Actualité

Concours et recrutement : les 8 chiffres à retenir en 2018

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Si en 2019 vous vous destinez à la fonction publique, mieux vaut partir bien informé. L’édition 2018 du rapport annuel sur l’état de la fonction publique qui fournit l'ensemble des données et analyses sur les ressources humaines des trois versants de la fonction publique est parue. Une mine d’informations qui permet de retenir les 8 chiffres les plus importants en matière de concours et de recrutement.

La fonction publique : 5,480 millions de personnes et 100 000 emplois annuels pourvus

La fonction publique (État, territoriale, hospitalière) compte plus de 5,480 millions de personnes (fonctionnaires ou contractuelles), soit 20% de l’emploi en France. Tous versants confondus, ce sont plus de 100 000 emplois annuellement pourvus, notamment par concours. Des concours qui concernent tous les niveaux de diplômes et donnent accès à près de 250 métiers : gardien, animateur, chef de service de la police municipale et bien d'autres encore...

Des départs à la retraite qui s’accélèrent …

177 669. C’est le nombre de nouvelles pensions attribuées dans la fonction publique :
100 600 à l’État (FPE), 77 079 pour la territoriale et l’hospitalière (FPT et FPH). Le nombre global de départs à la retraite de fonctionnaires, poursuit la progression entamée en 2015. Toutefois, suite aux réformes des retraites menées depuis 2003 (passage de l’âge légal de la retraite de 60 à 62 ans, réforme de la retraite anticipée des fonctionnaires parents de trois enfants), le moment du départ à la retraite est retardé, preuve que le secteur public permet plus facilement le maintien dans l’emploi des « seniors » que dans le privé.

Une légère hausse de l’emploi public  (+0,50 %)

Des départs généralement compensés par des recrutements. L’emploi public connaît d’ailleurs une augmentation globale de 0,5%, avec une nette croissance dans la fonction publique de l’État (+1,2 %). Le nombre d’agents dans la fonction publique hospitalière (FPH) continue de croître également mais la hausse est plus modeste (+0,4 %), inférieure à la tendance des dix dernières années. Quant à l’emploi territorial, ce dernier confirme sa diminution (-0,4 %).

Une tendance à la progression cependant, qui traduit l’effet des créations de postes dans les secteurs prioritaires de l’enseignement, de la justice et de la défense ou encore la volonté de promouvoir l’apprentissage. A titre d’exemple, l’État recrute majoritairement pour des emplois de catégorie A (emplois de cadres supérieurs - niveau Bac +3 et/ou Bac + 4 ou équivalent – ex. attaché, ingénieur, infirmier… : 67,9 %).

Mais des métiers « en tension » dans la filière du numérique et des SIC

Certains employeurs connaissent même aujourd’hui, une véritable « pénurie de vivier ». Parmi les métiers dans la fonction publique les plus recherchés en 2019 et dans les 3 ans à venir, figurent ceux de la filière du numérique et des systèmes d’information et de communication (SIC).

Des talents particulièrement prisés par les administrations afin de faire face à tous les défis posés par le programme de « transformation numérique » des services publics (cf. Action publique 2022 supra). Pour trouver une solution, et lutter contre la concurrence du secteur privé, où les rémunérations et conditions de travail sont globalement plus attractives, des mesures ont été prises par les ministères visant à renforcer l’attractivité de la filière. À titre d’exemple, il est notamment prévu en amont, de cette phase de recrutement, d’intensifier des pratiques de « sourcing » mais aussi, de professionnaliser davantage et d’accompagner les employeurs publics qui pourraient être amenés à recruter des agents contractuels dans cette filière.

967 000 contractuels et une augmentation attendue dans les années à venir

Le recours aux contractuels devient un mode de recrutement plus régulier. Ils sont 967 000 fin 2016 (+2,8 %), particulièrement dans la FPH (+3,6 %) et dans la FPE (+4,8 %). A l’Etat, l’augmentation du nombre de contractuels au ministère de l’Éducation et au ministère de la Justice explique en grande partie cette hausse dans l’ensemble du versant. À l’hôpital, leur hausse (+5 300) fait plus que compenser la baisse du nombre de fonctionnaires.

Un mode de recrutement appelé à s’élargir dans les années à venir. Le Gouvernement ayant, en effet, annoncé lors du dernier comité interministériel de la transformation publique, en février 2018, qu’il faisait partie des « quatre chantiers prioritaires de transformation de la fonction publique », avec la rénovation de la politique de rémunération (pour une plus grande prise en compte du mérite individuel et collectif des agents) et l’accompagnement en termes de ressources humaines des transformations publiques. Des chantiers devant aboutir à une véritable « refondation du contrat social avec les agents publics » avec la modernisation du dialogue social qui s’inscrivent dans la mise en place du programme Action publique 2022, portant sur « la rénovation du cadre de gestion de la fonction publique ».

