Actualité

Quels diplômes pour devenir fonctionnaire ?

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Vous rêvez de devenir fonctionnaire ? Vous devez remplir des conditions générales (ex. jouir de ses droits civiques, nationalité) mais aussi des conditions propres au concours visé, liées au niveau de diplôme ou de titre exigé. Un niveau CAP-BEP maximum vous donne accès aux concours de catégorie C, un niveau BAC à BAC +2 correspond aux concours de catégorie B et celui de BAC +3 minimum, aux concours de catégorie A... Avant de vous lancer dans vos recherches... Explications pour vous aider à trouver le(s) concours le(s) mieux adapté(s) à vos envies et à vos qualifications.

Ne devient pas fonctionnaire qui veut...

Il existe des concours pour tous les niveaux d'étude, donnant accès à l'une des catégories d'emploi : A, B ou C.

Selon France Stratégie et la Darès (http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/cgsp_dares_les_metiers_en_2022_01072014.pdf), plus de 600 000 postes sont à pourvoir dans le secteur de la santé d’ici à 2022 et 110 000 postes sont à saisir dans le secteur de l’action sociale. Des emplois où les collectivités territoriales et les hôpitaux sont en première ligne pour recruter des diplômés, du CAP au Bac +5. La Fonction publique (ou plutôt les 3 fonctions publiques : Etat, territoriale, hospitalière) se veut le lieu de « l’ascenseur social » et les mécanismes qui lui permettent de tenir ce rôle existent toujours, avec plusieurs « corps » ou « cadres d’emploi » au sein desquels une carrière peut être amorcée sans concours ni diplôme et des concours accessibles sur la seule base de l’expérience. Néanmoins, force est de constater que le modèle s’essouffle. Dans la fonction publique territoriale (FPT) par exemple, devant une administration de « plus en plus sélective », sur les dix ans écoulés, « l’attrait, voire l’exigence, du diplôme a beaucoup progressé » (Faire carrière sans diplôme dans la fonction publique, la gazette des communes, mars 2016).  

Dans la fonction publique, les postes sont classifiés en trois catégories hiérarchiques : A, B et C. Si pour des emplois de 1er niveau de qualification (de catégorie C), il existe une procédure de recrutement direct sans concours (niveau 3ème), le recrutement aux emplois publics s’effectue principalement après réussite à l'un d'entre eux. Fondé sur le principe d’égal accès, passer un concours est la quintessence de la méritocratie républicaine, mais cela demande un fort investissement. Aussi, avant d'entamer toute démarche, il est important de vérifier que toutes les conditions générales d'accès sont réunies (cf « Être recruté dans la fonction publique » – guide complet du Ministère de la fonction publique, Edition 2016 http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/publications/coll_les_essentiels/etre_recrute_dans_la_FP_2016.pdf.).
Le futur candidat doit notamment être âgé de 16 ans au moins et posséder la nationalité française ou être ressortissant d’un État membre de l’Union Européenne ; être également en règle avec la législation sur le service national en France ou dans le pays où il réside (notamment avoir participé à la journée de défense et de citoyenneté) ; ne pas avoir fait l’objet de condamnations incompatibles avec l’exercice des fonctions envisagées, mentionnées au bulletin n°2 du casier judiciaire ; jouir de ses droits civiques (droit de vote, d’élection, d’éligibilité) ; et remplir les conditions d’aptitude physique exigées dans l’exercice de ses fonctions. En principe, aucune limite d’âge n’est imposée pour passer un concours. Les restrictions prévues à ce principe général :

  • sont désormais étroitement encadrées par le Statut général - sorte de Code du travail pour les fonctionnaires et composé des lois suivantes : loi du 13 juillet 1983, portant droits et obligations des fonctionnaires ; loi du 11 janvier 1984 (FPE) ; loi du 26 janvier 1984 (FPT) ; loi du 9 janvier 1986 (FPH),
  • et concerne, principalement, les concours donnant accès à des corps classés en « service actif » (ex. agents des réseaux souterrains des égouts, police nationale, sapeurs-pompiers, personnels de l’administration pénitentiaire...).

En revanche, d'autres emplois sont accessibles uniquement sous certaines conditions : par exemple, seules les personnes de nationalité française peuvent accéder aux emplois dits de souveraineté (comme la justice, l'intérieur, le budget, la défense, les affaires étrangères,...). Enfin, certaines professions sont dites réglementées, c'est-à-dire accessibles uniquement aux détenteurs du diplôme correspondant. Pour trouver le ou les concours correspondant à ses envies, il faut regarder les filières (administration, petite enfance, médico-social, éducation-animation, police-sécurité-armée et technique-sciences) mais avant tout, commencer par choisir en fonction de son niveau d'études (V, IV, III, II et I).

