Actualité

Lauréat des concours d’animateur et animateur principal… Et après ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Passionné, dynamique, vous êtes aujourd’hui riche d’une expérience dans l’animation, dans le périscolaire, la médiation sociale, ou encore l'insertion au sein d’associations ou de structures locales (commune, centre de loisirs, maison de quartier, EHPAD). Vous souhaitez intégrer la fonction publique territoriale (FPT) ou continuer votre carrière et acquérir de nouvelles responsabilités. Les concours d’animateur territorial ou animateur principal territorial (filière animation - catégorie B - FPT) sont faits pour vous… Mais ensuite ?

Soyez actif dans votre recherche d’emploi

Les animateurs territoriaux constituent un cadre d’emplois d’animation de catégorie B qui comprend les grades d’animateur, d’animateur principal de 2e classe et d’animateur principal de 1re classe (Décret n° 2011-558 du 20 mai 2011 portant statut particulier du cadre d'emplois des animateurs territoriaux).

Être lauréat d’un des concours d’animateur ou d’animateur principal territorial en 2019 (externe, interne, 3e voie), c’est s’ouvrir la possibilité d’exercer un métier en lien avec les actions de proximité des 13 régions, 101 départements, 34 979 communes, mais aussi les 1 258 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre (métropoles, communautés urbaines ou d’agglomération ou de communes) auxquels s’ajoutent les maisons de quartiers, centres de loisirs, établissements sociaux et médicosociaux (maisons de retraite – EHPAD, foyers de travailleurs, centres d’accueil, centre communal d’action sociale - CCAS), établissements hospitaliers, structures d'accueil, crèche...

Cependant, pour être recruté, être inscrit sur la liste d’aptitude par le centre de gestion (CDG ou CIG : centre interdépartemental de gestion) ne suffira pas. A la différence de la fonction publique d’État, la recherche d’emploi relève d’une démarche personnelle.

La promotion est, quant à elle, soumise à une proposition de l’autorité territoriale, un choix des instances paritaires (commission administrative paritaire - CAP) et la nomination sur un poste vacant dont les missions sont en adéquation avec le grade.

Il vous faudra donc consulter les annonces de postes parues sur les sites des CDG/CIG, les avis de vacance en interne de votre collectivité (si vous êtes déjà fonctionnaire) pour envisager une mobilité.

Un poste vous intéresse ? Répondez-y, en envoyant l’attestation de réussite au concours, un CV et une lettre de motivation.

Rédigez un bon CV et une lettre de motivation mettant en avant vos atouts

Pour réussir à décrocher un entretien, au-delà de la rédaction ou de la mise à jour de son curriculum vitae (CV), il faut prendre le temps de poser par écrit ses compétences/savoir-faire, connaissances, expériences et pourquoi pas, ses activités extra-professionnelles (associations…).
Aujourd’hui, les chargés de recrutement des collectivités territoriales cherchent des collaborateurs qui ont des qualités professionnelles et personnelles. Depuis quelques années, les directeurs des ressources humaines parlent aussi de « talents ». Donc, un CV qui indique ses expériences et formations professionnelles en rapport avec le poste est important, mais l’essentiel n’est pas là.
A l’aube d’une métamorphose de l’action publique territoriale, les collectivités doivent pouvoir garantir le respect des valeurs fondamentales du service public : primauté de l’intérêt général, accessibilité, continuité, etc. mais aussi être en capacité d’innover et de maintenir la performance des structures.

Les employeurs attendent des animateurs, entre autres, les compétences suivantes : des capacités d’analyse des besoins et des caractéristiques des publics accueillis (diagnostic de territoire) ; une expérience dans l’animation, mais également en organisation d’événements et en conduite de projet ; savoir impulser et animer une dynamique de groupe ; et enfin  s'adapter à la diversité sociale et culturelle du groupe.
Les animateurs principaux doivent avoir, en outre, une bonne connaissance des enjeux, de l’évolution et du cadre réglementaire des politiques publiques, sociales et culturelles, des acteurs institutionnels et associatifs du secteur socio-culturel, une maîtrise des outils bureautiques, le sens des responsabilités et du service public, un goût prononcé pour la négociation, mais aussi le contact du public, de l’adaptabilité et de la disponibilité… mais pas que cela. Fédérer, développer, encadrer, soutenir, sont aussi des qualités essentielles d’un animateur principal afin de permettre la mise en place des grandes orientations qui ont été fixées par la structure.

Directeurs des ressources humaines, directeurs généraux des services, élus… sont donc à la recherche d’animateurs et d’animateurs principaux territoriaux disposant des qualités telles que le dynamisme, l’ouverture d’esprit, l’audace et l’innovation.

Dans votre lettre de motivation, mettez en avant, en une dizaine de phrases courtes, directes et simples, les éléments suivants : votre statut (lauréat du concours d’animateur territorial principal de 2e classe et éventuellement titulaire de la fonction publique - grade (ex. animateur territorial)…), votre parcours (privé-public, public-public) afin d’éveiller l’intérêt chez votre recruteur, pourquoi vous postulez (ce qui vous intéresse, votre envie, ce que vous pouvez apporter sur ce poste, à la collectivité/structure), et que vous souhaitez une entrevue pour parler de votre projet.

