Actualité

Objectif : Gardien brigadier de la police municipale !

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Sous l’autorité du Maire, le gardien brigadier de la police municipale (catégorie C) assure sur le terrain une relation de proximité avec la population, en veillant à l'application des arrêtés municipaux, en sanctionnant les infractions éventuelles... Des missions de prévention nécessaires au maintien du bon ordre, de la sûreté, de la sécurité et de la salubrité publiques. Un secteur en croissance d’emploi, en raison des enjeux liés au développement des politiques publiques de sécurité et de l'accroissement des compétences des élus territoriaux dans ce domaine.

La police municipale : des effectifs en constante progression

Actuellement près de 3 500 communes disposent d'une police municipale, le plus souvent en cellule réduite de une à cinq personnes, le gros des effectifs est concentré en Ile-de-France, en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (future « région Sud »), dans les zones touristiques du littoral ainsi que dans les Hauts de France. On dénombrait plus de 21 000 policiers municipaux (dont 90% d’agents de catégorie C) en 2016. Des effectifs en constante progression.

Un professionnel de terrain au service du maintien de l’ordre public et de la protection

Au sens du décret n° 2006-1391 du 17 novembre 2006 portant statut particulier du cadre d'emplois (modifié par les décrets n° 2017-397 et n° 2017-398 du 24 mars 2017), les agents de police municipaux sont classés en catégorie C de la filière sécurité. Un cadre d'emploi qui comprend 2 grades, avec 2 niveaux hiérarchiques : brigadier et brigadier-chef principal (échelle spécifique). Les gardien-brigadier de la police municipale prennent l'appellation de « brigadier » après 4 ans de services dans le grade.

Sous l'autorité du maire, le gardien-brigadier de la police municipale assure le maintien de l'ordre public et veille à la protection des biens et des personnes, dans les conditions déterminées par les lois des polices municipales, relative à la sécurité quotidienne, la démocratie de proximité, la sécurité intérieure et pour l’égalité des chances (Lois du 15 avril 1999, du 15 novembre 2001, du 27 février 2002, du 18 mars 2003 et du 31 mars 2006). Son objectif : prévenir tout incident en assurant, de jour comme de nuit, une surveillance visible de la voie publique.

Ses missions de police administrative et judiciaire relèvent de la compétence du maire en matière de prévention et de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques. En pratique, le gardien-brigadier de la police municipale parcourt, toujours en uniforme, les rues, les marchés, les quartiers sensibles, surveille les abords des écoles… Qu’il soit à pied, en vélo, à moto, en voiture ou parfois même à cheval. Comme c’est le cas à Toulouse où, depuis 2011, une police montée composée de 5 chevaux et autant de policiers-cavaliers est chargée d’assurer la tranquillité dans les espaces verts de la commune. Le gardien-brigadier de la police municipale intervient sur les manifestations sportives et culturelles ayant lieu sur le périmètre de la commune (ou de l’intercommunalité), régule la circulation notamment en cas d’accident…

Un rôle de médiateur et d’information…

Outre son rôle de prévention et de surveillance, le gardien-brigadier PM est aussi un agent à l’écoute des besoins des citoyens qui sait leur porter assistance. Renseignement sur les services publics de la ville, orientation géographique des usagers, gestion des animaux errants, font parties de ses missions quotidiennes. Il se déplace également pour constater un certain nombre de délits et accompagner les victimes (élaboration de main courante en cas de plainte, vol, cambriolage…). Avec en plus les objets trouvés, les vacations funéraires, le travail est très varié.

Le brigadier doit aussi parfois essayer aussi de gérer les petites incivilités. Savoir créer du lien avec la population basé sur le dialogue, notamment pour gérer des populations spécifiques (mineurs, gens du voyage, SDF). La concertation, la sensibilisation, l'information et la médiation recouvrent donc une aptitude indispensable pour être un professionnel de qualité.