Titulaire du diplôme national du brevet (DNB), ou d'une formation spécialisée (CAP, BEP...) ?  

Attention, le niveau requis pour se présenter à un concours de la fonction publique ne reflète pas le niveau réel de recrutement, nettement plus élevé depuis de nombreuses années.

En possédant un diplôme de niveau V - équivalant au CAP (certificat d'aptitude professionnelle), au BEP (brevet d'études professionnelles) ou au diplôme national du brevet (DNB - anciennement brevet des collèges ou BEPC) - le futur candidat peut s'inscrire à un grand nombre de concours de catégorie C. Ils donnent accès aux fonctions d’exécution : agent des finances publiques, sapeur-pompier professionnel, agent de constatation des douanes, aide à domicile ou auxiliaire de vie sociale (BEP Carrières Sanitaires et sociales, CAP Assistant technique en milieux familial et collectif), aide-soignant dans un centre hospitalier, dans une maison de retraite ou dans un service de santé des armées, travailleur familial ou conseiller social dans un centre communal d’action sociale (CCAS) (BEPA Service aux personnes, CAP Agent de prévention et de médiation) mais aussi Atsem (Agent Spécialisé des écoles Maternelles avec le CAP Petite Enfance)...
Ou encore d'adjoint administratif. C'est le cadre d'emploi (ou corps) le plus répandu, toute fonction publique confondue. Les agents y exercent des métiers comme celui de chargé de l’accueil et de l’orientation des visiteurs dans les musées, de secrétaire ou hôte/hôtesse d’accueil, d’assistant(e) dans un des services administratifs d’une mairie, d’un conseil départemental ou régional (ressources humaines, comptabilité, finances, état civil…), d'un centre communal d’action sociale, ou encore d'un centre culturel ou sportif. Ce métier peut aussi s’exercer dans un hôpital ou un ministère en passant un concours ne nécessitant, cette fois, aucun pré-requis en matière de qualifications ou de diplômes.
Les candidats possédant un CAP ou un BEP spécialisé, pourront, quant à eux, exercer des métiers très techniques comme : électricien, mécanicien, menuisier pour réaliser des équipements spéciaux (CAP Menuisier, BEP menuiserie aluminium-verre), peintre pour traiter les tags ou graffitis des façades publiques (CAP Peintre), agent de maintenance dans un hôpital ou un établissement scolaire (CAP Maintenance de bâtiments de collectivités),  cuisinier dans une cantine scolaire (idéal pour un titulaire du CAP Cuisine ou du BEP Métiers de la restauration), maçon, élagueur... grâce aux concours d'adjoint technique ou celui d'agent de maîtrise. Les concours de gardien de prison ou d'agent spécialisé de la police technique et scientifique ou de surveillant de l’administration pénitentiaire sont ouverts aux titulaires du DNB et les chances sont réelles pour les candidats ayant de bonnes connaissances scolaires en sciences de la vie et de la terre, biologie, chimie et physique. Un bon moyen - donc - de décrocher un premier emploi et de s'insérer professionnellement.  

Bachelier, titulaire d'un BTS ou d'un DUT ou d’un Diplôme d’Etat niveau Bac ?

Avec un diplôme de niveau IV... - équivalant au BAC (général, technologique ou professionnel), au brevet de technicien (BT) ou au brevet professionnel - les concours de catégorie B sont ouverts ! Cette catégorie correspond à des emplois requérant une technicité particulière, mais les agents peuvent aussi encadrer des équipes, des ateliers, des services (encadrement intermédiaire). Ainsi, y figurent les métiers de technicien de la recherche de l'IRSTEA, mais également de technicien territorial pour occuper des postes dans des domaines très divers (urbanisme, études et travaux, bâtiment, environnement, multimédia, informatique ou encore les réseaux...), de contrôleur de l’Insee pour collecter et analyser des informations chiffrées et des études, d’inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière (en étant titulaire du permis de conduire depuis plus de trois ans), ou encore de contrôleur des finances publiques. Côté sécurité, les métiers de technicien de tranquillité publique et de sécurité de la Ville de Paris, de gardien de la paix, ou encore de gendarme (concours de sous-officier dans la gendarmerie) dans les zones rurales, les petites et moyennes villes, ou de policier sont également accessibles aux bacheliers.

