Actualité

Ce qu’il faut savoir pour être le meilleur lors des épreuves du concours d’attaché territorial en 2020

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Vous rêvez de devenir attaché territorial ? Le nombre de candidats aux concours d’attaché étant toujours important et d’un excellent niveau, il ne suffit pas d’être bon, il faut être meilleur que les autres. Comment maîtriser vos épreuves, perdre moins de temps en révisions inutiles, prendre confiance, être efficace à l'écrit, ne plus avoir peur du jury et arriver sans stress à l'oral ? En lisant ces 8 conseils clés !

Conseil n° 1 : Maîtrisez vos épreuves : sachez ce que le jury attend de vous

Avec une dizaine de milliers d’inscrits pour moins de mille postes rien qu’en région parisienne (chiffres 2019 - CIG de la petite couronne), pas de secret, il faut arriver bien préparé aux épreuves des concours d’attaché territorial (catégorie A – filière administrative de la fonction publique territoriale).

Prenez le temps de lire les notes de cadrage voir les derniers rapports des jurys. Cette lecture vous aidera à faire une autoévaluation, un point sur les connaissances nécessaires (acquises ou non), à savoir si des efforts de remise à niveau dans une ou plusieurs matière(s) sont à produire, etc.

Ces documents vous rappelleront que les épreuves écrites : « composition écrite portant sur un sujet d’ordre général relatif à la place et au rôle des collectivités territoriales dans les problématiques locales », « note de synthèse » en externe et « rapport avec propositions » en interne sont « professionnelles ». Elles visent à garantir un socle de connaissances dans des domaines juridiques, budgétaires… entrant dans les compétences d’une collectivité (commune, département, région) ou d’un établissement public territorial (syndicat mixte, communauté de communes, métropole, OPH,…) mais aussi, à vous mettre en situation.

Les épreuves (orales) d’admission permettent d’évaluer au-delà de vos connaissances, votre compréhension des enjeux et mécanismes qui régissent l'action des collectivités locales.

Conseil n°2 : Préparez-vous un plan de charge personnalisé

Ces épreuves peuvent prendre des allures de marathon, tant elles sont physiques et mentales. Abordez le concours dans un état d’esprit positif, et concoctez-vous un programme de révisions personnalisé en visant haut.

Les notions de décentralisation et déconcentration sont à maîtriser ; tout comme les droits et obligations des fonctionnaires ; les collectivités territoriales (CT) et leurs établissements publics ; la répartition des pouvoirs et les modes de décision dans les CT ; les finances publiques locales ; le processus d’élaboration budgétaire ; la démocratie locale ; les moyens juridiques d’action des CT ; la commande publique ; les relations entre l’administration et les administrés ; l’accessibilité des services publics ; le contrôle de légalité ; les politiques publiques sectorielles ; l’évaluation des politiques publiques… mais ayez également à l’esprit que pour bien traiter les sujets posés, les analyser finement et faire des propositions à l’écrit, il faut maîtriser les techniques de conduite de projet.

Enfin, ne pas compter ses heures à la bibliothèque pour réussir est une bonne chose, mais il est important de garder un rythme de vie sain. Savoir s’offrir des plages de détente, sortir, faire du sport, etc. sont des ingrédients utiles pour maintenir son équilibre et ne pas chuter avant la ligne d’arrivée.
Pour ne pas baisser les bras en cours de route, prenez le temps de noter vos motivations. Ce pense-bête relu les jours de « moins bien » vous aidera à persévérer.

Conseil n°3 : Prenez confiance

Votre méthode : « Être professionnel ». Le jury attend que vous soyez dans une posture d’aide à la décision pour les élus ou votre hiérarchie. Savoir faire la synthèse d’un mode opératoire sans répondre à la commande ne saurait être suffisant. Inutile également de « tout mettre » si votre copie n’as pas « d’opérationnalité ».

