Actualité

5 points clés pour bien se préparer aux épreuves de QCM et QRC

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

QCM et questions à réponses courtes, sont des épreuves de plus en plus fréquentes aux concours. Pour autant, ce type d’exercice n’est pas si courant dans un parcours scolaire ou professionnel. Impossible donc d’improviser. Voici 5 conseils pour bien en comprendre les enjeux, maitriser la méthodologie, bien s’entraîner et arriver serein, le jour J.

1. Connaître ses forces et ses faiblesses, avant de se lancer

Faciles à corriger, sans aucune subjectivité, les questions à choix multiples ou à réponses courtes permettent de faire une sélection parmi les nombreux candidats et mesurer des connaissances - qui peuvent être pointues - dans un temps limité.

On trouve aujourd’hui des épreuves de QCM et QRC dans tous les niveaux de concours, sur tous les thèmes (ou presque) et sur toutes les formes : des QCM avec proposition de réponses et une seule réponse juste qui font appel à la mémoire et des connaissances ; les QCM avec proposition de choix - vrai/faux ou oui/non – qui font demander un travail de réflexion et de rapidité ou encore, des QCM associant les différentes possibilités, plus complexes, qui font appel surtout, à la vigilance.

Ce type d’épreuve permet aussi de vérifier la prise d’informations et l’analyse de celles-ci, sous la forme de courtes questions, et, éventuellement, la production d’un écrit (souvent moins de 50 lignes) en rapport avec la problématique posée. En pratique, à partir d'un texte d'ordre général, les candidats doivent répondre à des questions sur la compréhension du texte et de question d’explication d’une ou plusieurs expressions figurant dans le texte.  Les questions sont donc destinées à s’assurer que le texte a bien été compris et vérifier l’aptitude des candidats à en retranscrire et ordonner les idées principales.

L’épreuve dure entre 1H30 et 2H30. Mais dans tous les cas, les questionnaires font référence à des connaissances de base que vous devez obligatoirement maîtriser.

Par exemple, en catégorie C (fonctions d’exécution - niveau DNB), on trouve des QCM dans le domaine de la culture générale ou du contrôle de connaissances pour les concours d’ATSEM, de gardiens de la paix, d’adjoint d’animation (mettre lien vers prépa)…  

Les questions le plus souvent posées : « Présentez la thèse de l’auteur ; Quel est le point de vue de l’auteur ? ; Dégagez les idées essentielles du texte ; Relevez les arguments utilisés ; Proposez un titre ; Justifiez le titre choisi ; Expliquez les expressions suivantes ; Donnez des mots dérivés de ; Donnez un ou deux synonymes… ».

Les types de texte à étudier sont très variés : il peut s’agir des textes informatifs, argumentatifs, le plus souvent issus d'articles récents de journaux traitant de sujets d’actualité mais il peut aussi être demandé aux candidats d’étudier des textes littéraires. 

L’épreuve de QRC (questions à réponse courte) est présente dans les concours de catégories A et B (ex. concours externe d’Éducateur territorial des APS, d’accès aux IRA). L’épreuve consiste en une série de trois à six questions en général, auxquelles le candidat doit répondre en trois ou quatre heures et en une vingtaine de lignes par réponse.

Avant de vous lancer, commencer par faire le point sur vos forces et vos faiblesses (ex. en orthographe et en vocabulaire).

2. Réviser, être curieux, lire régulièrement et travailler sa culture administrative…

Pour arriver bien préparé, vous l’avez compris, vous allez devoir, en premier lieu, réviser et approfondir un certain nombre de connaissances. Les ouvrages thématiques seront des outils indispensables pour vous permettre de vous (re)mettre en tête les apports théoriques fondamentaux.

Ensuite, tout au long de la préparation, lisez régulièrement.

Pour bien appréhender les QCM des concours de catégorie C, lisez les auteurs étudiés au collège et au lycée, les livres marquants pour vous, découvrez les auteurs contemporains, mais surtout, la presse : quotidiens (Le Monde, Les Echos, etc.), et magazines d'actualité (ex. Le Moniteur pour les concours des filières techniques, La Lettre du cadre territorial, La gazette des communes pour les concours de la FPT). Soyez particulièrement attentif au domaine du concours préparé (ex. sécuritaire pour le concours de gardien de la paix, de l’éducation/enfance pour celui d’ATSEM,…).

Ce temps pris à lire vous en fera gagner au concours, plus vous lirez, plus vous lirez vite. La lecture régulière permet aussi de travailler la qualité d’orthographe et d’expression écrite, atouts pour cette épreuve.

