Actualité

5 conseils clés pour réussir toutes les épreuves de l’examen professionnel d’attaché principal territorial

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Les prochaines épreuves de l’examen professionnel d’attaché principal territorial commencent au mois d’avril 2019. L’examen professionnel d’attaché principal territorial est toujours très prisé par les cadres administratifs souhaitant gagner en responsabilité professionnelle. Mais avec un taux de réussite qui dépasse rarement les 18% ces dernières années,  mieux vaut mettre toutes ses chances de côté. Point sur…

Épreuve de note avec solutions : Le « Jour J »… allez au cœur du sujet

Pour être admissible à l’oral de l’examen professionnel d’attaché principal territorial (catégorie A – filière administrative), une seule épreuve à réussir, en l’occurrence, une note avec propositions à partir d’un dossier (Durée : 4 heures. Coefficient : 1). Selon le libellé officiel, l’épreuve consiste en la « rédaction d’une note à partir d’un dossier de mise en situation professionnelle, ayant pour objet de vérifier l’aptitude du candidat à l’analyse et la capacité à proposer des solutions opérationnelles argumentées ». La note opérationnelle doit déboucher sur une aide à la décision, une proposition, un plan d'action. Elle demande de la part du rédacteur des propositions ou orientations. (cf. préparation Carrières Publiques)

L’épreuve ne comporte pas de programme réglementaire mais demande des connaissances très précises des collectivités territoriales (régions, départements, communes et leurs établissements). Professionnelle, cette épreuve doit permettre aux correcteurs de vérifier les savoirs et savoir-faire attendus par les recruteurs d’attachés principaux.

Le Jour J… Ne laissez rien au hasard. Lisez (et relisez) le sujet. Chaque mot qui le compose a son importance. Il serait contreproductif de se précipiter à écrire avant d’avoir compris ce qui est demandé et ce qu’attend le jury. Votre écrit doit viser d’abord à informer rapidement et efficacement l’autorité hiérarchique, sur les problématiques essentielles du sujet posé. Ensuite, il s’inscrit dans un processus de prise de décision.

La note comporte ainsi deux parties distinctes :

  • une première partie, rédigée à l’aide des éléments du dossier exclusivement, qui informe le destinataire sur les problématiques essentielles du sujet (cadre juridique, financier, ressources humaines, orientations politiques, expériences éclairantes conduites par différentes collectivités territoriales…)
  • et une seconde partie qui présente des propositions opérationnelles pertinentes sur de multiples aspects (financiers, techniques, juridiques, organisationnels, managériaux : relation à l’élu, capacité à exprimer le choix de manière claire, capacité à la conduite du changement, sensibilisation à la relation aux usagers). Vous devez alors sortir du dossier et mobiliser vos acquis pour rédiger des propositions.


Vous serez admissible si vous démontrez que vous êtes capable d’analyser une situation, de prendre de la hauteur par rapport au problème posé et de proposer des solutions opérationnelles. Pour cela, il vous faut aller au cœur du sujet, et laisser de côté tous les détails superflus et autres digressions « périphériques ».

Gardez en tête les 5 points essentiels pour rendre la meilleure des copies

En reprenant les rapports de jury des dernières sessions de l’examen professionnel d’attaché principal territorial (ex. rapport CDG 35 – 2015), 5 points sont essentiels à avoir en tête pour faire de votre copie, une très bonne copie :

  • Rendre un travail achevé et rédigé dans un style clair sans faute d’orthographe. Sans ce premier point, pas de bonne note possible. Et cela quelle que soit la qualité du reste ;
  • Veiller à la forme rédactionnelle de présentation de la note (timbre, destinataire, objet…) en maîtrisant le vocabulaire spécifique. Une introduction faible (sans définition, sans les enjeux) donne mauvaise impression aux correcteurs et conduit généralement, à une mauvaise note ;
  • Ensuite, traiter le sujet en se situant dans une démarche d’aide à la décision voire de mise en œuvre de projet. Les très bonnes copies sont celles qui développent des propositions pragmatiques, opérationnelles très concrètes (ex. en développant le rôle et l’impact sur les services et les objectifs de la structure concernée par le sujet) ;
  • Structurer des réponses  argumentées de façon synthétique sur les avantages et inconvénients des solutions proposées. Vous témoignerez ainsi de votre capacité à avoir une approche précise et concrète du sujet ;
  • Et, enfin, apporter un contenu de qualité.


Cette première épreuve achevée, prenez une semaine de relâche et remettez-vous au travail… Comme si le passage de l’entretien avec le jury était obligé.

