Actualité

Coronavirus COVID-19 : mon concours est reporté…

décembre 2020

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

C’est officiel, comme celui de beaucoup de filières, votre concours de la fonction publique est reporté. Passé le choc de l’annonce, comment transformer cette crise en opportunité pour votre préparation ? Pourquoi est-il indispensable de vous y (re)mettre dès maintenant ? Quel plan d’actions mettre en place ?

Conseil n° 1 : Sachez gérer vos sentiments et vos émotions

Passée la vague de doutes, d’incertitude… reconfinement ou non, maintien des épreuves ou non, aujourd’hui, c’est officiel : votre concours (ou examen) est reporté… Au printemps 2021, plus tard ?

Quel que soit le concours de la fonction publique (externe, interne, 3e voie) ou l’examen professionnel reporté, et ce, quel que soit le versant (Etat, hospitalière, territoriale) ou encore, la catégorie (A - ex. attaché territorial, ingénieur, B - ex. technicien territorial, C - ex. agent de maitrise), cette situation est source de stress.

Deux sentiments peuvent naître : d’une part, l’injustice, « mes chances d’intégrer, d’évoluer au sein de la fonction publique, de promotion sont compromises… » ; d’autre part, la démotivation. L’échéance des concours étant reportée, vous pouvez, en effet, vous dire que vous avez le temps, que vous êtes fatigué, que cela peut encore changer, une troisième vague n’étant pas exclue, etc.

Cela étant, ces sensations sont contreproductives, elles peuvent conduire à l’inaction. Pour tourner la situation à votre avantage, tout va donc dépendre de votre façon de prendre en compte les événements : colère, sentiment d’impuissance ou opportunité. En choisissant la seconde manière, vous allez pouvoir en tirer le meilleur.

Conseil n° 2 : Établissez un plan d’actions efficace 

Une fois que vous avez compris que cette période pouvait vous être profitable, il va falloir passer à la construction d’un plan d’actions.

Pour cela, plusieurs étapes sont à respecter :

1. Faites un état des lieux

Vous avez peut-être déjà bien entamé vos révisions, fait plusieurs entraînements de rédaction (ex. note de synthèse, réponses aux questions (QRC), rapport…) ou vous alliez vous y mettre. Dans tous les cas, faites une liste de tout ce que vous avez encore à faire. Listez les notions à savoir, celles à revoir, les points de méthodologie à travailler, la présentation de votre parcours à rédiger, etc. Comptez une à deux heures de travail d’état des lieux à l’aide de l’arrêté d’organisation des épreuves, voire du programme officiel de révisions - quand il existe.

2. Définissez un planning

Une fois cette liste terminée, vous allez pouvoir intégrer votre plan de charge, dans un planning. Constituez-vous - dans l’idéal - une journée-type de révisions avec des plages de travail un peu lourdes (4 heures), puis des plages de travail intermédiaire (2 heures) pour une journée efficace avec des créneaux (d’1H30) pour faire une pause, vous détendre, faire du sport, discuter et prendre du recul. Levez le pied également car des révisions sur quelques semaines n’ont rien à voir avec des révisions sur plusieurs mois. Avec le temps qui vous est donné, vous allez pouvoir faire une à deux fois le programme et les annales. Il faut donc gérer l’effort.

Ce planning de révisions vous donnera un cap et vous évitera également d’exploser en vol. Aborder les concours ou les examens professionnels en 2021 peut se comparer à un vrai marathon. Inutile de se mettre sous pression trop tôt avant les épreuves. Une fois que les dates de début des épreuves seront confirmées, il sera temps pour vous - deux ou trois semaines avant les premières épreuves, par exemple - d’intensifier les révisions et reprendre un rythme plus « classique ».

Conseil n° 3 : Révisez… encore et encore

Planning dressé, la prochaine étape est de travailler de manière efficace. Courage, le plus dur c’est de s’y mettre.

Pour mémoriser une méthodologie (ex. savoir rédiger une note de synthèse ou des réponses à des questions courtes), une grande quantité de données pendant une courte durée, vous allez devoir vous entraîner, vous concentrer, comprendre les informations à retenir, et surtout les apprendre ou les utiliser, et ce, plusieurs fois.

Cela veut dire quoi ? Prévoir des plages de travail pour reprendre la méthodologie, les outils déjà utilisés de façon régulière, reprendre et (ré)apprendre les informations de ses fiches.

Ensuite, il faut vous entraîner, réviser, en fragmentant (ex. se faire une ou deux fiches, puis passer à autre chose dans le programme de révisions), avec une pause régulière. Faire et refaire des exercices reste incontestablement la meilleure clé de réussite.

Les matières, comme les finances publiques, le droit civil ou public, demandent des connaissances précises. Apprendre plusieurs fois la même information, de manière espacée et régulière dans le temps, permet de la consolider.

Conseil n° 4 : Restez connecté

Vous pouvez saturer ! Ce n’est pas grave. Octroyez-vous une pause et allez sur les réseaux sociaux, Skype, WhatsApp, FaceTime… pour échanger sur ce que vous avez réussi (ou non) à faire, pour ôter certains doutes. C’est important.

Conseil n° 5 : Entraînez-vous, à haute voix, en vous mettant en situation

Pourquoi ne pas profiter de cette période pour vous entraîner à voix haute ? Mettez à contribution l’entourage, faites de votre conjoint et/ou de vos enfants votre auditoire, de manière ludique. Le fait de vous entendre apporte un supplément à la mémoire et puis, parler de ce que l’on apprend à d’autres vous permettra de faciliter vos apprentissages.

Enfin, il est indispensable de vous mettre en situation : sur un temps illimité, puis en fonction de la durée de l’épreuve. C’est la seule façon d’évaluer votre niveau et de déterminer les points à améliorer.

Conseil n° 6 : Contrôlez vos acquis…

Travailler dans un foyer à huis clos, sans aucun cadre ni contrôle, pas toujours évident. Se préparer seul suppose d’être capable de gérer son temps et de s’auto-évaluer.

Ce moment de confinement est peut-être le meilleur moment pour recourir à un organisme de préparation à distance. A la clé ? Une présentation du concours, une méthodologie, des cours et des devoirs avec des corrections personnalisées.

Recourir à Carrières publiques pour votre préparation, en cette période, vous permettra de poursuivre le parcours déjà effectué plus sereinement et d’avoir un retour personnalisé et constructif sur vos devoirs, d’échanger avec des formateurs avec l’appui d’un tutorat téléphonique, etc.

Conseil n° 7 : …de manière ludique ! Apprenez autrement

Autres solutions pour vérifier vos progrès : amusez-vous à vous faire interroger, réciter, par les personnes avec vous à la maison.

Ou encore, révisez en jouant. Carrières Publiques propose, dans les fiches de culture administrative, des quiz sur les questions d’actualité (ex. la loi du 19 octobre 2020 protégeant les enfants « influenceurs » sur internet, les polices municipales, le prix social du carbone et l’engagement pour le climat…).

Créez-vous également des blind-tests « maison » pour jouer en famille à vous muscler le cerveau. Les concours de catégorie C (ex. adjoint administratif, ATSEM) demandent d’avoir un niveau troisième en français, avec des analyses de phrases, le sujet… ; de même, en ce qui concerne les mathématiques et l’épreuve de tableau numérique.

En fin de partie, sachez vous récompenser pour le travail accompli, cela apporte beaucoup de bienfaits !

En conclusion, en vous y (re)mettant dès à présent, alors que d’autres choisissent de reprendre leur préparation plus tard, c’est maintenant que vous grappillez des places et que vous vous donnez les moyens d’être le meilleur le jour J !
 

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×