Actualité

Être le meilleur le « Jour J » des épreuves du concours d’attaché territorial en 2020

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Les prochaines épreuves des concours (externe et interne) d’attaché territorial la fonction publique territoriale se dérouleront à compter de novembre 2020. Le nombre de candidats étant toujours important et d’un excellent niveau, il ne suffit pas d’être bon, il faut être meilleur que les autres. Tout point ou demi-point comptant, prenez le temps de lire ces conseils clés pour décrocher le « sésame ».

La veille… remémorez-vous ce que le jury attend de vous

Avec une dizaine de milliers d’inscrits pour moins de mille postes rien qu’en région parisienne (chiffres 2019 - CIG de la petite couronne), pas de secret, il faut arriver bien préparé aux épreuves des concours d’attaché territorial (catégorie A – filière administrative de la fonction publique territoriale).

La veille de l’examen, relisez les notes de cadrage voire les derniers rapports des jurys : ces documents vous rappelleront que les épreuves sont « professionnelles » : composition écrite portant sur un sujet d’ordre général relatif à la place et au rôle des collectivités territoriales dans les problématiques locales, note de synthèse en externe et rapport avec propositions en interne.

Pour les épreuves de note et de rapport, il s’agit donc de faire une analyse fine du cas présenté (par exemple : libre administration, partenariats locaux, aménagement du territoire…). Autrement dit, de vous mettre en situation.

Sont à maîtriser notamment : les notions de décentralisation et déconcentration ; les droits et obligations des fonctionnaires ; les collectivités territoriales (CT) et leurs établissements publics ; la répartition des pouvoirs et les modes de décision dans les CT ; les finances publiques locales ; le processus d’élaboration budgétaire ; la démocratie locale ; les moyens juridiques d’action des CT ; la commande publique ; les relations entre l’administration et les administrés ; l’accessibilité des services publics ; le contrôle de légalité ; les politiques publiques sectorielles ; l’évaluation des politiques publiques…. mais ayez également à l’esprit que pour bien traiter les sujets posés et faire des propositions, il faut maîtriser également les techniques de conduite de projet.

Le jour J, sur le fond et sur la forme… votre méthode : être professionnel

Le jury attend que vous soyez dans une posture d’aide à la décision pour les élus ou votre hiérarchie. Savoir faire la synthèse d’un mode opératoire sans répondre à la commande ne saurait être suffisant. Inutile également de « tout mettre » si votre copie n’a pas « d’opérationnalité ».

Le jury cherche à retenir des candidats aptes à se projeter dans des fonctions d’encadrement d’équipes, en mode hiérarchique ou en mode projet. Par exemple, pour être bon(ne), votre note / votre rapport doit donc être suffisamment technique, comporter des propositions très concrètes, mettant en valeur le rôle et impact d’une mesure sur les services et les objectifs d’un projet par exemple.

Le rapport ou la note doit comporter deux parties distinctes : une première partie, exclusivement rédigée à l’aide des éléments du dossier (30/40 pages), avec une identification des problèmes à résoudre, une mise en valeur des grands principes qui sous-tendent les problèmes et, une deuxième partie, qui présente des propositions opérationnelles pertinentes : cadre juridique, financier, ressources humaines, orientations politiques, expériences éclairantes conduites par différentes collectivités territoriales.

Vous devez alors sortir du dossier et mobiliser vos acquis pour rédiger des propositions pertinentes.

Franchissez pas à pas et avec succès les épreuves, en maîtrisant ces points clés

Pour réussir les écrits, 5 points sont essentiels à avoir en tête :

1. Rendre un travail achevé (introduction, développement structuré avec plan apparent inclus). Sans ce premier point, pas de bonne note possible. Et cela quelle que soit la qualité du reste

2. Traiter le sujet. Pour l’épreuve de note ou de rapport, vous ne pouvez pas vous contenter de faire allusion à des textes ou des informations contenues dans le dossier. Votre lecteur n’a que votre note pour comprendre, vous devez vous placez dans les conditions d’une démarche d’aide à la décision voire, de mise en œuvre d’un projet. Structurez vos réponses en argumentant de façon claire et synthétique sur les avantages et inconvénients des solutions proposées. Le sujet de composition n’est pas fait pour obtenir des oui ou des non, ce serait trop simpliste. L’épreuve est là pour vous faire formuler un développement d’arguments compréhensibles et étayés. Vous devez donc construire votre réflexion (ex. en identifiant la problématique). Le plan que vous allez bâtir ensuite, va être la représentation matérielle de votre logique

