Actualité

Que trouve t-on dans les rapports de jury ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Préparer et réussir un concours de la fonction publique (Etat, territoriale, hospitalière) s’envisage comme une compétition sportive. Pour ne rien laisser au hasard, se rapprocher des centres organisateurs, consulter les règles générales (arrêté d’ouverture, date des premières épreuves) et les modalités d'organisation qui peuvent varier d’un concours à un autre est indispensable. Un autre guide sera précieux pour vous aider à concevoir votre plan stratégique : le rapport de jury. Point sur…

Un rapport de jury… pour quoi faire ?

Si les sujets des épreuves d'admissibilité (épreuves écrites) des concours sont mis en ligne par les centres organisateurs (ministères, centres de gestion départementaux ou interdépartementaux –CDG/CIG, CNFPT, IRA…) et souvent, quelques jours seulement, après les épreuves, les rapports des jurys, établis sous la responsabilité des présidents de jury, sont non obligatoires.

En revanche, s’ils sont publiés, ils dressent un bilan statistique du déroulement du concours et apporte l’analyse du jury sur la prestation des candidats lors des différentes épreuves. Ils commentent les sujets de la session et guident les futurs candidats sur les attentes des jurys. Vous avez donc tout intérêt à en prendre connaissance.

Au sommaire d’un rapport de jury : rappel du cadre réglementaire, chiffres clés, éléments statistiques et résultats…

Au sommaire d’un rapport de jury, vous trouverez en général, une présentation générale ou un mot du président du jury. Une entrée en matière qui permet au candidat de prendre connaissance du contexte et des enjeux du cadre (ou corps) d’emplois concerné par le concours. Ainsi en 2017, le rapport du jury de l’agrégation externe section arts plastiques (concours de catégorie A – FPE) indiquait la présence d’une grande diversité des secteurs, les besoins actuels d’innovation d’ordre social, économique ou politique, le regard « engagé » des industries créatives et donc l’investissement que doit avoir un professeur. Des mots qui font sens notamment, par rapport au futur métier des lauréats.

Le document contient aussi le programme des épreuves (quand il en y a un), un rappel du cadre réglementaire avec les mises à jour actualisées, des extraits de l’arrêté d’ouverture du concours, voire éventuellement, les dernières notes de service ou circulaires à l’attention des organisateurs des concours (ex. Rectorat pour les concours de l’Éducation nationale…) mais aussi des candidats. Par exemple, le rapport de jury va attirer l’attention des lecteurs sur les cas de rupture d’anonymat (signes distinctifs, signature, paraphe…) et autres situations qui peuvent entraîner l’élimination (ex. usage d’un stylo de couleur autre que le noir ou le bleu). Le dernier rapport du jury de l’agrégation externe section arts plastiques reprend notamment, le contenu de la dernière note ministérielle de service permettant ainsi aux candidats de prendre connaissance des matériaux et techniques interdits dans le cadre du concours.

Il peut aussi indiquer la composition exacte du jury : élus (pour les concours de la FPT – fonction publique territoriale), pairs, mais aussi professionnels, avec les fonctions exercées. En effet, depuis plus de dix ans, les concours de la fonction publique se sont « professionnalisés ». Leur présence permet de nourrir une réflexion partagée entre le monde parfois très « académique »  du concours et le monde professionnel. Certains rapports indiquent même les formations suivies par leurs membres et les modalités de renouvellement (ex. les membres des jurys des IRA de Bastia (concours de catégorie A – FPE) sont renouvelés par tiers tous les ans pour diversifier les profils et en garantir le bon dynamisme).  

Ensuite, le rapport fait état d’un certain nombre de chiffres clés. Postes offerts, nombre d’inscrits/présents avec (ou sans) comparaison sur les chiffres des sessions précédentes. Le rapport donne également, un « profil » des candidats : origine géographique, taux de féminisation, âge, diplôme.

Enfin, le rapport contient les résultats et la répartition des notes. Certains rapports de jury accompagnent ces chiffres de commentaires sur le sujet posé et d’analyse : « Globalement, la moyenne reste quasiment égale à celle de l’année dernière, néanmoins les notes faibles restent encore trop nombreuses (…) Ces résultats confirment la nécessité d’une préparation qui est une condition préalable pour répondre aux exigences de l’exercice … » (…) « Le sujet était difficile, mais cela n’explique pas cette baisse qui dénote un manque d’adaptabilité des candidats lorsque la performance nécessite un niveau d’exigence plus élevé » (cf. rapports précités).

