Actualité

La semaine du concours Attaché de la Gazette des communes est ouverte !

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Dernière ligne droite avant le début des épreuves du concours d’attaché territorial, vous ne savez pas vraiment si vous êtes prêt ? Et si vous participiez au plus grand concours blanc de France ? Un événement organisé, du 24 septembre au 1er octobre prochains, par la Gazette des communes et Carrières publiques, qui s’avère être un must.

La semaine du concours… Qu’est-ce que c’est ?

Pour la deuxième année, La Gazette des communes, le magazine des fonctionnaires territoriaux, et Carrières publiques, organisent la semaine du concours Attaché. Un grand concours blanc d’attaché territorial unique en France, qui consiste à :

  • réaliser un devoir en s’entraînant à l’épreuve sur dossier (note ou rapport) sur un sujet original,
  • avoir une correction personnalisée réalisée par des membres de jury,
  • connaître son classement de manière anonyme.


Les inscriptions ont débuté le 4 juin et déjà des dizaines de participants répondent présents !

Je m'inscris

...C’est pour qui ?

Ces 7 jours constituent un moment privilégié pour qui veut s'entraîner et se comparer. C’est aussi un test qui donne l’occasion aux candidats qui se préparent depuis des mois à atteindre le Graal, d’avoir un « feedback » sur leurs performances avant le début des épreuves réelles. Pour donner une chance à chacun, c’est simple : aucun candidat n’est oublié. La semaine du concours est ouverte à tous les candidats des concours externe, interne et 3ème concours d’attaché territorial.

Je m'inscris

 

…Comment ça marche ?

La semaine du concours se déroule en 4 étapes :

  • Du 4 juin au 24 septembre, chaque candidat peut s'inscrire sur la plateforme en fonction du concours choisi (externe, interne, 3e voie) et dans la spécialité de son choix (administration générale / sanitaire et sociale) ;
  • Le 24 septembre, les candidats reçoivent par mail leurs accès à la plateforme pour réaliser leur devoir ;
  • squ’au 1er octobre, ils réalisent leur devoir chez eux et le déposent sur la plateforme de correction en ligne ;
  • Du 25 au 31 octobre, les candidats reçoivent leur correction personnalisée, un corrigé type, et une analyse des performances globales de tous les participants, leur permettant de se situer. 

Je m'inscris

…Un entraînement en conditions (presque) réelles

Passer un concours blanc dans le cadre de la préparation, un peu comme pour le Bac blanc en Terminale, n’est qu’un entraînement. Il ne changera pas l’issue (réussite ou non) au concours, mais il peut s’avérer être une étape décisive.

C’est la meilleure occasion de se confronter aux conditions réelles du concours. Même si le devoir est à faire chez soi, les copies sont anonymes et les sujets sont originaux.

Lors de la dernière édition, le sujet de la note (concours externe) portait sur « le télétravail dans la fonction publique territoriale », et s’appuyait sur un dossier documentaire de 14 documents (34 pages) ; celui de rapport avec des solutions opérationnelles (concours interne) portait sur « l’accueil du public dans les collectivités » (sur une base de 13 documents - 35 pages). Des sujets d’actualité au sein des collectivités territoriales.

Je m'inscris

…Une bonne raison d’avancer sur ses révisions

Les écrits des concours commencent le 22 novembre 2018. Les inscriptions à la semaine du concours sont lancées depuis le 4 juin et l’épreuve blanche se déroule du 24 septembre au 1er octobre. Une occasion en or pour s’engager à fond sur son travail de révision, au lieu d’attendre le mois de novembre, au risque de se retrouver submergé de travail.

En bonus : c’est un bon moyen de limiter le stress et d’éviter de faire des impasses pendant les révisions.

Je m'inscris

…L’heure de vérité un peu avant l’heure

Participer au concours blanc, c’est saisir l’opportunité de savoir où le candidat en est.

Tout en considérant la semaine du concours comme un entraînement sans conséquences, se forcer à le travailler lui permettra d’évaluer ses compétences réelles grâce aux différents documents remis avant le 1er novembre.

Concrètement, quelques semaines après avoir composé, le candidat reçoit un corrigé type et une correction personnalisée. Il peut donc dresser un bilan de ses points forts et des points d’amélioration à travailler pour mieux se préparer aux épreuves réelles.

Et parce que c’est un concours, qu’en conséquence pour décrocher le fameux sésame, il faut être le meilleur, le candidat reçoit aussi une analyse de positionnement et des performances globales de tous les participants, lui permettant ainsi de se situer et de prendre conscience de son niveau.

Je m'inscris

 …Et si la réussite n’est pas au bout ?

Attention cependant, ce « galop d’essai » ne doit en aucun cas être abordé comme l’épreuve réelle, au risque de générer un surplus de stress qui serait négatif pour la poursuite du programme de révision.

Même si rater n'est jamais bon, ce n'est pas forcément révélateur de la suite. C’est surtout le moment de prendre conscience de son niveau. Si l’échec provient d'un manque de travail, la solution est toute trouvée : « Travaillez plus ! ». Si la méthodologie n’est pas bonne, il reste toujours du temps pour reprendre tout ce qui n'est pas intégré. Les semaines passent rapidement, mais c'est vraiment possible.

L'échec peut aussi s'expliquer par une mauvaise compréhension des attentes des correcteurs. Certains candidats ressentent parfois de l'injustice après avoir obtenu une mauvaise note par le jury alors qu'ils avaient travaillé. Dans ce cas, le problème est souvent qu’ils restituent les connaissances sans apporter une réflexion personnelle.

Il s’agit ici d’un concours pour obtenir un grade de cadre supérieur de la FPT, le jury cherche à recruter des hommes et des femmes capables de démontrer leurs savoirs faire (plus encore que leurs savoirs). 

Je m'inscris

Au final… une chance réelle de se rassurer

Le concours blanc doit surtout être un bon exercice pour prendre confiance. Un candidat qui réussit se donne une chance supplémentaire d’arriver plus sûr de lui aux épreuves que ses concurrents. Une bonne note est toujours bonne pour le moral. Bien sûr, il faut savoir rester humble, et ne pas « se reposer sur ses lauriers ».

Le message de ce succès : « Continuez dans cette voie et n'hésitez pas à vous fixer des objectifs plus élevés ».

Je m'inscris

C’est décidé. Je m’inscris ! 

https://www.abonnement.infopro-digital.com/la-gazette-la-semaine-du-concours/formule/43?utm_source= carrieres-publiques.com&utm_medium=referral&utm_campaign=semaine-concours
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×