Pour réussir, vous devez vous montrer également curieux, et vous intéresser aux événements qui font l’actualité, le cadre institutionnel politique français et européen, les règles du comportement citoyen, le statut des fonctionnaires…

Enfin, construire et réviser des fiches thématiques d’actualité est un bon moyen pour étendre votre culture et améliorer vos connaissances théoriques.

3. S’exercer, base la réussite

Et maintenant, il faut s’entraîner. Faire et refaire des exercices. Les sujets des annales avec des indications de corrections vous permettront de vous préparer.

Le QCM ou le QRC n’est pas un jeu de hasard. Mais un exercice qui est soumis à des règles méthodologiques qu’il est essentiel d’appliquer. Le barème peut varier et une réponse ne vaut pas obligatoirement 1 point. En fonction du nombre de questions, il est important d’évaluer le temps imparti à chacune en prévoyant un timing pour : la lecture des consignes, la rédaction et une relecture générale (5 minutes).

Les questions ne sont pas classées par ordre croissant de difficultés. Inutile dès lors de s’attarder et bloquer sur une question. Traiter en priorité les questions paraissant simples et dont la réponse vient spontanément sera rassurant. En revanche, votre devoir doit faire apparaître vos réponses dans l’ordre des questions (Question 1 / Réponse 1 ; Question 2 / Réponse 2…). Si vous « séchez », ne perdez pas de temps inutilement, sautez des lignes et revenez-y plus tard. A la fin vous pourrez revenir sur les questions où vous serez passé.


La persévérance et l’entraînement régulier font progresser rapidement. Ensuite, mettez-vous en situation, avec un minuteur qui marque la fin de l’épreuve. C’est la seule façon objective d’évaluer votre niveau et de déterminer les points à travailler.

Dernier point, gardez en tête que la méthode doit être au service du candidat (et non l’inverse). En fonction de votre personnalité, à vous de l’adapter. Même si les débuts peuvent faire peur tant la logique intellectuelle peut paraître éloignée de ses habitudes, gardez le cap et rappelez-vous qu’il s’agit tout de même de règles qui ont fait la preuve de leur efficacité par le passé.

Vous pourrez aussi compléter votre entraînement par des travaux corrigés lors de préparations. Un atout certes, mais avec des devoirs à correction personnalisée ou en autocorrection, sous forme d’entraînements à la maison, vous vous offrez la garantie d’un suivi rapproché, de conseils prodigués en direct de formateurs souvent membres de jury.

Plus d’informations :
https://www.carrieres-publiques.com/preparation-concours-fonction-publique

4. Penser à s’exercer à la lecture approfondie

Le jour J, l’épreuve passe très (trop) vite. En maîtrisant les techniques de lecture pour repérer et sélectionner l'information utile, vous gagnerez du temps. Connaître les techniques d’une lecture active approfondie, savoir regrouper et classer des informations, intégrer les techniques de ce type de lecture (repérage avec ou sans surlignage des mots clés, écrémage, survol, lecture intégrale et approfondissement) vous permettra de gagner en efficacité.

A quoi bon lire à 1 000 mots par minute si vous n’avez rien compris ? Il est important de savoir vous concentrer lors de votre lecture. Là est l’enjeu d’une lecture active et réfléchie. De ce travail dépend la qualité de vos réponses.

5. Rendre la meilleure copie possible !

Si l’épreuve vous demande de rédiger, pour ne pas perdre des points, vous devez respecter les règles d'orthographe et de syntaxe. Il ne s’agit pas ici d’avoir un style littéraire, mais d’avoir une écriture claire, simple et concrète.

Pour les QCM à réponses simples (ex. vrai/faux, oui ou non), veillez à cocher clairement les réponses. Toutes ratures qui créeront un doute dans l’esprit du correcteur vous feront perdre un point. Si vous devez vous corriger faite le clairement et proprement.

Les réponses des QRC ne supportent pas le style télégraphique et l’excès d'abréviations. A l’extrême, pour décrocher une bonne note, nul besoin de faire une dissertation. Les QRC demandent une réflexion personnelle et une argumentation de votre part. Ne cherchez pas à « plaquer » le plan d’un précédent corrigé.

Enfin, aucun brouillon ne peut être accepté. Savoir gérer son temps est primordial car cela est pris en compte par le jury pour déterminer la note.

Dernière astuce : Si le barème est affiché, concentrez-vous sur les questions qui valent le plus de points.

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×