Dans la Territoriale, le concours de rédacteur territorial est une bonne porte d'entrée pour occuper des emplois administratifs dans les collectivités locales (régions, départements, communes et leurs établissements). L’emploi le plus emblématique de ce concours est celui de secrétaire de mairie. D’ailleurs, à l’horizon de 2022, les départs en fin de carrière seront nombreux, selon les services du Premier Ministre. Et même si tous les postes ne devraient pas être remplacés, les recrutements devraient toutefois rester importants en volume tant les effectifs concernés sont conséquents.

Selon la spécialité choisie lors des épreuves (finances, droit, action sociale…), les candidats pourront aussi prétendre au métier d’assistant en ressources humaines, de responsable de formation ou de communication, de gestionnaire comptable, de chef de projet culturel ou sportif avec, dans certains cas, un rôle de gestion et d’animation d’une équipe. On retrouve les mêmes types de postes à l'Etat et pour y accéder, il faut passer le concours commun de secrétaire administratif de l’Etat, à la FPH celui d'adjoint des cadres hospitaliers et à Paris celui d’adjoint des cadres hospitaliers de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP). Même si le niveau d'étude requis est le Bac, les détenteurs d'un BTS ou d'un DUT (niveau III) peuvent tout à fait prétendre à ces postes.

Par ailleurs, les titulaires d'un diplôme d'Etat ou d’un certificat de capacité dans un métier paramédical (BAC+2 voir BAC+3) comme, par exemple, les pédicure-podologues, masseur-kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes… peuvent s’orienter vers le concours de technicien paramédical territorial. Une fois le précieux sésame obtenu, et selon leur spécialité, ils pourront être recrutés par une des 101 Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) existantes, ou au sein d’un des services de la Direction de la santé et de la prévention d’un département, un service social communal, un service petite enfance ou encore un centre municipal de santé.  

Enfin, avec un diplôme d’Etat dans l’animation et le sport (niveau BAC minimum), les métiers du loisir et du sport en tant qu’animateur de diverses activités sportives et culturelles (patinoire, piscine, maison de quartier, centre socioculturel…) ou d’éducateur au sein du service des sports d’une commune, d’une base de loisirs, par exemple, offrent de réelles perspectives. Les concours à envisager ? Celui d’éducateur territorial des activités physiques et sportives et d’animateur territorial. Envie d’évoluer dans le monde hospitalier ? Les postes d’animateur hospitalier au sein des établissements médicaux ou de rééducation sont à privilégier.

Diplômé d'un bac+3 minimum... A vous les fonctions de direction ou d’encadrement !

BAC + 3 minimum, titulaire d'une licence, d'un bachelor, d'un master, d'un diplôme de grandes écoles d'ingénieur ou de commerce (niveau II et I) ? Envisagez les concours de la catégorie A qui  correspond aux fonctions de direction, d’encadrement, de conception et d’expertise. Parmi les cadres assurant des fonctions à dominante administrative et les managers, le nombre d’emplois en hausse conjugué avec de nombreux départs en fin de carrière offrent à l’horizon 2022, de belles perspectives. En tête des concours de cette catégorie : ceux des concours administratif ou d'attaché territorial. Il s'agit d'emplois administratifs à fortes responsabilités (dans les finances, les affaires juridiques, les ressources humaines, le contrôle de gestion...) au sein des collectivités territoriales (conseil régional, départemental, mairie, métropole, syndicat mixte, office HLM...).  

Dans cette catégorie, figurent également les métiers de commissionnaire des armées (après avoir réussi un concours sur épreuves destiné aux bac+3 ou un concours sur titres ouvert aux bac+5), de directeur territorial d'établissement d'enseignement artistique, bibliothécaire, puéricultrice, inspecteur du travail, adjoint de direction de la Banque de France, secrétaire des affaires étrangères ou encore professeur des écoles où un niveau bac+5 (master) est exigé pour passer le concours de recrutement de professeur des écoles (CRPE). On trouve aussi le métier d'infirmier (bac+3) – fréquemment appelée aussi IDE pour infirmière diplômée d’Etat - en soins généraux hospitalier, dans un établissement scolaire, au sein des Armées ou dans les centres départementaux de Protection maternelle infantile (PMI). Après spécialisation, les infirmiers peuvent passer le concours d’infirmier de bloc opératoire (IBODE), infirmier-anesthésiste (IADE) ou infirmière-puéricultrice hospitalière.