Le recrutement par concours externes et internes recule…

C’est donc en toute logique que le recrutement par concours, considéré comme la « voie royale » pour entrer dans la fonction publique, a diminué par rapport à 2015. En 2016,
48 229 recrutements externes sur concours dans la fonction publique territoriale (FPT) et dans la fonction publique de l’État (FPE) sont intervenus contre 49 307 en 2015. S’agissant des concours internes, le nombre est également en baisse : 19 806 personnes en 2016 dans la FPE ont été lauréates et 21 617 dans la FPT.

Dans la FPE, le nombre de recrutements sur concours est quasiment stable en catégorie A (+0,4 %). Pour la catégorie B (emplois de cadres intermédiaires - niveau Bac à Bac +3 – ex. rédacteur, technicien,…), la hausse est nettement plus forte (7 233 après 4 598 en 2015) alors que le nombre de recrutés en catégorie C (emploi d’exécution – niveau BEP, CAP, ou sans condition de diplôme – ex. adjoint administratif, ATSEM, gardien) diminue légèrement
(-0,9 %). La FPT a recruté 2 182 agents de moins que l’année précédente (-7,0 %). Toutefois, les lauréats des concours externes et assimilés dans la fonction publique territoriale, la Ville de Paris et le Centre d’action sociale de la Ville de Paris (CASVP) représentent tout de même 29 154 personnes en 2016.

…Le 3e concours poursuit sa généralisation

A noter que le troisième concours, qui permet aux candidats de faire valoir une expérience professionnelle en dehors du secteur public quelle qu’en soit la nature, poursuivra, en 2019, sa généralisation avec l’ouverture de cette voie d’accès à un plus grand nombre de corps de la fonction publique de l’État (ex. emplois administratifs de catégorie C).

8 candidats présents pour un admis… taux de sélectivité des concours en baisse

Autre constat, les concours sont de moins en moins sélectifs. Avec 8 candidats présents pour un admis, la sélectivité de l’ensemble des recrutements externes de la FPE enregistre en 2016 son niveau le plus bas depuis 2001.

La sélectivité est le rapport entre le nombre de candidats présents et le nombre de candidats admis à un concours. Son évolution est généralement considérée comme un indicateur de l’attractivité des concours. Une explication à considérer toutefois avec prudence. La hausse de l’offre de postes peut par exemple, expliquer la baisse du taux de sélectivité. De même, l’évolution du chômage a un impact (par exemple pour les concours de catégories B et C) sur la sélectivité. Elle reste en baisse en 2016 dans les catégories hiérarchiques B (ex. secrétaire administratif de classe normale (sacn)) et C (ex. adjoint-administratif de 1ère classe) en raison de la progression rapide des ouvertures de postes.

Elargissement du « vivier » : 9 481 apprentis de 16 à 25 ans accueillis

Pour élargir le « vivier » et les « talents», après le PACTE (Parcours d'accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière et d'État) et les CPI (classes préparatoires intégrées), les employeurs publics se saisissent de plus en plus du contrat d’apprentissage.

En 2017, la BIEP (Bourse Interministérielle de l’Emploi Public) a publié 2 197 offres d’apprentissage, 1 442 317 consultations ont été recensées et 8 362 curriculum vitae ont été déposés. Sur les 9 481 apprentis accueillis dans le secteur public en 2017, 53% l’étaient dans la fonction publique territoriale (FPT), 43% à l’État et 4 % dans l’hospitalière.

Un levier de formation et d’insertion professionnelle pour les jeunes de 16 à 25 ans (30 ans de manière expérimentale dans neuf régions depuis le 1er janvier 2017), particulièrement efficace, que les administrations se sont totalement appropriées et un véritable… tremplin pour l’emploi !

8 Chiffres clés de la fonction publique en 2018 :

  • 5,480 millions de personnes fonctionnaires ou contractuelles
  • 177 669 nouvelles pensions de retraite attribuées
  • 100 000 emplois annuels pourvus
  • Une hausse globale de l’emploi public de + 0,50 %
  • 48 229 recrutements par concours externes
  • 8 candidats aux concours présents pour un admis
  • 967 000 contractuels
  • 9 481 apprentis


 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×