…Des commentaires précieux pour comprendre les épreuves et la méthodologie à suivre…

Les remarques qui sont portées par les membres de jury vont vous servir de compléments à la lecture de la note de cadrage. Elles sont donc précieuses pour tout candidat qui veut réussir.

Comprenez que si le jury prend le temps de saisir sa plume, ce n’est pas seulement qu’il cherche à expliquer aux candidats « recalés » les raisons de leur échec, il vise aussi à attirer l’attention des futurs candidats sur la méthodologie à suivre pour obtenir la meilleure note.

Lors du dernier concours de rédacteur territorial (concours de catégorie B – FPT), certains correcteurs ont pris le soin, pour l’épreuve de note, de relever un certain nombre de points à améliorer, face aux copies manquant de problématisation, redondantes, faisant la part belle aux généralités, aux confusions, aux « copiés-collés », au vocabulaire pauvre voire inapproprié…

Le rapport va même plus loin en prodiguant des « conseils aux candidats » : « travailler la lecture rapide et la gestion du temps ; s’entrainer pour identifier rapidement les éléments essentiels ; être plus objectif, plus concret (donner des exemples) et plus précis ; travailler l’analyse ; comprendre le positionnement attendu du candidat dans le cadre d’emplois et le grade auxquels le concours donne accès ; éviter l’emploi du « nous » car l’exercice se veut neutre et impersonnel ; s’attacher aux attendus de la note de synthèse : plan matérialisé, timbre, transitions ; apporter des liens logiques pour permettre une lecture plus fluide » (source : CIG petite couronne – 2017).

De même pour les épreuves d’oral (entretien avec le jury), les membres ont eu la diligence de conseiller aux futurs candidats notamment : « mieux valoriser les acquis du parcours ; sortir de sa pratique professionnelle actuelle (pour les candidats du concours interne) ; s’intéresser à l’actualité en faisant preuve d’ouverture d’esprit ; approfondir les connaissances de l’environnement territorial en se documentant, pour comprendre les liens entre notions théoriques et fonctionnement des collectivités ;  étoffer les réponses pour être plus exhaustifs sans attendre les relances du jury ; revoir les questions managériales, les rédacteurs pouvant se voir confier l’encadrement d’agents d’exécution ».

Des points qui doivent servir d’enseignement.

Et des indications explicites sur les attentes des jurys

La lecture du rapport du jury sert enfin de guide sur les attentes du jury. Bien sûr, le rapport rappelle la nature de l’épreuve mais il dresse également, un bilan des copies et du comportement des candidats (les plus faibles, les meilleurs,…) durant les épreuves.

Une occasion de comprendre qui sont les futurs lauréats. Ainsi, la lecture des rapports du jury de la dernière session du concours d’ETAPS (éducateur des activités physiques et sportives – concours de catégorie B – filière sportive – FPT - 2018) mentionnait sur la natation sportive que les (plus faibles) candidats mis en situation professionnelle « misaient trop sur la sécurité. De fait, les séances ne sont pas suffisamment enrichissantes pour les enfants », et le jury de rappeler qu’il est attendu des candidats qu’ils soient des « pédagogues et non des animateurs », qu’ils aient une analyse critique de leur séance pédagogique. Le jury attend des (bons) candidats qu’ils se démarquent par un exposé de qualité, un projet professionnel réfléchi, une réelle motivation pour travailler auprès des enfants et une réactivité face aux situations qu’il ne manquera pas de proposer lors de l’épreuve.  

Des indications pragmatiques qui permettent aux candidats de prendre connaissance du niveau d’exigence du jury dans la sélection des candidats et de se préparer au mieux… pour arriver parer le jour J.

Où trouver les rapports de jury ?

Pour trouver le rapport du jury du concours qui vous intéresse, il faut vous rendre sur le site internet de l’organisme organisateur qui vous intéresse et le télécharger. Si ce rapport de jury n’est pas disponible sur le site, il est fort probable que vous ne le trouverez nulle part ailleurs. Toutefois, vous pouvez contacter directement l’organisme en lui adressant un courriel ou un courrier de demande de communication.

Dernier conseil : pour optimiser votre préparation, prenez soin de lire les rapports des deux dernières sessions. Au-delà, le contexte, les enjeux du concours, voire le programme des épreuves ont pu évoluer. En revanche, s’il existe plusieurs centres organisateurs pour un même concours, ayez la curiosité de lire également les rapports des autres centres. Histoire de compléter ou conforter votre stratégie !

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×