L’exercice de la lettre de motivation n’est pas évident, mais restez confiant. Les collectivités et les établissements territoriaux sont d’abord des lieux sociaux où se rencontrent des êtres humains. Votre profil, s’il est dynamique et s’il peut répondre aux attentes de votre recruteur, vous permettra de décrocher un entretien.

L’animateur, un professionnel en prise directe avec le public, coordonnateur et pilote de la politique définie par la structure

L’animateur territorial a « à faire l'épreuve du terrain ». Dans des régions plus ou moins « faciles », offrir un lieu pour la mixité sociale et culturelle, ou encore accompagner au « bien-vivre ensemble » est, sur le territoire donné, l'un des défis à relever.

Au quotidien, les animateurs coordonnent et mettent en œuvre des activités d’animation dans le secteur périscolaire, dans les domaines de l’animation des quartiers, de la cohésion sociale, du développement rural et de la politique de développement social urbain. Ils peuvent participer à la mise en place de mesures d’insertion, intervenir au sein de structures d’accueil ou d’hébergement, ainsi que dans l’organisation d’activités de loisirs. Dans le domaine de la médiation sociale, les animateurs territoriaux peuvent conduire ou coordonner les actions de prévention des conflits ou de rétablissement du dialogue entre les personnes et les instructions dans les espaces publics ou ouverts au public.

Il doit savoir offrir des services aux publics comme, par exemple, répondre à un besoin sur le territoire de lieux d’animation et de loisirs pour les enfants dans des temps extrascolaires.

L’animateur principal territorial peut occuper des postes d’agent de médiation et de prévention, médiateur culturel, animateur éducatif accompagnement périscolaire, animateur périscolaire, chargé d’animation à l’éducation au développement durable, etc.

L’animateur territorial principal, un « expert » et un développeur du partenariat local au service des publics, dans les domaines sociaux, culturels ou d’activités de loisirs

L’animateur principal, une fois nommé, est celui qui met en œuvre une « expertise particulière » dans son domaine d’activités. Il peut concevoir et coordonner des projets d’activités socio-éducatives, culturelles et de loisirs, encadrer une équipe d’animation, être adjoint au responsable de service, participer à la conception du projet d’animation de la collectivité et à la coordination d’une ou plusieurs structures d’animation.  Il peut aussi assurer l’animation de réseaux dans les domaines sociaux, culturels ou d’activités de loisirs et conduire des actions de formation (sur la citoyenneté, la santé, l'endettement...).

Concrètement, c’est lui qui est chargé de suivre et d’analyser les données d'activité du service ou de la structure et de proposer des axes d'évolution, de définir et suivre le budget, de mener les actions de gestion de recrutement, de formation, de coordination et de suivi des activités d’une ou plusieurs équipe(s)...

Directeur/directeur adjoint d’un centre de loisirs, de maison de quartiers, de centre social, de maison des jeunes et de la culture, etc. sont quelques uns des métiers pouvant être occupés par un animateur principal.

Directeur/directeur adjoint, en termes d’image de la structure, il se doit d’en être le garant… en interne et en externe. Un des volets du travail est de faire vivre, avec les publics, les habitants, les bénévoles, les différentes instances qui ont été mises en place tels que le conseil d’administration, le comité d'usagers d’un CCAS, le comité directeur, etc. Il contribue au maintien de la cohésion sociale par le développement de partenariats avec les autres professionnels intervenant auprès des publics concernés (ex. enfants, jeunes pour un centre de loisirs), et gère les relations avec les différents acteurs (prestataires de services, élus, familles…).

Pour convaincre lors de l’entretien, motivation et professionnalisme exigés

Vous avez été contacté et l’heure de l’entretien est arrivée. Ne vous mettez pas une pression trop forte, la bienveillance est de mise. En général, vous serez reçu par un chargé de recrutement de la collectivité, votre futur supérieur hiérarchique direct et/ou votre futur « n+2 » (directeur ou directeur adjoint). Ces personnes vont alors vous poser des questions qui portent directement sur le travail à mener… Afin de révéler la manière dont vous vous comporterez « dans la vraie vie ». En bon professionnel que vous êtes, sachez ce que vous voulez : être animateur territorial (ou animateur principal territorial de 2e ou 1re classe).

Comment convaincre ? Mettez-vous en avant. En montrant votre capacité à vous organiser, à travailler de manière autonome (ou au contraire en équipe, selon le poste visé), vos valeurs, et les qualités professionnelles et personnelles, que vous vous proposez de mettre au service de la structure. Tout en étant concis et pédagogue, vous capterez l’attention lors de l’entretien en indiquant que vous n’avez pas postulé par hasard, ni uniquement pour « faire valoir votre concours », et que votre profil est en adéquation avec le poste.

Parlez de votre expérience. Ce qui importe ce n'est pas tant que vous ayez pratiqué exactement le même emploi ou type de poste mais comment vous avez réagi dans des situations proches de celles auxquelles vous pourriez être confronté.

Envie d’accroître vos chances de décrocher des réponses positives ? Jouez la carte des tutoriels en ligne. Un « atout » dans votre réflexion et la construction de votre projet professionnel, et une aide à la formalisation de votre lettre de motivation et de votre CV.


 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×