Actualité

Concours de technicien et technicien principal de 2e classe en 2020 : comment avoir une bonne note au rapport technique ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

L’épreuve du rapport technique ou rapport assorti de propositions opérationnelles est un « classique » des épreuves écrites des concours de technicien territorial et technicien principal de 2e classe de la fonction publique territoriale (catégorie B – filière technique). Comment terminer l'épreuve dans les temps ? Dégager des propositions opérationnelles et pertinentes ? Autrement dit… comment rendre la meilleure copie ? Conseils clé.

Avoir en tête les objectifs du rapport technique : répondre à une commande professionnelle

L’épreuve de rapport technique « rédigé à l’aide des éléments contenus dans un dossier portant sur la spécialité au titre de laquelle le candidat concourt » ou « portant sur la spécialité au titre de laquelle le candidat concourt, assorti de propositions opérationnelles », d’un coefficient 1, est une épreuve phare de l’admissibilité des concours (externe, interne ou troisième voie, le cas échéant) de technicien territorial (rapport technique) ou de technicien principal de 2e classe (rapport avec propositions).

Réglementairement fixé par arrêté du 15 juillet 2011, le programme de l’épreuve permet de mesurer la nature des informations figurant au dossier et des connaissances techniques nécessaires pour bien les comprendre et les exploiter. Les annales permettront d’avoir des indications de corrections assez détaillées.

La commande comporte une mise en situation qui doit permettre au candidat de connaître les attentes précises du destinataire. Le contexte du sujet correspond strictement aux missions confiées à un technicien territorial ou à un technicien territorial principal.

Exemple - Session 2018 – concours technicien territorial (interne) – spécialité « Bâtiments, génie civil » - « Vous êtes technicien territorial au sein de Techniville, commune de 60 000 habitants. Sous l’autorité du Directeur Général des Services Techniques, vous êtes en charge du service des bâtiments scolaires. Ce service gère les 12 écoles maternelles et 19 élémentaires de Techniville. Le Directeur Général des Services Techniques vous demande de rédiger à son attention, exclusivement à l’aide des documents joints, un rapport technique sur l’adaptation de la sécurité des bâtiments publics dans le cadre du dispositif Vigipirate. »

Exemple - Session 2016 – concours technicien territorial principal 2e classe – spécialité  « Réseaux, voirie et infrastructures » - « Vous êtes technicien principal territorial de 2ème classe, en charge du service Voirie et Espaces Extérieurs de la commune de Techniville (14 000 habitants). Votre Directeur des services techniques (DST) vous demande, dans un premier temps, de rédiger à son attention, exclusivement à l’aide des documents joints, un rapport technique sur le mobilier urbain dans le cadre de l’accessibilité de la voirie et des espaces publics (10 points). Dans un deuxième temps, il vous demande d’établir une méthodologie pour le choix et l’implantation du mobilier urbain dans la commune de Techniville (10 points) »

Le rapport avec propositions comporte systématiquement deux parties : une première partie, rédigée à l’aide exclusivement des éléments du dossier, qui informe le destinataire (directeur général de services, des services techniques, maire…) sur les problématiques essentielles du sujet (cadre juridique, contraintes sociales et financières, etc.) en lien avec l’actualité territoriale et la spécialité, et une deuxième partie, qui se doit d’être une aide à la décision, une orientation, un plan d'action.

Pas de piège. L’épreuve vise à évaluer vos capacités à organiser méthodiquement les informations nécessaires à la rédaction d’un rapport et à produire en temps limité un document synthétique. Concrètement, il s'agit en 3 heures, de rendre de façon claire et concise, une note informationnelle - 5/6 pages suffisent – avec, en sus, pour le rapport « avec propositions », des solutions pertinentes.

Se préparer en se mettant en situation en solo ou avec l’aide d’un organisme

Quel que soit le concours, pour réussir cette épreuve, vous devez vous exercer à repérer les informations essentielles et à les synthétiser de manière à renseigner un destinataire n’ayant pas connaissance du dossier.

Conseil : Ne visez pas une copie « parfaite ». L’épreuve a lieu en temps limité et dans le cas du rapport « avec propositions », il ne faut pas négliger le plan d’actions. En sachant gérer votre temps, vous vous assurez la réussite à l’épreuve.

Vous allez être confronté à un dossier, en général de 20 à 30 pages. Pour gérer de façon optimale le temps imparti, la première chose à faire consiste à lire attentivement le libellé du sujet (exemple : « rédiger (…), exclusivement à l'aide des documents joints, un rapport sur les techniques alternatives de gestion des eaux pluviales - le Maire souhaitant améliorer l’image du quartier en ayant une approche plus innovante et en intégrant le principe du développement durable dans les rénovations. »). Pour éviter le « hors sujet » ou l’erreur d’interprétation, posez ensuite, sur le brouillon, la réponse à ces trois questions : à qui est destiné le rapport (exemple : le maire) ? Quel est son objectif (« traiter des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales ») ? Que doit-il contenir (« les approches les plus innovantes notamment ») ? Ce travail étant fait, couchez sur le papier votre plan et, si vous devez proposez un plan d’actions, vos connaissances personnelles avec les éléments permettant de formuler des propositions. Commencer ce travail avant même d'avoir parcouru le dossier vous permettra de ne pas vous laisser emporter par celui-ci au risque d'oublier des idées.

