Concours de la FPT - Masseur-kinésithérapeute

Carrières Publiques : Préparations aux concours de la fonction publique

Masseur-kinésithérapeute

Fonction Publique HospitalièreFonction Publique Hospitalière
Filière(s) : Médico-technique
Type de concours : sur titres
Cadre d'emploi : A

Imprimer
envoyer à un ami
ajouter à ma séléction

La fonction et le cadre d'emplois des masseurs-kinésithérapeutes

Il effectue, dans un but thérapeutique ou hygiénique, sur prescription médicale, des actes de rééducation fonctionnelle pour récupérer les capacités motrices des muscles, d'une articulation ou d'une fonction physique. Il pratique les massages, la gymnastique médicale, la rééducation fonctionnelle et motrice, la relaxation. Dans le cadre hospitalier, il participe à la prévention par des conseils d'hygiène et de postures. Il est de plus en plus amené à utiliser des appareillages de rééducation ou des appareils électriques. L'exercice de la profession nécessite un diplôme d'Etat. Dans le milieu sportif, il intervient en prévention et de manière curative pour traiter les traumatismes de l'effort sans prescription Il peut être associé à des actions d'encadrement et de dépistage.

Qualités requises

La manipulation des patients, les actes de rééducation et les massages exigeant souvent des efforts importants. Le masseur-kinésithérapeute doit avoir une bonne constitution physique, une grande habileté manuelle et la capacité de supporter la station debout ainsi que les efforts prolongés. La profession est interdite au porteur d'un certain nombre de maladie. Le contact humain et la patience sont également indispensable pour aider les patients à supporter les contraintes et obtenir son adhésion au processus thérapeutique.

Secteurs d'activité

La majorité des masseur-kinésithérapeutes exerce à titre libéral. La profession a atteint depuis une dizaine d'année un seuil de saturation avec près de 40 000 praticiens et une forte augmentation des jeunes diplômés. Le recrutement dans les établissements hospitaliers publics et privés est très faible avec environ 8 % des professionnels.

Formation

Le diplôme d'État se prépare dans des écoles publiques au privées, agréées par le ministère des Affaires sociales. L'admission se fait par concours. La sélection est très sévère et seul 5 % des candidats sont admis.
Pour se présenter au concours il faut avoir au moins 17 ans, être titulaire du baccalauréat ou titre équivalent. Depuis quelques années, la validation des acquis de 5 années d'expérience professionnelle est admise. On observe une proportion de plus en plus forte d'étudiant se présentant à l'examen d'entrée avec une formation universitaire bac + 2 dans les secteurs de la santé, social, ou médecine. Compte tenu de la sélectivité de l'examen, certaines université et écoles privées proposent des préparations spécifiques payantes.
Il est possible de se présenter à l'examen de plusieurs écoles la même année. En général, les sessions des concours ont lieu en mai. La moyenne minimum de 10 sur 20 est nécessaire, la note zéro à une épreuve est éliminatoire.
Après la réussite du concours d'entrée, l'admission est subordonnée à la production d'un certificat médical attestant q'aucune affection d'ordre physique, psychopathologique n'est contraire à l'exercice de la profession. L'admission n'est valable que pour la rentrée qui suit.

La scolarité dure 3 ans (3 cycles d'une année avec passage à l'année supérieur par contrôle continu et unité de valeur) à temps plein réparti entre des stages hospitaliers obligatoires et des cours théoriques et pratiques.
Les matières enseignées sont : l'anatomie, la morphologie et la physiologie, la cinésiologie, la technologie, la pathologie, les techniques spécialisées et la législation en rééducation.
Un certain nombre de dispenses peuvent être accordées aux titulaires du diplôme d'État de sage-femme, d'infirmier, de pédicure, d'ergothérapeute ou de psychomotricien et aux personnes ayant validé le 1er cycle des études de médecine.