Les correcteurs cherchent à retenir des candidats aptes à se projeter dans des fonctions d’encadrement d’équipes, en mode hiérarchique ou en mode projet. Par exemple, pour être bon(ne), votre note / votre rapport doit être suffisamment technique, comporter des propositions très concrètes, mettant en valeur le rôle et impact d’une mesure sur les services et les objectifs d’un projet par exemple.

Conseil n° 4 : Gagnez du temps à l’écrit, en passant à l’action dès le début

Le jour des épreuves, le temps défilant à une vitesse grand V, pour aller au bout, vous devez être proactif, maître du sujet et ne pas vous laisser submerger.

Face au sujet, il faut passer à l’action. Pour cela, la première règle à appliquer est de se jeter à l’eau dès les premières minutes. Être professionnel (on ne le vous dira jamais assez). Pour une note de synthèse de 3 heures, la répartition peut s'opérer ainsi : lecture du sujet (10 minutes), lecture rapide des documents (15 minutes), puis approfondie (90 minutes), rédaction (60 minutes) et relecture (5 minutes).
Participez au concours blanc d’attaché !

Conseil n°6 : Suivez un « pas à pas » rigoureux, pour boucler les écrits avec succès

Les sujets des concours d’attaché territorial ne sont pas faits pour obtenir des « oui » ou des « non », ce serait trop simpliste. Un sujet est là pour vous faire formuler un développement d’arguments compréhensibles et étayés. Vous devez donc construire votre réflexion (ex. en réécrivant le sujet, en le reformulant, en extirpant quelques idées de ce sujet, en identifiant la problématique, etc.). Le plan que vous allez bâtir ensuite, va être la représentation matérielle de votre logique.

Que ce soit pour l’épreuve de note ou de rapport, vous ne pouvez pas vous contenter de faire allusion à des textes ou des informations contenues dans le dossier. Votre lecteur n’a que votre note pour comprendre, vous devez vous placez dans les conditions d’une démarche d’aide à la décision voire, de mise en œuvre d’un projet. Structurez vos réponses en argumentant de façon claire et synthétique sur les avantages et inconvénients des solutions proposées. Le sujet de composition est là pour vous faire formuler un développement d’arguments compréhensibles et étayés. 

Ensuite, pas de bonne note sans une bonne introduction. Elle doit donner envie au correcteur d’aller plus loin dans la lecture de la copie, mais également, de démontrer comment vous travaillez.

Sachez apporter un contenu de qualité en utilisant de manière appropriée, le vocabulaire spécifique. Montrez, comme tout futur attaché territorial, que vous maitrisez les définitions et termes importants employés couramment par les collectivités territoriales et leurs établissements.

Veillez aussi à la forme rédactionnelle de présentation. Timbre, destinataire, objet…, références (celles des principaux textes juridiques ou officiels fondant le cas échéant, votre note), votre copie doit reprendre les informations figurant en première page du sujet. Autre recommandation : abandonnez toute signature ou parafe en fin de note afin d’éviter une rupture d’anonymat et être éliminé.

Reste l’éternelle question: « Dois-je conclure ma note/mon rapport ? » Pas d’obligation ici. Mais, ayez conscience qu’aucun correcteur n’enlève des points à un candidat qui en fait une. Mieux, votre conclusion peut vous faire gagner des points, si elle sert à finaliser votre écrit. Elle peut aussi donner au correcteur l’impression que vous allez toujours au bout de la commande qui vous est faite. 

Enfin, voici déjà les dix dernières minutes ?! Soignez les dernières phrases et prenez le temps de vous lire. Une bonne copie commence par un devoir où l’orthographe et la présentation sont soignées.

Conseil n° 7 : Diminuez votre stress à l’oral en anticipant 

Après l’écrit, prenez une semaine de relâche et remettez vous au travail comme si le passage des épreuves d’admission était obligé. Il est fondamental de conditionner votre esprit à penser positivement. Aussi, il ne faut pas attendre d’avoir passé les épreuves écrites pour se préoccuper des épreuves orales. Ces dernières doivent être travaillées dès le début de la préparation pour se placer dans la meilleure posture.

