Actualité

Comment être nommé après la réussite de l’examen professionnel d’adjoint administratif territorial ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Vous êtes lauréat de l’examen professionnel d’adjoint administratif territorial (filière administrative - catégorie C) ? Félicitations ! Cet examen professionnel est probablement le concours de la fonction publique qui offre la plus grande variété de débouchés : officier d'Etat civil, chargé d’accueil, assistant de ressources humaines, agent de bibliothèque, assistant de direction et bien d'autres encore. Cependant, comment trouver le poste qui vous correspond ?

Quelques rappels… Admission ne vaut pas nomination !

La réussite à un examen professionnel permet à un agent déjà titulaire et remplissant les conditions d’ancienneté requises, de progresser dans sa carrière. Pour autant, la réussite à l’examen professionnel d'adjoint administratif territorial n’oblige pas l’employeur à une promotion. Les lauréats sont inscrits (par ordre alphabétique) sur une liste d’admission, gérée par le centre de gestion (CDG ou CIG) organisateur de l’examen. Mais l’inscription ne vaut pas nomination, les employeurs (maires, présidents de département ou de région et leurs établissements : EPCI, CCAS, OPHLM,…) étant libres de leur choix, en vertu du principe de libre administration des collectivités territoriales. 

Il vous faut donc consulter les annonces de postes vacants sur les sites des CDG ou CIG, envoyer une attestation de réussite au concours, un CV et une lettre de motivation. Rassurez-vous, les collectivités recherchent, en permanence (réserve faite des périodes d'élections), des adjoints administratifs territoriaux. De plus, vous partez avec un atout de taille : vous travaillez déjà dans la fonction publique territoriale. Or, les collectivités privilégient l'expérience.

Des offres d’emploi nombreuses pour des profils variés

Dans les offres d'emploi destinées aux adjoints administratifs territoriaux,  il y a une  multitude de missions. Ils peuvent travailler dans plusieurs domaines : économique, administratif, social, culturel et sportif.

Ils peuvent constituer, mettre à jour et exploiter de la documentation et effectuer divers  travaux : bureautique, rédaction (ex. dossiers de consultation des entreprises dans le cadre des marchés publics, courriers, notes). Les adjoints administratifs territoriaux sont souvent amenés à appliquer des règles administratives et comptables dans leurs différentes fonctions : opérations comptables, travaux de guichet, gestion de carrières, de formation et d'emploi, de finances publiques, d'urbanisme, de l'accueil du public sur place, par courriel ou par téléphone, informations sur les droits aux personnes concernées, étude de situations particulières ou de l’état d’avancement d’un dossier, fourniture d’explications adaptées à la demande de leur interlocuteur…

Classiquement, les adjoints administratifs territoriaux exercent les métiers suivants : conseiller carrière et rémunérations, assistant de direction, gestionnaire de paie, instructeur (des autorisations d’urbanisme, à la MDPH…), chargé de relations publiques et de diffusion, assistant de gestion financière, budgétaire ou comptable, assistant de gestion ressources humaines, chargé de gestion locative, responsable des sites de distribution de repas, officier d’état civil, chargé d’accueil en bibliothèque. Plus rarement, les adjoints administratifs territoriaux peuvent exercer les métiers de conservateur de cimetière, de conseiller funéraire, ou encore d’opérateur de vidéoprotection (source : guide des métiers CNFPT).

Enfin, ils peuvent aussi assurer le secrétariat d’une commune rurale. Un poste réputé difficile tant il demande d'être très polyvalent et une capacité à s’adapter à toutes les situations.

Organisation, rigueur et sens du service public indispensables

Être adjoint administratif territorial, c’est avoir le sens du service public, se montrer rigoureux, méthodique, avoir le sens de l’organisation, une bonne aisance rédactionnelle, maîtriser les logiciels de bureautique et d’application métiers.

Diplomatie, réactivité, discrétion et prise d'initiative n'en sont pas moins indispensables. L’adjoint administratif territorial doit avoir un bon relationnel, apprécier le contact et être à l’écoute des habitants, savoir travailler en équipe. Il doit être capable d'analyser, de synthétiser et de rendre des comptes, tout en étant capable d’autonomie sur certaines parties de ses tâches,  faire preuve d’adaptabilité et de polyvalence, connaître les procédures et les partenaires relatifs à son domaine d’intervention (aide sociale, handicap, urbanisme, logement, RH…).

Mais il doit aussi être curieux, rechercher l'information la plus précise, la plus récente et s’informer de l’évolution de la législation. Afin de rester performant, l’adjoint administratif territorial doit savoir s'informer et se former.

Côté rémunération ?

Au 1er février 2017, un adjoint administratif territorial gagne 1 525 euros environ par mois, au début de sa carrière (2 184 euros environ en fin de carrière). A ce traitement brut s’ajoutent différentes primes et indemnités variables suivant les collectivités territoriales. Par exemple, un adjoint  administratif peut percevoir une nouvelle bonification indiciaire (NBI) lorsqu’il exerce des fonctions y ouvrant droit (ex. NBI accueil, régisseur d'avances, de dépenses ou de recettes), mais aussi, l'indemnité de résidence et du supplément familial de traitement (SFT), des majorations de traitement ou indemnités résidentielles accordées à l'agent en service dans les DOM et dans les territoires d'outre-mer, des différentes primes ou indemnités fixées en pourcentage du traitement indiciaire...

Enfin, les adjoints administratifs territoriaux sont éligibles au RIFSEEP (nouveau régime indemnitaire qui remplace la plupart des primes et indemnités).

Et ensuite… Quelle carrière possible ?

L’adjoint administratif territorial bénéficie d'un avancement de carrière à l'ancienneté (échelons) et au mérite (avancement de grade et promotion interne) suivant des conditions fixées par les textes règlementaires, et les critères retenus par la collectivité employeur. Le grade d’adjoint administratif comprend 12 échelons, celui d’adjoint administratif principal de 2e classe, 12 échelons également, et celui d’adjoint administratif principal de 1re classe, 10 échelons.

Mais il peut aussi « booster » sa carrière par le biais d’une demande de mutation interne ou après réussite d’un examen professionnel (ex. EP d’adjoint administratif territorial principal de 2e classe  - catégorie C)  ou d’un concours (ex. rédacteur territorial – catégorie B) afin de prendre des responsabilités d’un niveau supérieur (ex. responsable de la gestion administrative du personnel).                    
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×