Actualité

Comment être nommé adjoint technique territorial principal de 2e classe en 2020 ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Les effectifs des adjoints techniques territoriaux (catégorie C – filière technique) vieillissent : environ 2 000 postes sont et seront libérés chaque année et dans les quatre années à venir. Réussir l’examen professionnel d’adjoint technique principal de 2e classe, c’est donc s’assurer de trouver un emploi assez rapidement. Comment trouver le poste qui vous correspond ?… Petit tour d’horizon des conseils à suivre.  

Bien entamer ses recherches de poste en consultant les sites d’emploi de la FPT  

 
En 2020, la réussite à l’examen professionnel d’adjoint technique territorial de première classe (catégorie C – filière technique) - comme toute réussite à un concours ou un examen de la fonction publique territoriale (FPT) - permet à un agent d’être inscrit (par ordre alphabétique) sur une liste d’admission, gérée par le centre de gestion (CDG ou CIG) organisateur du concours. Mais l’inscription ne vaut pas nomination. En vertu du principe de libre administration des collectivités territoriales, les employeurs (maires, présidents de département ou de région et leurs établissements notamment intercommunaux (EPCI) : communautés de communes, d’agglomération, métropoles…) sont libres de leur choix. 
 
Rassurez-vous, les collectivités, sans oublier les établissements de gestion des HLM, les établissements publics industriels comme les chaufferies, les stations d’épuration ou d’incinération, etc. recherchent en permanence des adjoints techniques territoriaux qualifiés.
 
Le monde territorial bouge ! Pour assurer l’activité économique des territoires concernés, les employeurs locaux modernisent leurs installations (voirie, chaufferies, stations diverses…).
Pour cela, ils ont besoin de personnels de la filière technique qui procèdent à la maintenance, la conception et au renouvellement de toutes les infrastructures territoriales.
 
Jardinier, ouvrier de maintenance des bâtiments municipaux, agent d'entretien et d'exploitation (voirie / réseaux), chargé de la propreté des locaux, gardien, égoutier, magasinier, imprimeur, dessinateur, carreleur… tous ces métiers et ces spécialités relèvent du cadre d'emplois des adjoints techniques territoriaux (source : guide des métiers CNFPT). Actuellement, certains métiers connaissent même une véritable pénurie de candidats (boucher, cuisinier, plombier, reprographe). 
 

Savoir rédiger un CV et une lettre de motivation à votre image 

 
Pour postuler, il vous faut consulter les annonces de postes vacants sur les sites des CDG ou CIG, envoyer une attestation de réussite à l’examen professionnel, un CV et une lettre de motivation.
 
Votre CV doit donner l’image de quelqu’un pouvant répondre aux attentes des employeurs territoriaux. Sachez montrer que vous êtes (déjà) un adjoint technique territorial de première classe capable, en bon professionnel, de vous adapter aux besoins de services publics. Pour faire la différence, votre lettre de motivation doit faire passer un message clair et pertinent. 
 
En une dizaine de phrases courtes, directes et simples, votre destinataire (directeur des ressources humaines, directeur général des services, maire…) doit comprendre les éléments suivants : votre statut (lauréat de l’examen professionnel - titulaire de la fonction publique – grade (ex. adjoint technique…) ; votre parcours (privé-public, public-public) afin d’éveiller l’intérêt chez votre recruteur, pourquoi vous postulez (ce qui vous intéresse, votre envie, ce que vous pouvez apporter, sur ce poste, à la collectivité/structure, et que vous souhaitez une entrevue pour parler de votre projet. Le cas échéant, pensez également à indiquer que vous êtes valablement titulaire du permis de conduire approprié au poste recherché (ex. conducteur d’engins, de remorques, de poids lourds ou de véhicules de transport en commun).
 
Concrètement, dans votre lettre de motivation, utilisez des phrases telles que : « Je suis … J’ai décidé de changer de… car je souhaite… J’ai donc passé et réussi l’examen professionnel d’adjoint technique territorial de première classe… Je me suis renseigné sur votre collectivité/structure et le poste que vous proposez m’intéresse… Je peux répondre à vos attentes… »
 
Restez confiant. Si cet exercice n’est pas toujours facile, les collectivités et les établissements territoriaux sont d’abord des lieux sociaux où se rencontrent des êtres humains. La bienveillance est de mise. Votre profil - s’il est dynamique, pouvant répondre aux attentes de votre recruteur - vous permettra de décrocher un entretien.
 

Décrochez un entretien en mettant en avant vos atouts

 
Les tutoriels en ligne sont là pour vous aider à accroître vos chances de décrocher des entretiens d’embauche. N’hésitez pas à utiliser. D’une part, ils vous appuieront dans votre réflexion et la construction de votre projet professionnel. D’autre part, ils sauront vous aider à formaliser et mettre en avant vos compétences et vos qualités (professionnelles et personnelles) : maîtrise des réglementations en vigueur utiles au poste recherché (ex. CCAG travaux, coordination SPS, sécurité ERP), réelles capacités techniques d’exécution et des règles de sécurité, travail en équipe, sens des relations humaines, de l’organisation, sont quelques unes des qualités indispensables pour exercer les missions d’adjoint technique territorial de première classe. A vous de les mettre en valeur.
 
Enfin, gardez en tête que vous avez toutes les cartes pour réussir : vous êtes déjà en poste, vous connaissez le monde territorial, vous avez les qualifications et capacités requises (ou diplôme) pour être adjoint technique territorial de première classe – donc la formation théorique. Or, les collectivités apprécient particulièrement des collaborateurs ayant de l'expérience.
 

Des perspectives d’emploi dans des spécialités et des lieux très variés

 
Au quotidien, les adjoints techniques territoriaux de première classe participent à la mise en œuvre des projets techniques de leur collectivité ou de leur structure en trouvant le juste équilibre entre les besoins des habitants, la feuille de route des élus/dirigeants et les moyens alloués. Par leurs interventions, les adjoints techniques territoriaux de première classe concourent au maintien de la qualité du service public, travaillent à l’attractivité et la sécurité d’un territoire, en assurant notamment, la continuité de service et le respect des objectifs réglementaires.
 
Leurs activités varient selon la formation (CAP, BEP, Bac Pro) ou la spécialité possédée. Tâches techniques d’exécution dans les domaines du bâtiment, des travaux publics et de la voirie et réseaux divers, des espaces naturels et des espaces verts, de la mécanique et de l'électromécanique, de la restauration, de l'environnement et de l'hygiène, de la logistique et de la sécurité, de la communication et du spectacle, de l'artisanat d'art, conduite de véhicules… les missions qui peuvent être confiées aux adjoints techniques territoriaux de première classe sous l'autorité d'un cadre, technicien territorial ou agent de maîtrise, sont très riches. 
 
Il existe également une multitude de lieux de travail dans les offres d'emploi destinées aux adjoints techniques territoriaux de première classe : station d'épuration, port, palais des congrès, régie de l'eau, laboratoires d’analyses, immeubles à usage d’habitation, égouts, etc.  
 

Côté rémunération ?

 
Au 1er novembre 2019, un adjoint technique territorial de première classe gagne 1640 euros environ par mois, au début de sa carrière (2185 euros environ en fin de carrière).  
 
A ce traitement brut s’ajoutent différentes primes et indemnités variables suivant les collectivités territoriales. Par exemple, un adjoint technique territorial de première classe peut percevoir des indemnités horaires pour travaux supplémentaires ou une nouvelle bonification indiciaire (NBI) lorsqu’il exerce des fonctions y ouvrant droit (ex. affectation dans un des quartiers prioritaires de la politique de la ville ou dans les services et équipements publics en relation directe avec leur population…). Il peut également percevoir l'indemnité d’administration et de technicité, de résidence et du supplément familial de traitement (SFT). Des majorations de traitement ou indemnités résidentielles sont accordées à l’adjoint en service dans les DOM et dans les territoires d'outre-mer, mais également différentes primes ou indemnités fixées en pourcentage du traitement indiciaire... 
 
Enfin, les adjoints techniques territoriaux de première classe sont éligibles au RIFSEEP (nouveau régime indemnitaire qui remplace la plupart des primes et indemnités).
 

Quelle carrière possible ? 

 
Un adjoint technique territorial de première classe bénéficie d'un avancement de carrière à l'ancienneté (échelons) et au mérite (avancement de grade et promotion interne) suivant des conditions fixées par les textes règlementaires, et les critères retenus par la collectivité employeur. Comme le grade d’adjoint technique territorial, celui d’adjoint technique territorial de première classe comprend 10 échelons, et le grade d’adjoint technique principal territorial de deuxième classe 12 échelons.  
 
Mais l’adjoint technique peut aussi donner un coup d’accélérateur à sa carrière par le biais d’une demande de mutation interne ou après réussite d’un examen professionnel ou d’un concours (ex. technicien territorial – catégorie B) afin de prendre des responsabilités d’un niveau supérieur (ex. responsable qualité, responsable des sites de distribution des repas).
 
 
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×