Entraînez-vous encore et encore. Sans tenir compte de la durée de l’épreuve au début, puis en respectant le temps imparti (des 3 heures). Se préparer en solo avec les annales corrigées est bien sûr possible et donne de bons résultats. Toutefois, cette méthode suppose d’être capable de travailler à la maison, de s’autoévaluer, sans aucun cadre, ni contrôle. Chaque année, plus d’un candidat sur 3 abandonne en cours de route. Pour mettre toutes vos chances de votre côté et arrivé bien préparé le jour J, plusieurs méthodologies : une préparation avec l’aide d’amis ou d’anciens candidats ou encore… l’accompagnement d'un organisme de préparation qui offre un suivi rapproché et vous permettra de demander des conseils en direct aux intervenants.

Rendre dans les temps…

Le jour de l’écrit est arrivé. Gardez en tête qu’il s’agit d’un concours. Chaque point compte. L’épreuve vise à évaluer vos capacités à organiser méthodiquement les informations nécessaires à la rédaction d’un rapport et à produire, en temps limité, un document synthétique parfaitement compréhensible. On ne vise pas l’exhaustivité, on vise l’efficacité !

Toujours pour gérer au mieux votre temps, vous pouvez commencer par une lecture analytique des documents : ne lisez pas dans le détail les documents, les titres, paragraphes contiennent déjà beaucoup d’éléments. Cette phase doit vous permettre de mesurer la tonalité générale du dossier (présence ou non d'un « document pivot », part des textes juridiques, des tableaux statistiques, date des documents, notamment si le rapport porte sur la mise en œuvre d'une réforme...) et à vous familiariser avec les idées phares du dossier. Vous pouvez surligner, prendre des notes. A partir de cette 1ère prise de note, vous pouvez assurer une 2ème lecture plus approfondie mais ciblée, avec un ordre de lecture déterminé par ordre d’importance des documents. Repérez les redondances pour ne pas perdre de temps.

L’épreuve de rapport avec des propositions vous demande de mobiliser vos connaissances des missions, compétences et moyens d’action des collectivités territoriales en vous projetant en tant que technicien principal de 2ème classe. Impossible de vous limiter au dossier. La deuxième partie va servir au jury à vérifier vos savoirs, que vous savez valoriser des informations (comme par exemple : des expériences éclairantes conduites par différents établissements et collectivités), mais aussi (et surtout) que vous serez capable, d’être un bon manager, d’assurer sur le terrain la direction des travaux, le contrôle des chantiers, la gestion des matériels, d’exercer des missions d’études, de participer à l’élaboration de projets de travaux neufs, de programmation ou d’entretien que vous serez, ensuite, conduit à exécuter en cas de réussite au concours.

Un technicien principal de 2ème classe est force de proposition et une aide à la décision des élus et autorités locales. Le plans d’actions doit être argumenté et comporter des recommandations (avantages, inconvénients, conditions de réussite). Il vous faut envisager tous les aspects : juridiques, sociétaux, environnementaux, économiques, financiers, managériaux… y compris les principes déontologiques relatifs au service public (intérêt général) et la maîtrise des notions de planifications (maîtrise d’ouvrage…).

… Un rapport structuré et achevé

Pour élaborer votre plan, déterminez au brouillon deux axes/parties. Ayez à l’esprit que votre écrit doit répondre aux consignes ou orientations du sujet, et donner, au lecteur, la réponse aux questions formulées dans l’intitulé. Il est important de pouvoir organiser le devoir. Le premier axe du plan provisoire dégagera les enjeux essentiels de la problématique (organisationnels, RH, budgétaires, réglementaires…) avec deux sous-parties. La deuxième partie devant porter sur un plan d’actions, pourra reprendre, par exemple, les phases d’une démarche de projet (avec trois phases du type : diagnostic, propositions opérationnelles, évaluation).

Ensuite, vient la phase de rédaction du rapport. En 3 heures d’épreuve, vous n'aurez pas le temps de rédiger au brouillon. Donc rédigez directement sur la copie. Seule exception : l'introduction. Les premières phrases de votre copie doivent être préparées soigneusement au brouillon. Le rapport se formalise par une entrée en matière, une reformulation du sujet, la présentation de la problématique dans son contexte et l’annonce de plan. Le plan doit être matérialisé et découpé en sous-parties et paragraphes (type I. A. 1. et 2.). Les membres du jury déplorent trop fréquemment un manque de titres qualifiants ou de structuration. Pensez par exemple, aux phrases de transition.

Et la conclusion ? Le rapport est un exercice opérationnel, elle n’est donc pas strictement nécessaire, même si les avis divergent. Elle présente l’avantage de montrer au jury que vous rendez un devoir achevé. Un bon moyen de lui prouver que vous allez toujours au bout de la commande qui vous a été faite.

Dernier conseil : Sur la forme, soignez le style et l’entête de votre rapport

Côté rédaction, il faut soigner les intitulés, être concis et précis. Le correcteur sera sensible à la forme de votre écrit. La lecture de votre rapport doit être facile : les titres et sous-titres doivent être en quelque sorte la synthèse de la note, aérez la présentation, utilisez un vocabulaire précis et simple mais évitez le style télégraphique.

Le rapport doit adopter un formalisme précis et reprendre les informations que vous trouvez en première page du sujet dans la commande et la liste signalétique des documents au dossier (voir note de cadrage CIG petite couronne).

Et pour finir… prévoyez 5 minutes pour vous relire.
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×