En l’absence d’un tel sésame... choisir la voie de la REP

Et si le futur candidat n’a pas de diplôme, le Statut permet d’une part, à ceux qui élèvent ou ont élevé  trois enfants ou plus, ou aux athlètes de haut niveau de se présenter à n'importe quel concours de la Fonction publique, sauf exception (c'est-à-dire ceux nécessitant un diplôme pour exercer des professions réglementées : médecin, pharmacien, sages-femmes, infirmier, assistant social...). Concrètement, afin d'être admis à participer au concours, dans le premier cas, il suffira d'envoyer une photocopie du livret de famille et de rédiger une demande de dérogation ; dans le second cas, il faudra figurer au préalable sur une liste fixée tous les ans par le ministère des Sports (environ 8.000 noms inscrits par an) et envoyer une attestation de son statut à la date du concours (photocopie du Journal Officiel).

Enfin, pour les autres candidats ne possédant pas le diplôme requis, il est possible d’obtenir une équivalence, par reconnaissance de l’expérience professionnelle (REP - procédure différente de la validation de l’acquis de l’expérience – VAE -  qui permet, elle, d’obtenir le diplôme). La REP permet de faire valoir un autre diplôme et/ou une expérience en lieu et place du diplôme initial exigé pour accéder à un concours mais elle ne dispense pas de passer les épreuves de ce dernier. Les candidats doivent alors justifier d’une qualification au moins équivalente attestée par une expérience professionnelle, ou un diplôme, un titre, une formation délivrés en France ou dans un autre pays de l’Espace économique européen (EEE). Dans certains cas, cette équivalence est accordée de droit. Dans d’autres, des commissions d’équivalence de titres et diplômes doivent être saisies.

Et après ? Ne pas négliger la préparation

Pour réussir son entrée, une préparation est vivement conseillée pour bien aborder les épreuves.
Ensuite, les candidats sont libres de passer un ou plusieurs concours externes selon leur niveau de qualification. Mais attention, à ne pas se lancer tête baissée ! Dans tous les cas pour les réussir, les connaissances théoriques et posséder un diplôme ne suffisent pas. Le candidat doit aussi avoir une méthode de travail efficace et savoir rédiger, s’exprimer. C'est un travail de longue haleine, qui demande de tenir la distance. Une préparation d'un an est souvent nécessaire (soit seul, soit par correspondance, soit auprès d'un centre). Il est important de se renseigner, auprès des services concours des différents ministères ou leur représentation départementale : rectorat, direction régionale de l'agriculture, etc., et pour les carrières de la police nationale auprès du service de la formation et du recrutement de la délégation régionale au recrutement ou de la direction de l'administration de la police nationale, en ce qui concerne les concours de la FPE ; de la direction régionale ou départementale des affaires sanitaires et sociales pour les concours de la FPH. Les Centres hospitaliers universitaires et les Hospices civils régionaux peuvent aussi apporter de précieuses informations pour ce qui concernent les conditions et calendrier des concours sur titre ; du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et des délégations départementales du CNFPT (regroupées en centres régionaux et interrégionaux) mais aussi des Centres départementaux de gestion (CDG) pour les concours de la FPT. Pour les métiers des sapeurs-pompiers, il convient de contacter à la fois le CDG et le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de son lieu de résidence.

Une fois le concours obtenu, les lauréats deviennent stagiaires et suivent une formation alternant périodes de stages et phases de travail sur le poste. Les métiers de la catégorie C peuvent, sous conditions (à savoir cumulativement : être fonctionnaire titulaire avant la nomination, et, justifier de 2 ans au moins de services publics effectifs dans un emploi de même nature) donner lieu à dispense de stage. Tout fonctionnaire a droit à un déroulement de carrière (titularisation, avancement de grade, d'échelon…). Il peut alors changer de corps ou cadres d’emplois au sein même de la fonction publique d’appartenance, ou changer de fonction publique en passant un concours interne ou externe, ou un examen professionnel.

En conclusion, il est important - pour choisir le(s) concours adapté(s) à son niveau de qualification - de se poser certaines questions (« Quel métier de la fonction publique pour moi ? Qu’est-ce que je veux – et peux – faire dans la fonction publique, dans quelle filière... ? Quelles sont les conditions d'affectation les plus appropriées à mon parcours ? »), de consulter les perspectives d’emploi de France Stratégie ou les Chiffres-clés de la fonction publique mais aussi de profiter de l’expérience de celles et ceux qui ont déjà passé (et réussi !) des concours dans les 3 versants de la fonction publique.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK