploi : A

Imprimer
envoyer à un ami
ajouter à ma séléction

Le cadre d'emplois des Directeurs de la protection judiciaire de la jeunesse

Le système français de protection de la jeunesse repose sur deux dispositifs publics :
l'un administratif joue un rôle de prévention ; l'autre judiciaire est déclenché après constatation par un juge d'un état de danger ou de délinquance.
Lorsque le système préventif ne suffit plus pour protéger le mineur, le juge des enfants intervient en liaison avec les services éducatifs de la Protection Judiciaire de la jeunesse (PJJ), auxquels le jeune peut être confié. Le service éducatif le prend alors en charge.
Trois catégories de jeunes peuvent être pris en charge : les mineurs délinquants, les mineurs en danger et les jeunes majeurs.
Lorsqu'un mineur est en danger, le juge des enfants intervient en assistance éducative, en donnant priorité au maintien du mineur dans son milieu naturel.
Lorsqu'un mineur commet une infraction, il peut soit ordonner des mesures éducatives, soit prononcer des peines mais atténuées.
En application des décisions du juge, le secteur public (c'est-à-dire la PJJ) ou le secteur associatif habilité par l'État mènent deux actions complémentaires : la prise en charge des mineurs délinquants et la protection des mineurs délinquants et la protection des mineurs ou jeunes majeurs en danger moral ou physique.

Les Directeurs de la protection judiciaire de la jeunesse, qui appartiennent à la catégorie A de la Fonction publique, exercent leurs fonctions dans les établissements ou services éducatifs du secteur public (foyers et centres d'action éducative, centres d'accueil de jour, centres éducatifs fermés ou renforcés, centres de placement immédiat, centres de jour, services éducatifs auprès des tribunaux pour enfants).
Ils dirigent des équipes pluridisciplinaires (chefs de services éducatifs, éducateurs, psychologues, professeurs techniques, agents techniques d'éducation...) et mettent en oeuvre un projet de service.
Ils ont un rôle d'animation pédagogique et technique.
Vis-à-vis des jeunes et de leur famille, ils sont garants de la loi et des règles, des droits et des devoirs, de la sécurité de chacun.
Vis-à-vis des magistrats, ils sont garants de la prise en charge des mesures ; à ce titre ils rencontrent régulièrement les magistrats sur les objectifs et l'activité de son service.
Ils représentent aussi leur service vis-à-vis des partenaires extérieurs.
Ils sont enfin chargés de la fonction administrative et de gestion : ils préparent le budget du service et l'exécutent.
S'ils sont principalement chargés de la direction pédagogique et administrative des établissements et services du secteur public accueillant ces jeunes, ils peuvent également exercer leurs fonctions dans les différents services centraux et déconcentrés de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, de même qu'ils peuvent assurer des responsabilités dans les organismes de formation de la protection judiciaire de la jeunesse des fonctions de direction, d'enseignement ou de conseil pédagogique.

Les conditions de participation au concours

Les Directeurs de la Protection judiciaire de la jeunesse sont recrutés par la voie d'un concours externe, par la voie d'un concours interne et par la voie d'un concours " troisième voie ".
Le concours externe est ouvert aux candidats titulaires d'une licence ou d'un diplôme reconnu équivalent et remplissant les conditions générales d'accès aux emplois publics.

Le dossier de candidature

Vous pouvez vous inscrire au concours :
- soit par téléprocédure sur le site Internet de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse (www.justice.gouv.fr)
- soit en demandant un dossier d'admission à concourir auprès de l'une des neuf directions régionales dont dépend votre domicile.
Une session annuelle est généralement organisée.
Les registres d'inscription sont généralement ouverts en juin pour des épreuves d'admissibilité prévues en octobre, d'admission au début de l'année suivante et une entrée en formation au printemps.
Le corps comprend un peu plus de 500 fonctionnaires et trente à quarante postes sont mis au concours en moyenne chaque année.

À l'issue du concours

À l'issue du concours, les lauréats sont nommés directeurs stagiaires et suivent une formation rémunérée d'une durée de deux ans.
Cette formation est fondée sur la personnalisation du cursus de formation ; elle comprend des sessions théoriques du Centre national de Formation et d'Études de la Protection judiciaire de la Jeunesse qui est situé à Vaucresson en région parisienne et des stages pratiques auprès de directeurs en exercice.
Au début de leur période de formation, les directeurs stagiaires issus du concours externe signent un engagement de servir l'État pendant une durée minimale de sept ans à compter de leur nomination en qualité de stagiaire.
Un directeur de la PJJ en début de carrière perçoit environ 1 913 euros bruts mensuels.

Les évolutions possibles de carrière

Les directeurs de la PJJ peuvent être promus au grade de directeur hors classe, par voie d'inscription sur un tableau annuel d'avancement établi après avis de la commission administrative paritaire.

Ils peuvent également devenir Directeur sous statut d'emploi et exercer des responsabilités de directeur départemental voire de directeur régional de la PJJ.

En conclusion, le métier de Directeur de la PJJ, qui est un métier exigeant et difficile mais passionnant, exige une grande disponibilité, de grandes capacités managériales, de solides connaissances juridiques et gestionnaires, le sens des relations humaines et de la gestion des conflits.

  • Deux épreuves écrites d'admissibilité

- une composition faisant appel à des connaissances générales relatives à des faits sociaux contemporains d'une durée de trois heures et coefficient 2 ;

- une note de synthèse établie à partir d'un ou plusieurs documents remis aux candidats d'une durée de trois heures et coefficient 2.

  • Deux épreuves orales d'admission

- Une discussion d'une durée de 30 minutes avec le jury ayant pour point de départ la présentation par le candidat en 10 minutes de son parcours personnel, tel que décrit dans un document qu'il aura remis au moment de la première épreuve d'admissibilité. Cette épreuve est coefficient 2. À noter que le jury peut s'appuyer, pour interroger les candidats, sur le programme des différentes épreuves du concours ;

- un exposé d'une durée de 15 minutes suivi d'une discussion avec le jury d'une durée de 45 minutes à partir de l'étude d'un cas concret ou d'une situation institutionnelle concernant le domaine éducatif ou les missions et le fonctionnement du service public de la protection judiciaire de la jeunesse et donnant lieu à des propositions d'action. Cette épreuve est coefficient 3.
Les candidats ont droit à une heure de préparation.

Toute note inférieure à 6 sur 20 à l'une des épreuves d'admissibilité ou d'admission de chacun des trois concours est éliminatoire.

Aucune date connue

Sur votre agenda

 

Publicité

 

Mise en avant CAP V2

 

Annales téléchargeables