Actualité

Concours, recrutement : les 5 chiffres à retenir en 2021

janvier 2021

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Quel est le nombre d’agents de la fonction publique recrutés par concours ? Combien de contractuels collaborent au sein des services publics ? Quel est le taux de sélectivité des concours ? Quels sont les impacts de la crise sanitaire liée à la Covid 19 sur les recrutements ? Réponses ci-dessous, toutes issues de l’édition 2020 du rapport annuel sur l’état de la fonction publique.

La fonction publique : 5,56 millions d’agents publics

La fonction publique d’État, territoriale et hospitalière compte plus de 5,56 millions d’agents publics (fonctionnaires ou contractuels), soit près de 20% de l’emploi en France, selon la dernière édition du rapport annuel paru en décembre dernier (données 2018), recensant l'ensemble des données et analyses sur les ressources humaines des trois versants de la fonction publique (État, territoriale ou hospitalière).

…Et 460 000 nouveaux agents

Cette année encore, l’emploi public connaît une augmentation (+ 0,7% de manière globale).

460 000 nouveaux agents ont intégré l’un des trois versants de la fonction publique. Régulièrement un peu plus nombreux que les sortants, l’emploi public progresse, ces 10 dernières années, au même rythme que l’emploi total en France.

A l’État, l’augmentation est portée par trois ministères prioritaires dans le projet de loi de finances : Éducation nationale, Intérieur et Justice. Les effectifs du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer augmentent en particulier pour la police (+4 100 postes). L’État recrute majoritairement pour des emplois de catégorie A (emplois de cadres supérieurs - niveau Bac +3 et/ou Bac + 4 ou équivalent – ex. attaché, inspecteur, ingénieur,…).

Dans la Territoriale, l’emploi progresse aussi. La raison principale ? La transformation de
11 700 contrats aidés en contrats de droit public. Par ailleurs, conformément à la loi du 27 février 2017 relative au statut de Paris qui donne à la capitale les pouvoirs de police jusque-là détenus par la Préfecture de police, 1 800 agents de surveillance ont été transférés de la préfecture de police de Paris (FPE) vers la collectivité.

Dans la fonction publique hospitalière, l’emploi augmente de 0,4 %. Un rythme moins soutenu que les dernières années. Comme les années précédentes, l’emploi augmente plus vite dans les établissements médico-sociaux (2,0%) que dans les hôpitaux publics (+0,2 %). La part d’agents de catégorie A continue d’augmenter (+1,6 point) du fait – surtout - du passage dans cette catégorie des rééducateurs et des manipulateurs d’électroradiologie médicale.

Mais aussi 1,07 million d’agents contractuels

Selon l’édition 2020, plus d’un agent de la fonction publique sur cinq est contractuel. Au cours de l’année 2018, la fonction publique a employé exactement 1,07 million d’agents sous contrat.

57 % des contractuels sont en contrat à durée déterminée. Dans la FPE, le recours aux contractuels au ministère de l’Éducation nationale explique en grande partie leur nombre dans l’ensemble du versant. Dans la FPT, les contrats dans les établissements publics locaux (offices du tourisme,…) sont fréquents, les emplois occasionnels ou saisonniers y étant plus nombreux. Mais la part des contractuels des autres EPA « locaux » (OPHLM, régies…) augmente également. À l’hôpital, leur hausse fait plus que compenser la baisse du nombre de fonctionnaires, souligne le rapport.

Et… plus encore en 2021, afin de permettre à la FP de relever le défi de l’attractivité

Un recours au contrat qui, est appelé à s’élargir dans les années à venir ; un des objectifs de la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019 étant de rendre le secteur public aussi attractif que le privé.

La loi offre ainsi la possibilité de recruter directement en contrat à durée indéterminée (CDI), indépendamment du niveau hiérarchique de l’emploi ; donne des libertés nouvelles, tant aux agents qu’aux employeurs publics, et accorde plus de souplesse à l’administration en la matière (ex. indemnisations en fin de contrat,…).

Cet élargissement du recours au contrat concerne toutes les catégories d’emplois (A, B et C). Les enjeux de cette mesure étant de :

  • favoriser le recrutement et la fidélisation des profils compétents et recherchés, notamment pour les filières exigeant des compétences spécialisées pour lesquelles l’administration ne parvient pas à trouver au sein des membres du corps concerné le bon candidat (immobilier, numérique,…) ;
  • répondre aux besoins des territoires peu attractifs (ex. territoires ruraux, nord de la France,…) pour lesquels des employeurs publics connaissent des difficultés de recrutement ;
  • sécuriser la situation des agents contractuels en stabilisant d’emblée leur relation contractuelle avec l’administration et en leur conférant l’ensemble des droits liés au bénéfice d’un CDI.