Il existe une école spécialisée pour les candidats non-voyants accessible sans concours d'entrés :

- École de rééducation pour les jeunes aveugles et déficients de la vue, 20, rue Valentin-Haüy, BP 1005, 69613 Villeurbanne Cedex, Tél. 78 84 74 71 (internat filles-garçons).
- École de l'Association Valentin-Haüy, 5, rue Duroc, 75007 Paris, Tél. (1) 47 34 07 90 (internat filles-garçons)
- APSAH - École de masso-kinésithérapie du centre d'adaptation professionnelle de l'association pour la promotion sociale des aveugles et autres handicaps, 68 bis, rue du Pont-Saint-Martial, 87000 Limoges, Tél. 55 33 10 10
- École de massage du centre général d'orientation et de rééducation des aveugles, 24-26, boulevard Chastenet-de-Géry, 94800 Villejuif, Tél. (1) 46 78 01 00.

Le diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute permet certaines dispenses :

- admission en UFR de médecine,
- avec la réussite de l'examen de passage en 2ème année, dispense de la 1ère année d'études de pédicure, d'infirmier ou d'ergothérapeute.
- sous certaines conditions, dispense de la 1ère année d'études de psychomotricien et de manipulateur d'électroradiologie.
- réduction de 6 mois pour le diplôme d'État d'éducateur de jeunes enfants.

Formations complémentaires accessibles avec le diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute :

- Maîtrise de sciences et techniques " Gestion des organisations sanitaires et sociales " Paris IX, option gestion hospitalière. Institut d'enseignement supérieur de cadres hospitaliers (IESCH), 47, boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris Cedex 13, Tél. (1) 45 70 32 91. Accès à des fonctions de surveillant général de service hospitalier ou des postes d'encadrement.

- Certificat de moniteur cadre de masso-kinésithérapie : enseignement de la kinésithérapie dans une école et contrôle de son application en service hospitalier. Ecole de cadres de kinésithérapie, faculté de médecine, CHU clinique Saint-Éloi, 34059 Montpellier, Tél. 67 33 70 58. École de cadres de kinésithérapie de Bois-Laris, BP 12 60260 Lamorlaye, Tél. 44 21 46 45. École de cadres de kinésithérapie de Paris, Croix-Rouge française, 9, rue de Berri, 75008 Paris, Tél. (1) 43 59 92 97.

Recrutement et évolution de carrière

Les masseurs-kinésithérapeutes sont recrutés par concours sur titres ouvert dans chaque établissement organisé par les directions départementales de l'action sanitaire et sociale (DDASS).

La titularisation a lieu après une année de stage.

Le corps des masseurs-kinésithérapeutes comprend :

- masseur-kinésithérapeute de classe normale comptant 8 échelons :
o 1 an au 1er échelon
o 2 ans au 2ème échelon
o 3 ans au 2ème échelon
o 4 ans dans les 4ème , 5ème et 6ème échelons

- masseur-kinésithérapeute de classe supérieure comptant 5 échelons :
o le passage à l'échelon supérieur est de 3 ans dans les 3 premiers échelons et 4 ans pour le 4ème échelon

- masseur-kinésithérapeute surveillant des services médicaux comptant 7 échelons. Le passage à l'échelon supérieur est de :
o 1 an dans le 1er échelon
o 2 ans dans les 2ème et 3ème échelons
o 3 ans dans les 4ème, 5 ème et 6 ème échelons.

Les masseur-kinésithérapeutes surveillants-chefs ayant exercé pendant au moins 2 ans des fonctions de moniteur (cadre enseignant) peuvent exercer des fonctions de directeur d'école paramédicale après un concours sur épreuves.

Adresses utiles

ANFH, Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier, 265, rue de Charenton, 75012 Paris, Tél. (1) 43 42 34 34, minitel 3614 code ANFH.

Les masseurs-kinésithérapeutes sont recrutés par concours sur titres ouvert dans chaque établissement organisé par les directions départementales de l'action sanitaire et sociale (DDASS).

Aucune date connue

Sur votre agenda

 

Publicité

 

Mise en avant CAP V2

 

Annales téléchargeables