Actualité

Comment être nommé après la réussite du concours d’adjoint d'animation territorial ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Au mois de mars 2019, vous passerez les épreuves d’un des trois concours (externe, interne, 3ème voie) d'adjoint d’animation territorial (filière animation- catégorie C). En cas de réussite, les débouchés sont nombreux : animateur enfance, accompagnateur de projet jeunesse, référent périscolaire, animateur ALSH... Cela étant, comment trouver le poste qui vous correspond ?

Quelques rappels… Admission ne vaut pas recrutement !

A l’issue du concours d'adjoint d’animation territorial, le centre de gestion (CDG ou CIG : centre interdépartemental de gestion) établit la liste d’aptitude classant par ordre alphabétique les candidats déclarés aptes par le jury. Mais l’inscription sur cette liste ne vaut pas recrutement. A la différence de la fonction publique d’État, la recherche d’emploi relève d’une démarche personnelle. La réussite au concours vous permet de postuler auprès des employeurs territoriaux (dirigeants élus des collectivités territoriales : maires, présidents de département ou de région, des structures intercommunales et des autres établissements publics qui s’y rattachent : établissements publics locaux d'accueil et d'hébergement comme les centres de loisirs, les maisons des jeunes et de la culture (MJC),…). Il vous appartient de rechercher les collectivités susceptibles de recruter.

Il vous faut donc consulter les annonces de postes vacants sur les sites des CDG/CIG, envoyer une attestation de réussite au concours, un CV et une lettre de motivation. Rassurez-vous, les collectivités recherchent, en permanence (réserve faite des périodes d'élections) des adjoints d’animation territoriaux. 

Des offres d’emploi pour quel type de travail ?

Dans les offres d’emploi, il y a une multitude de champs d'intervention : périscolaire, animation des quartiers, médiation sociale, développement rural et politique de développement social urbain. Les adjoints d’animation territoriaux interviennent aussi dans des structures d’accueil ou d’hébergement, et dans l’organisation d’activités de loisirs.

Les adjoints d’animation territoriaux exercent leurs fonctions sous la direction d'un ou de plusieurs animateurs. Au quotidien, les adjoints d’animation territoriaux assurent, par exemple, des tâches d’accueil, de gestion administrative, sanitaire et matérielle mais aussi d’encadrement des enfants dans l’accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) d’un centre social ou de restauration scolaire. Ils mettent en place des espaces d’activités en conformité avec la réglementation ; contribuent à la mise en œuvre du dispositif d’accompagnement à la scolarité ; participent aux ateliers de soutien scolaire pluridisciplinaire ou encore à l’organisation, la logistique et l’animation des actions et manifestations organisées par la structure d’accueil. Ils sont également force de proposition en matière d’animations et de projets. Ils peuvent aussi avoir des fonctions de tenue d’une régie de recettes et de dépenses.

Classiquement, les adjoints d’animation territoriaux exercent les métiers d’animateur en centre de loisirs, « enfance et loisirs », d’adjoint d'animation des activités périscolaires, d’animateur de rue, de quartier, en MJC, ou encore, médiateur social. Pour ce dernier métier, les adjoints territoriaux d’animation peuvent participer aux actions de prévention des conflits ou de rétablissement du dialogue entre les personnes et les institutions dans les espaces publics ou ouverts au public.
Enfin, ils peuvent participer à la mise en place de mesures d’insertion. 

Aisance relationnelle, pédagogique et réactivité indispensables

Être adjoint d’animation territoriale, c’est avant tout savoir mettre au service de son employeur son aisance relationnelle, son bon sens de l’organisation, sa réactivité et sa capacité d’adaptation. Étant titulaire du brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur-technicien (BAPAAT) ou d’une qualification reconnue comme équivalente (BAFD, BPJEPS LTP), l’adjoint d’animation territorial doit savoir s'occuper des adolescents, des enfants, voire des tout-petits (périscolaire en maternelle et centres de loisirs des 3-6 ans).

Diplomatie, réactivité, sang-froid, sérieux et prise d'initiative sont des qualités également indispensables. L’adjoint d’animation territorial doit savoir se positionner comme l’interlocuteur privilégié des familles mais aussi des équipes enseignantes et des enfants,  apprécier le contact et être à leur écoute. Pédagogue, il sait faire preuve de patience et maîtrise les besoins fondamentaux de l’enfant.

En tant qu’« accompagnateur de projets » (ex. projet « jeunesse » auprès des 11-25 ans), il doit être capable d’accompagner des jeunes, dans l’élaboration et la mise en place de leurs projets, d’assurer leur sécurité physique, morale et psychologique, le suivi pédagogique et l’évaluation des actions qui sont menées.

Travailler en équipe, être capable de comprendre rapidement les consignes données par sa hiérarchie, respecter celles-ci, mais aussi savoir appliquer à la lettre les règles de sécurité sont des qualités essentielles à l’adjoint d’animation territorial.

Il doit donc aussi se montrer curieux, savoir rechercher l'information la plus précise, la plus récente et s’informer de l’évolution de la législation. Afin de rester performant, l’adjoint d’animation territoriale doit s'informer et se former tout au long de sa carrière. Pour la formation, le CNFPT est là pour compléter ses connaissances.

Côté rémunération ?

Au 1er février 2017, un adjoint d’animation territoriale gagne 1 525 euros environ par mois, au début de sa carrière (2 184 euros environ en fin de carrière). A ce traitement brut s’ajoutent différentes primes et indemnités variables suivant les collectivités territoriales. Par exemple, un adjoint d’animation peut percevoir une nouvelle bonification indiciaire (NBI) lorsqu’il exerce des fonctions y ouvrant droit (ex. NBI accueil, régisseur d'avances, de dépenses ou de recettes). L’adjoint d’animation peut aussi percevoir l'indemnité de résidence et du supplément familial de traitement (SFT). Des majorations de traitement ou indemnités résidentielles peuvent aussi être accordées s’il exerce ses missions dans les départements (DOM) et dans les territoires d'outre-mer...

Enfin, les adjoints territoriaux d’animation sont éligibles au RIFSEEP (nouveau régime indemnitaire qui remplace la plupart des primes et indemnités).

Quelle carrière possible pour les adjoints d’animation territoriaux ?

L’adjoint d’animation territoriale bénéficie d'un avancement de carrière à l'ancienneté (échelons) et au mérite (avancement de grade et promotion interne) suivant des conditions fixées par les textes règlementaires, et les critères retenus par la collectivité employeur. Le grade d’adjoint d’animation  comprend 11 échelons, celui d’adjoint d’animation principal de 2e classe 11 échelons également et celui d’adjoint d’animation principal de 1re classe 10 échelons.

Pour booster sa carrière, l’agent d’animation peut faire une demande de mutation en interne ou gravir les échelons après réussite d’un examen professionnel (ex. EP d'adjoint d’animation principal de 2e classe  - catégorie C) ou d’un concours (ex. Animateur principal – catégorie B) afin de prendre des responsabilités d’un niveau supérieur (ex. Responsable de structure d’accueil).

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×