Le bon candidat à l’oral est celui qui est capable de montrer ses capacités et ses compétences mais aussi d’occuper l’espace et qui ne reste pas paralysé (cette capacité servira de toute façon, une fois devenu fonctionnaire lors des réunions, des entretiens…). Se retrouver seul devant six ou sept jurés, avec un sujet à défendre dans un temps limité, c’est stressant mais le jury en tient compte.

Sur le fond, les exposés oraux qu’ils soient techniques, de langues ou encore le fameux « entretien avec le jury » ou « l’exercice de pratique professionnelle », sont à réaliser dans un temps limité. En externe, vous allez devoir passer un entretien visant à apprécier, le cas échéant, sous forme d'une mise en situation professionnelle, vos connaissances administratives générales et votre capacité à les exploiter ainsi que votre motivation (durée : 20 minutes - coefficient 4). En interne, l’épreuve d’entretien débute par une présentation de votre expérience professionnelle et des compétences acquises à cette occasion (durée : 25 minutes dont 10 minutes au plus de présentation - coefficient 5).

Savoir gérer rigoureusement son temps est une des clés de la réussite. Les notes de cadrage précisent d’ailleurs que cette gestion fait « partie intégrante de l’évaluation ». Il n’y a rien de plus gênant pour un oral que de se faire arrêter par le jury pour avoir dépassé son temps et ne pas pouvoir ainsi développer sa dernière partie ou sa conclusion. Avoir une montre posée sur le bureau peut rassurer et permettre de vérifier le timing.

Pour être à l’aise le jour J, entraînez-vous  dans le temps imparti et exercez-vous à parler, par exemple, en étant debout ou en vous déplaçant.

Conseil n°8 : Pour convaincre à l’oral, répondez en manager territorial sachant fédérer

En revanche, inutile de jouer un personnage. Côté look, la tenue vestimentaire doit restée sobre (pas de costumes trois pièces, ni de tenue trop négligée). Elle doit ressembler à celle portée pour un recrutement ou une fois le concours réussi, à celle portée pour assurer les missions quotidiennes.

Les membres de jury vont vous mettre dans des conditions qui vous permettent de donner le meilleur de vous-même. Pour les membres du jury, ces épreuves est l’occasion de se faire une idée sur votre capacité à être un bon collaborateur et manager. Face à la complexité croissante de l’exercice des politiques publiques, les cadres de la Territoriale doivent savoir se montrer stratégiques, notamment dans leur capacité à donner du sens et à fédérer les équipes autour de valeurs et de projets communs.

Il n’y a pas de modèle idéal d’attaché territorial que le jury pourra prendre comme référence. Mais les lauréats sont ceux qui auront su mettre en avant leur motivation, avec des qualités personnelles fortes et plus particulièrement : une ouverture d’esprit, une sensibilité, un sens de l’action et de l’intérêt pour le service public. Le meilleur candidat est celui qui sait montrer qu’il sera un professionnel capable de s’adapter aux besoins de services publics de plus en plus exigeants et donc qui connaît les problèmes de son temps, de sa région, de sa ville…

Enfin, les épreuves d’oral permettent d’évaluer si vous avez les qualités et les compétences nécessaires pour assumer les missions dévolues au cadre d'emplois des attachés territoriaux : participation à la conception, l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques locales, études ou missions de gestion des ressources humaines, financière et de contrôle de gestion des achats et des marchés publics, conseil juridique, communication, animation économique, sociale et culturelle de la collectivité,…Donc, si vous voulez être un futur lauréat, évitez, par exemple, toute familiarité avec les membres du jury.

Dernier conseil : Gardez confiance ! Au besoin, imaginez-vous le jour des résultats, admis, sourire aux lèvres…

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×