Actualité

Comment se remotiver après un échec à l’examen professionnel d’attaché principal ?

novembre 2021

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Vous avez été recalé à l’admissibilité ou l’admission de l’examen professionnel d’attaché principal 2021. Un échec est toujours dur à encaisser. Mais cette période douloureuse peut aussi être l’occasion parfaite pour vous permettre de réajuster votre projet et rebondir. Alors quoi faire de cet échec ? un tremplin ? Suivez ces 5 conseils pour retrouver confiance en vous et la motivation.

1. Ouvrez le champ des possibles


Vous êtes focalisé sur l’examen professionnel d’attaché territorial principal (catégorie A – filière administrative – fonction publique territoriale) et vous voulez le réussir pour prendre, ensuite, des responsabilités d’un niveau supérieur. C’est légitime. L’examen professionnel d’attaché principal est un booster de carrière formidable ; aussi, avant de vous convaincre qu’un échec est une force, reconnaissons qu'il est, d’abord, dur à encaisser. Et si c'est un premier échec, c'est encore plus difficile.

Mais prenez le temps de la réflexion, la fonction publique ouvre d’autres possibilités. Créez-vous d’autres portes vers une évolution professionnelle positive. Dans un premier temps, continuez à avancer professionnellement. N’hésitez pas à suivre des formations, par exemple. Il n’y a pas de contradiction entre le fait de passer l’examen professionnel (EP) d’attaché principal et celui de se former pour devenir plus expert encore dans votre poste actuel.

Demandez, par ailleurs, à votre hiérarchie si des missions complémentaires ne peuvent pas vous être confiées. Les entretiens professionnels annuels approchent, prenez ce temps pour réfléchir minutieusement à vos objectifs individuels pour 2022.

Vous pouvez aussi étudier un projet de mobilité en interne (au sein de votre collectivité / structure) ou en externe (au sein d’une autre collectivité). Les offres d’emploi sont nombreuses. Pour vous aider, la DGAFP développe de nouveaux outils. En 2020, elle a publié un guide intitulé « Agir pour son projet de mobilité professionnelle » pour répondre aux besoins pratiques de ceux qui envisagent une mobilité au sein de la FPT (fonction publique territoriale) ou d’un autre versant de la fonction publique (État ou hospitalière).

En vous fixant de nouveaux objectifs – autre que celui de réussir l’examen professionnel d’attaché principal – vous vous offrez la chance de repartir sur du neuf. De nouveaux sujets de discussion vont émerger, de nouveaux centres d’intérêt aussi. De quoi retrouver de la motivation.

2. Revenez sur cette épreuve malheureuse

Être toujours au top niveau est impossible, tout individu apprend chaque jour de ses erreurs. Si, dans bon nombre de pays, l'échec est un mal nécessaire, en France, il est encore plutôt mal perçu. Alors qu'il serait rassurant de savoir que l'échec est en chacun de nous. A l’exemple des sportifs, qui ont l’esprit de compétition, la gagne dans le sang, et qui, pourtant, connaissent également, le goût amer de la défaite.

Il faut parfois se remettre en question pour progresser, et travailler sur ses points faibles. Ce conseil n’est pas le premier mais le deuxième. Ce n’est pas facile à reconnaître mais si vous n’êtes pas sur liste d’aptitude, c’est que vous n’avez pas convaincu le jury à l’écrit ou à l’oral de l’examen professionnel d’attaché principal. Il faut regarder les choses en face non pas pour déprimer mais pour comprendre.

Demandez votre copie, et si vous avez échoué à l’oral, la fiche d’évaluation du jury. La communication de la fiche d’évaluation est un document administratif personnel, sa communication est donc un droit.
Pour avoir du retour, il vous faut objectiver la situation. Relisez votre copie et comparez-la aux bonnes copies publiées par les centres de gestion (CGD/CIG).

3. Ne restez pas seul

Les annotations peuvent vous étonner, vous faire réagir. Au départ, il se peut même que vous les rejetiez : Pourquoi ma réponse a été mal perçue ? Mon comportement (exemple : le candidat a fait des réponses du tac au tac) non reconnu positivement ? Appuyez-vous sur des personnes ressources qui vont jouer votre miroir. Cela peut être les membres du jury à travers leurs annotations ou l’intervenant formateur du CNFPT si vous avez suivi une préparation, par exemple. Demandez aussi à un parent, un ami, une personne en qui vous avez confiance et qui peut être franc avec vous, son regard sur les remarques du jury.

Clairement les retours peuvent être durs à accepter, car vous avez sûrement pensé bien faire en composant de cette manière, ou en répondant comme vous l’avez fait. Peut-être même que vos réponses ont été le reflet de la personne que vous êtes dans la vie de tous les jours (ex. vous êtes une personne « directe »). Mais n’oubliez pas que l’examen professionnel d’attaché principal est un exercice de mise en situation professionnelle. Le jury attend que vous vous comportiez comme vous le feriez lorsque vous assumerez des fonctions à un niveau de responsabilité supérieure, en tant qu’attaché principal, lors de réunions de travail, par exemple. Il ne faut pas être agressif, mais être posé, clair, savoir vous situer dans un rapport entre pairs.

4. Tirez-en les bons enseignements 

Cernez bien les raisons qui vous ont fait échouer. Et tenez-en compte pour ne pas recommencer.

Une fois les points faibles acceptés, il ne s'agit pas de vous accommoder de l'échec, mais d'en tirer toutes les leçons possibles pour l'avenir. Prenez soin, par exemple, de travailler vos points forts. Ce sont des acquis précieux qui ne doivent pas être perdus.

Tirez bien tous les enseignements de cette période malheureuse et avancez de manière pratique. Ne vous contentez pas de bonnes résolutions du type : « La prochaine fois, c'est décidé, je prépare ma présentation dès le début » mais mettez en place les moyens concrets qui vous ont manqué pour réussir.

5. Élargissez votre horizon : préparez-vous d’une autre manière

Emploi du temps, lecture, nouvelles habitudes de révisions... Pour « partir au combat », et être sur la prochaine liste d’aptitude de l’EP d’attaché principal victorieux, mieux vaut avoir les bonnes armes.

De cette période, vous allez peut-être envisager un autre mode de préparation. Vouloir tout mener de front : entraînement en solo à l’examen professionnel d’attaché principal avec un travail à temps plein, cela peut être trop. Savoir le reconnaître et décider de consacrer plus de temps à l’entraînement peut être salutaire.

Une préparation spécifique en recourant à un organisme de préparation en présentiel - formations intensives – ou encore à distance peut vous permettre de décrocher plus facilement le précieux sésame. Pensez-y rapidement. Cela demande un peu « d’administratif » (ex. financement par la collectivité, liens avec le service des ressources humaines de votre collectivité / structure…), mieux vaut donc anticiper.

A la clé : une méthodologie, des conseils, une écoute, un tutorat téléphonique...

Dans tous les cas, ne lâchez pas votre préparation. Elle sera utile à un moment ou à un autre de votre carrière professionnelle.

Voir la préparation à l’EP d’attaché principal de Carrières Publiques  

Bonne préparation !
 

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×