3. Rédiger une bonne introduction. Elle doit donner envie au correcteur d’aller plus loin dans la lecture de la copie, mais également, de démontrer comment vous travaillez.  Pour l’épreuve de note ou de rapport, elle comporte cinq parties : une phrase d’accroche, le contexte du sujet, les enjeux, la problématique soulevée et l’annonce du plan

4. Apporter un contenu enrichi en utilisant de manière appropriée, le vocabulaire spécifique. Montrez, comme tout futur attaché territorial de qualité, que vous maîtrisez les définitions et termes importants employés couramment par les collectivités territoriales et leurs établissements

5. Veiller à la forme rédactionnelle de présentation. Timbre, destinataire, objet (exemple : l’accueil des mineurs étrangers isolés), références (celles des principaux textes juridiques ou officiels fondant le cas échéant, votre note). Votre copie doit reprendre les informations figurant en première page du sujet. Autre recommandation : abandonnez toute signature ou parafe en fin de note afin d’éviter une rupture d’anonymat et être éliminé.

Reste l’éternelle question : « Dois-je conclure ma note / mon rapport ? » Pas d’obligation ici. Mais, ayez conscience qu’aucun correcteur n’enlève des points à un candidat qui en fait une. Mieux, votre conclusion peut vous faire gagner des points, si elle sert à finaliser votre écrit. Elle peut aussi donner au correcteur l’impression que vous allez toujours au bout de la commande qui vous est faite. 

Les heures se sont volatilisées ?! Voici déjà les dix dernières minutes. Soignez les dernières phrases et prenez le temps de vous relire. Une bonne copie commence par un devoir où l’orthographe et la présentation sont soignées.

Pour convaincre à l’oral : répondez en manager territorial

Admissible ? Félicitations. A l’oral, en externe, vous allez devoir passer un entretien visant à apprécier vos connaissances administratives générales et votre capacité à les exploiter, votre motivation, le cas échéant sous forme d'une mise en situation professionnelle (durée : 20 minutes - coefficient 4). En interne, vous allez devoir passer l’épreuve d’entretien débutant par une présentation de votre expérience professionnelle et des compétences acquises à cette occasion (durée : 25 minutes dont 10 minutes au plus de présentation - coefficient 5). .

Pas de panique, les membres du jury vont vous mettre dans des conditions qui vous permettent de donner le meilleur de vous-même. Pour eux, ces épreuves sont l’occasion de se faire une idée sur votre capacité à être un bon collaborateur et manager. Face à la complexité croissante de l’exercice des politiques publiques, les cadres de la Territoriale doivent savoir se montrer stratégiques, notamment dans leur capacité à donner du sens et à fédérer les équipes autour de valeurs et de projets communs.

A vous de montrer que vous avez les aptitudes et qualités humaines et intellectuelles indispensables pour devenir un attaché territorial et que vous saurez répondre au mieux aux attentes des décideurs, des agents que vous encadrerez et des usagers du service public.

Enfin, les épreuves orales permettent d’évaluer si vous avez les qualités et les compétences nécessaires pour assumer les missions dévolues au cadre d'emploi des attachés territoriaux : participation à la conception, l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques locales, études ou missions de gestion des ressources humaines, financières et de contrôle de gestion des achats et des marchés publics, conseil juridique, communication, animation économique, sociale et culturelle de la collectivité. Donc, si vous voulez être un futur lauréat, évitez par exemple toute familiarité avec les membres du jury.

Soyez stratégique : grâce aux épreuves facultatives, gagnez des points ultimes

Au moment de votre inscription, vous pourrez demander à passer, à titre facultatif, une épreuve écrite de traduction d’un texte en langue étrangère suivie d'une conversation (allemand, anglais, espagnol, italien, russe, arabe moderne, portugais, néerlandais, grec - durée : 30 minutes dont 15 minutes de préparation – coefficient. 1)

Prendre cette option est un bon moyen de gagner des points. Mais pour y arriver, vous devez travailler avec les notes de cadrage et les rapports du jury des sessions précédentes. Des documents qui rappellent que pour l’épreuve de langue par exemple, proposer une traduction « mot à mot » est une erreur. Ne tombez pas non plus dans des pièges qui conduisent à des faux sens voire à des contre-sens (ex. les « faux amis » en anglais : ces mots qui ressemblent beaucoup à un mot français mais dont le sens est différent).

Les modalités de l’épreuve varient d’un centre organisateur à l’autre, il est important que vous demandiez le plus tôt possible des précisions auprès des services de concours et d’examens.

Dernier conseil : Conditionnez votre esprit à penser positivement et gardez confiance ! Au besoin, imaginez-vous le jour des résultats, admis, sourire aux lèvres…
 

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×