Actualité

FPT 2021 : pourquoi suivre une préparation aux concours ou examens professionnels ?

mars 2021

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

L’inscription à un concours ou un examen professionnel de la fonction publique territoriale (FPT) quel(le) que soit la catégorie (A, B, C), le cadre d’emplois (attaché, technicien, ATCPB…) ou la filière visée, est un challenge de haut niveau. Vous voulez vous donner les moyens de réussir ? Une préparation est là pour vous accompagner. Explications en 6 points.


1. Optimiserez votre temps de préparation

Préparer un concours (externe, interne, 3e voie) ou un examen professionnel de la fonction publique territoriale relève d’une démarche réfléchie. Vous visez à décrocher un poste qui va vous faire entrer dans la Territoriale ou vous permettre d’accéder à une fonction supérieure. C’est un enjeu par rapport à vous, votre entourage. C’est un investissement en temps et en moyens financiers.

Pour être prêt le jour des épreuves et ne pas vivre l’angoisse de la page blanche, il faut faire la liste (et donc faire des choix) de tout ce que qu’il y a à réviser et vous tenir aux plannings de révisions / préparation.
Savoir organiser son temps en fonction du résultat escompté est indispensable.
Concrètement, cela signifie : découper les révisions en objectifs, avoir un calendrier et se noter la ou les soirées réservées aux révisions, voire des week-ends entiers à l’approche des épreuves…
Côté révisions, en fonction du programme fourni, il vous faudra lire les ouvrages appropriés (ex. Connaissances des institutions) et construire des fiches. Aucune impasse n’est possible au risque de tomber sur un sujet non connu et au bout, d’avoir une note éliminatoire.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, plusieurs méthodologies : soit vous préparez seul avec des annales et des ouvrages ; soit vous sollicitez le soutien d'un organisme de préparation, avec des entraînements à la maison.


2. Avec un organisme de formation… vous bénéficiez d’une méthodologie claire et de fiches de connaissances actualisées

L’absence de programme précis peut dérouter les candidats qui ne savent pas véritablement ce qui est exigé d’eux. La maîtrise parfaite des techniques d’expression orale, l’esprit de synthèse, le sens de l’analyse de documents sont indispensables pour réussir les concours et examens professionnels (EP) de la Territoriale.
En recourant à un organisme de préparation à distance comme Carrières Publiques vous recevrez une présentation du concours ou de l’EP préparé, une méthodologie mais aussi… des cours mis à jour.
Avoir les derniers textes réglementaires, l’actualité territoriale récente est un véritable avantage qui permet de gagner du temps.

3. Avec un organisme de formation… vous profitez de devoirs avec des corrections personnalisées

Bien sûr, avoir les dernières connaissances juridiques, l’actualité sur les collectivités territoriales est un atout indéniable mais pour réussir à rendre une bonne copie, il faut s’entraîner.

Pour vous aider à faire (et refaire) des exercices, les annales constituent une bonne base lorsqu’elles comportent des indications de corrections. Les organisateurs des concours et examens professionnels territoriaux (CDG/CIG) publient souvent sur leur site Internet les sujets les plus récents et complets (avec les dossiers pour la note par exemple) mais tous ne publient pas les indications de corrections mises à disposition des correcteurs. Ainsi, il est indispensable de compléter ces publications par des entraînements aux épreuves corrigés,  proposés lors de préparation. Vous gagnerez en efficacité le jour J.
Votre correcteur sera là pour vous rappeler qu’une bonne copie commence par un devoir où l’orthographe et la présentation sont soignées. L’accumulation de fautes de cette nature, quelle que soit la discipline concernée, ne peut qu’indisposer les correcteurs.
Ensuite, la méthodologie et votre correcteur sauront vous guider pour vous aider à traiter le sujet, structurer les réponses, veiller à la forme rédactionnelle et maîtriser le vocabulaire spécifique, apporter un contenu de qualité, établir un plan équilibré avec un développement en deux ou trois parties – subdivisées en sous-parties...

La persévérance et l’entraînement régulier font progresser rapidement. Un bon entraînement doit se faire de façon à être mis en situation : sur un temps illimité puis en fonction de la durée de l’épreuve. C’est la seule façon d’évaluer son niveau et de déterminer les points à améliorer.
Une bonne préparation vous proposera des exercices d’entrainement avec 3 ou 4 devoirs pour vous aider à vous améliorer et vous permettre de rentrer progressivement dans les conditions réelles du concours.

4. Avec un organisme de formation… vous aurez un suivi régulier tout au long de la préparation au concours

Les préparations qu’elles soient à distance ou « en présentiel » peuvent s'avérer d'une grande aide car elles permettent de découvrir les épreuves avec des correcteurs professionnels, des professeurs, et d'être régulier et suivi, tout au long de sa préparation.
S’il y a un thème ou une matière (ex. finances publiques, droit public…) dans laquelle vous savez que vous êtes mauvais (ou que vous détestez), vous allez devoir vous forcer à le/la travailler. Allez, courage ! Le plus dur, c’est de s’y mettre.

5. Avec un organisme de formation… vous posez vos questions auprès de correcteurs connaissant par cœur les attentes du jury

Pour les concours de catégorie A ou B, préparer un concours via un organisme de qualité est plus que raisonnable. C’est la meilleure option pour s’assurer d’un soutien pédagogique renforcé, d’un accompagnement particulier.
Et s’il reste un doute sur quoi que ce soit ? Avant qu’il ne soit trop tard, il ne faut pas hésiter à poser des questions sur les réseaux sociaux, sur les forums des sites Internet dédiés mis à disposition par l’organisme mais aussi à d’autres candidats (ou lauréats éventuellement)… afin de lever toutes incertitudes anxiogènes et contreproductives.

6. Votre compte personnel de formation (CPF)

Enfin, préparer un concours ou un examen professionnel de la fonction publique territoriale via un organisme est un bon moyen d’utiliser vos droits à formation acquis sur votre compte personnel de formation (CPF). 
Utilisable par tout agent ou salarié, tout au long de sa vie active, y compris en période de chômage, ces heures permettent de suivre une formation qualifiante ou certifiante. Selon le secteur, les dispositions relatives au CPF varient. Pour les agents publics, le champ des formations est plus large mais l’accord de l’employeur doit être obtenu.
Pour être prise en charge, la préparation au concours doit être assurée par un établissement agréé et déclaré en tant qu'organisme de formation.
Pour plus d’informations personnalisées (droits, formations admises), il faut vous connecter au site Internet dédié au compte formation et activer votre CPF. Vous pourrez notamment y intégrer - avant le 1er juillet 2021 - vos éventuelles heures de droit individuel à la formation (Dif).

Bonne préparation !

 

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×