A l’oral : Démontrez que vous êtes apte à occuper un poste stratégique à responsabilité

Ultime épreuve de l’examen professionnel d’attaché principal territorial, l’entretien avec le jury a pour point de départ « un exposé du candidat sur son expérience professionnelle ». L’entretien vise : « à apprécier les aptitudes de l’intéressé, en particulier en matière d’encadrement, ses connaissances administratives générales, notamment sur le fonctionnement et les activités des collectivités territoriales, ainsi que sa motivation à exercer les fonctions généralement assumées par les attachés territoriaux principaux » (Durée : 20 minutes dont 5 minutes au plus d’exposé - Coefficient 1).

Cette épreuve orale n’est « ni une répétition du concours d’attaché territorial, ni un « brouillon » du concours d’administrateur territorial ». Le libellé de cette épreuve ne doit pas vous égarer : ce n’est pas une conversation « à bâtons rompus » avec un jury, mais une épreuve qui repose, après un exposé de 5 minutes sur votre expérience professionnelle, sur des questions du jury destinées à apprécier vos aptitudes à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois d’attaché principal territorial.

Lors des dernières sessions, les notes s’échelonnaient de 3 à 20/20. Le jury va juger de vos qualités à occuper un poste stratégique à responsabilité (ex. directeur général des services, directeur adjoint…), nécessitant des prises de position claires tant dans la gestion d’une équipe que dans la relation à l’élu. La dimension politique du poste est également à intégrer.

Préparez un exposé thématique de 5 minutes sur votre expérience professionnelle

Le jury d’entretien évalue moins votre parcours que votre manière de le présenter. En pratique, préparez donc minutieusement votre exposé. Votre objectif durant cet oral est de démontrer que vous avez les compétences nécessaires à l’exercice des missions envisagées. Votre présentation doit être structurée de manière thématique (et non chronologique) afin de mettre davantage en valeur votre expérience et démontrer votre capacité d’analyse et de synthèse. Vous pouvez réaliser une fiche récapitulative de votre présentation que vous pourrez consulter en attendant d’entrer dans la salle d’examen.

Attention, cependant trop linéaire, trop formatée, votre présentation vous desservirait. Il ne faut pas la réciter par cœur devant le jury ; veillez à rester naturel et spontané. Entraînez-vous à haute voix et répéter devant vos proches ou vos collègues.

Au-delà de votre motivation, mettez en avant vos qualités humaines et intellectuelles

A vous de savoir valoriser, au service d’un projet professionnel, les compétences que vous avez acquises. Le jury cherche à retenir des candidats aptes à se projeter dans des fonctions d’encadrement d’équipes, en mode hiérarchique ou en mode projet, notamment au travers de certaines mises en situation professionnelles.

Dans la même logique, l’appréciation de la motivation résultera de votre capacité à convaincre le jury, tant par vos réponses que par votre positionnement tout au long de l’épreuve.

Pour arriver fin prêt le jour de l’oral, anticipez ses questions en mettant à jour vos connaissances et en étant curieux. Sortez de votre domaine de compétences, de votre collectivité et de votre territoire. Ne restez pas autocentré sur vos pratiques. Faites-vous des fiches thématiques, lisez la presse spécialisée (ex. Gazette des communes) et nationale (ex. Les échos, Le Monde). Rappelez-vous que le monde territorial est en profonde mutation et que l’absence de veille juridique quotidienne sur les réformes en cours est un vrai frein à la prise de recul nécessaire pour occuper un futur poste d’encadrement supérieur.

A une question impliquant une prise de position de votre part, il n’existe pas une unique « bonne réponse ». Le jury apprécie un candidat capable de donner, non une position officielle mais, son opinion personnelle, dès lors qu’elle est étayée et que, dans son raisonnement, elle est nuancée. Il est indispensable de faire allusion aux arguments contraires en les mettant en perspective (« ce qui semble en contradiction avec…» ou « mais d’autres soutiennent que… »).

Mais surtout, au-delà de vos connaissances et de votre motivation, à vous de démontrer au jury que vous avez les aptitudes et qualités indispensables pour devenir un attaché territorial principal. Par des réponses démontrant votre capacité de projection, à satisfaire au mieux les attentes des décideurs, les agents que vous encadrerez, et les usagers du service public, vous montrerez que vous êtes un attaché principal rompu au management des hommes mais aussi des projets, apte à prendre des responsabilités d’un niveau supérieur.

L’attaché territorial principal d’aujourd’hui, ne doit pas se contenter d’assurer la gestion des activités de son service. Il doit également préparer l’avenir et anticiper les mutations territoriales. Il doit être en capacité de conduire le changement, d’organiser les réflexions permettant de susciter le développement ou l’adaptation des missions, d’innover, posséder une aisance relationnelle, un sens de la négociation, une capacité de dialogue, de véhiculer une image positive de la collectivité et de développer puis d’entretenir un réseau de partenaires. A vous de le démontrer durant l’épreuve.

Ces conseils en poche, vous saurez mieux gérer le stress inhérent à ce type d’épreuve. Une autre qualité que le jury appréciera. A la clé ? L’admission à l’examen d’attaché territorial principal !   

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×