42 000 postes offerts en externe à la FPE 

S’il n’existe pas de recensement complet, le rapport note que les recrutements externes sur concours sont en hausse dans la Territoriale (FPT), alors que les administrations de l’État ont ouvert (seulement) 42 000 postes.

Les concours externes restent pourtant un bon moyen d’obtenir une promotion, une mobilité ou d’être titularisé pour les « faux externes » : en effet, 14 % des recrutés externes étaient déjà fonctionnaires de l’État lors de l’inscription aux concours externe de la FPE, 18 % d’entre eux étaient contractuels et 0,8 % des recrutés externes étaient issus de la fonction publique territoriale ou hospitalière (en 2018).

A noter que le troisième concours, qui permet aux candidats de faire valoir une expérience professionnelle en dehors du secteur public quelle qu’en soit la nature, poursuit sa généralisation avec l’ouverture de cette voie d’accès à un plus grand nombre de corps de la fonction publique de l’État (ex. emplois administratifs d’exécution – niveau BEP, DNB - de catégorie C).

6,8 candidats présents pour un admis : le taux de sélectivité des concours de l’État continue de baisser

Si le taux de présence reste faible : 557 400 candidats se sont inscrits aux concours de la FPE mais seule la moitié d’entre eux se sont présentés aux épreuves ; cette année encore, le rapport relève surtout que les concours sont de moins en moins sélectifs.

Avec 6,8 candidats présents pour un admis, la sélectivité de l’ensemble des recrutements externes de la FPE continue d’enregistrer des niveaux aux plus bas depuis 2001.

La sélectivité est le rapport entre le nombre de candidats présents et le nombre de candidats admis à un concours. Son évolution est généralement considérée comme un indicateur de l’attractivité des concours. Une explication à considérer toutefois avec prudence. La hausse de l’offre de postes peut par exemple, expliquer la baisse du taux de sélectivité. De même, l’évolution du chômage a un impact sur la sélectivité plus ou moins fort (par exemple pour les concours de catégories B et C).

Dans la fonction publique territoriale hors la Ville de Paris, la sélectivité des recrutements sur concours en 2018 se situe à 5,3 candidats présents pour un admis en catégorie A. Elle est plus forte pour les catégories C avec un candidat admis pour 7,8 présents. La sélectivité des concours de la Ville de Paris est plus élevée que dans le reste de la fonction publique territoriale. La sélectivité des recrutements sur concours se situe à :

  • 8,3 candidats présents pour un admis pour la catégorie A ;
  • 4,7 pour les concours de catégorie B (niveau Bac – ex. rédacteur, technicien,…).

Impacts de la crise sanitaire liée à la COVID 19 : Des concours à réorganiser pour assurer la continuité du recrutement

La crise sanitaire liée au coronavirus COVID 19, porteuse d’un impact fort et direct sur l’organisation des concours, a été l’occasion d’inventer et de développer de nouveaux dispositifs juridiques permettant de réorganiser les épreuves des concours en rendant possibles les aménagements nécessaires, sans porter atteinte au principe de sécurité juridique et en définissant les conditions minimales de sélection des candidats.

En pratique, afin de tenir les calendriers de recrutement, les adaptations des épreuves des concours ont consisté, par exemple, à supprimer les oraux, à réduire le nombre d’épreuves écrites et, selon les cas, à fusionner certaines épreuves. L’adaptation des épreuves a été privilégiée toutes les fois où les recrutements à la date initialement requise ne pouvaient être reportés, avec le souci permanent de maintenir les éléments les plus essentiels de la sélection pour préserver la qualité des recrutements.

Certaines de ces mesures ont vocation à être pérennisées, notamment la généralisation du recours à la visioconférence et à la télésurveillance, la transmission dématérialisée des pièces et documents requis pour concourir, ou l’harmonisation des dates de référence pour l’admission à concourir.

Plus de policiers, travailleurs sociaux, soignants …en 2021 aussi ?!

Dans la FPT, les effectifs de la filière sociale ont davantage augmenté mais ceux de la filière technique ne sont pas en reste. Dans la FPH, si le personnel médical (médecins et interne) et soignant augmente de 0,6 %, les effectifs de la filière socio éducative sont les plus dynamiques (+ 400 postes), tandis que ceux de la filière administrative sont stables. Dans la FPE, le nombre d’agents des métiers liés à la sécurité(ex. agents de surveillance de la pénitentiaire, brigadiers, gardiens de la paix de la police), augmente également.

Des postes appelés à augmenter dans les mois à venir pour renforcer les filières sociale et soignante des 3 versants de la FP, comme l’a annoncé le gouvernement, tirant les leçons de la crise sanitaire et ses impacts sur les services publics.   

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×