…Mais aussi de répression

Si savoir faire preuve de pédagogie, notamment en matière de prévention routière avec les jeunes, est une autre qualité requise, le gardien-brigadier de police municipale est aussi chargé de compétences en matière répressive. Sur les limites de la commune, il est doté de pouvoirs de police judiciaire, qui l’habilitent, par exemple, à effectuer des contrôles de vitesse ainsi que des dépistages d’alcoolémie.

En parallèle, il veille également à la bonne application des arrêtés municipaux. Il est en première ligne pour verbaliser des infractions en matière d’environnement (propreté des rues, affichage et dépôts sauvages, graffitis, détérioration du domaine public...) ou de nuisances sonores (tapage nocturne, respect des couvre-feux…). Il doit être en capacité d'intervenir en quelques minutes sur le territoire de la ville. Ainsi à Nice, la ville va expérimenter, en 2018, une application de smartphone permettant à ses utilisateurs d'envoyer en direct à la police les images d'infractions ou accidents qu'ils pourraient constater.

Selon les municipalités, le gardien-brigadier PM peut aussi porter une arme et disposer de l’appui de la vidéosurveillance.

Ces actions viennent en appui des autres forces de sécurité que sont les gendarmes et les policiers nationaux ou d'autres partenaires institutionnels comme la préfecture. Lorsqu’il arrête une personne en flagrant délit, de vol par exemple, l’agent municipal doit faire appel à ces derniers qui décident des suites à donner à l'affaire.

Formation requise pour devenir gardien-brigadier de police municipale

Pour exercer ce métier, il faut avoir 18 ans, être apte physiquement, posséder le DNB (diplôme national du brevet), un CAP (2 ans) ou équivalent et passer un des concours organisé par des centres départementaux de gestion (CDG ou CIG) implantés dans chaque département.

Lauréat, le futur gardien-brigadier PM est inscrit sur une liste d'aptitude (inscription valable un an renouvelable). Charge à lui de trouver une offre d'emploi correspondant à son concours. Une fois le poste trouvé, il est stagiaire pendant un an. Une formation initiale d'aptitude de 6 mois au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et des stages pratiques sont prévus. La titularisation intervient à la fin de cette période. Elle est assujettie à la double assermentation du préfet et du procureur de la République, éclairés par l’avis du CNFPT. A sa prise de poste, la municipalité qui a accueilli l’agent stagiaire attend de lui un service de 3 ans. Les brigadiers sont ensuite soumis à une obligation de formation continue de 10 jours tous les 5 ans.

Côté rémunération, le salaire de l’agent évolue surtout en fonction du grade et de l’échelon de 1.183€ à 1.501€ nets mensuels (chiffres 2017).

Maîtrise de soi, disponibilité, sens du contact… des qualités obligatoires

Pour remplir ses missions de terrain, le gardien-brigadier PM doit détenir une bonne condition physique et savoir montrer une maîtrise de soi dans des situations de crise ainsi que de sang-froid. Il est souvent confronté à des populations en situation de précarité ou en proie à un accident grave, il doit alors savoir faire preuve de grandes capacités d'écoute et d'adaptation, aimer venir en aide aux autres, savoir écouter, et être patient. Il est aussi amené à travailler sur une large amplitude horaire, de jour comme de nuit, ainsi que le week-end. Il doit donc être disponible. Par ailleurs, déontologie et discrétion sont des obligations indéniables aux missions de gardien-brigadier de police municipale.

Des évolutions de carrière envisageables

Aujourd’hui, alors que les grandes villes organisent de véritables services de police municipale, dans une petite commune, le gardien-brigadier PM peut être amené à travailler seul et les évolutions de carrière au sein de la collectivité sont alors restreintes. Mais le gardien-brigadier de police municipale peut gravir les échelons en devenant brigadier et brigadier-chef principal. Des promotions qui s’effectuent en fonction des postes disponibles et des compétences.

D’autres possibilités d’avancement sur les cadres d’emplois de chefs de service de police municipale (catégorie B) et de directeurs de police municipale (catégorie A) sont possibles après réussite aux concours.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×