Fiche Concours

Professeur technique de la protection judiciaire de la jeunesse

Fonction Publique d'Etat

Filière Socio-éducative

Concours Externe

Catégorie A

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Présentation

Le cadre d'emplois des professeurs de la protection judiciaire de la jeunesse

Le système français de protection de la jeunesse repose sur deux dispositifs publics :
l'un administratif joue un rôle de prévention ; l'autre judiciaire est déclenché après constatation par un juge d'un état de danger ou de délinquance.
Lorsque le système préventif ne suffit plus pour protéger le mineur, le juge des enfants intervient en liaison avec les services éducatifs de la Protection Judiciaire de la jeunesse (PJJ), auxquels le jeune peut être confié. Le service éducatif le prend alors en charge.
Trois catégories de jeunes peuvent être pris en charge par la PJJ : les mineurs délinquants, les mineurs en danger et les jeunes majeurs.
Lorsqu'un mineur est en danger, le juge des enfants intervient en assistance éducative, en donnant priorité au maintien du mineur dans son milieu naturel.
Lorsqu'un mineur commet une infraction, il peut soit ordonner des mesures éducatives, soit prononcer des peines mais atténuées. 
En application des décisions du juge, le secteur public (c'est-à-dire la PJJ) ou le secteur associatif habilité par l'État mènent deux actions complémentaires : la prise en charge des mineurs délinquants et la protection des mineurs délinquants et la protection des mineurs ou jeunes majeurs en danger moral ou physique.

Les professeurs techniques de la protection judiciaire de la jeunesse, qui appartiennent à la catégorie A de la Fonction publique, sont chargés, dans les centres de formation de la protection judiciaire de la jeunesse, de fonctions d'enseignement ou d'animation pédagogique ou concourent dans les services déconcentrés de la protection judiciaire de la jeunesse à l'élaboration et à la réalisation d'objectifs de formation professionnelle et d'insertion par l'enseignement, l'éducation, l'orientation et l'évaluation pour des mineurs délinquants ou en danger et des jeunes majeurs faisant l'objet d'une mesure de protection judiciaire.
Ils peuvent également exercer, dans les directions régionales et départementales de la protection judiciaire de la jeunesse, les fonctions de conseiller technique sur les problèmes d'enseignement professionnel et d'insertion, ainsi que sur ceux relatifs au patrimoine. À ce titre, ils font partie des équipes de direction des services déconcentrés de la protection judiciaire de la jeunesse.

Les conditions de participation au concours

Les professeurs techniques de la PJJ sont recrutés par la voie d'un concours externe et d'un concours interne organisé par spécialités.
Le concours externe est ouvert aux titulaires d'une licence, d'un diplôme équivalent ou étant cadre au sens de la convention collective du travail dont il relève et justifiant de 5 ans d'activité professionnelle en cette qualité.
Dans les spécialités professionnelles pour lesquelles il n'existe pas de licence, le concours est ouvert aux titulaires d'un BTS, d'un DUT ou d'un diplôme équivalent, après 5 ans de pratique professionnelle, ou aux personnes ayant bénéficié d'une action de formation continue conduisant à une qualification professionnelle de niveau III.
Le concours interne est ouvert aux agents justifiant de 3 ans de services publics au 1er janvier de l'année du concours et possédant un diplôme de niveau Bac + 2.

Les spécialités du concours sont les suivantes :
Culture et savoirs de base
Génie civil : construction et réalisation des ouvrages
Génie civil : construction et agencement
Génie électrique et électronique
Génie industriel : bois
Génie industriel : structures métalliques
Génie industriel : plastiques et composites
Génie industriel : construction et réparation en carrosserie
Génie mécanique : maintenance des véhicules
Génie mécanique : maintenance des machines agricoles
Arts appliqués
Hôtellerie-restauration : organisation et production culinaire
Hôtellerie-restauration : services et commercialisation
Sciences et techniques des activités physiques et sportives
Économie sociale et familiale
Esthétique
Coiffure
Technologie agronomique : productions animales
Technologie agronomique : production viticole
Technologie agronomique : productions horticoles
Technologie agronomique : techniques forestières
Français langues étrangères ? illettrisme et apprentissage
Communication administrative et bureautique
Technique de vente

L'ouverture des spécialités des concours et la répartition des places entre les spécialités sont fixées par l'arrêté interministériel qui ouvre le concours.
Une session du concours a lieu tous les deux ans mais pas forcément pour toutes les spécialités.

Les épreuves du concours

Les concours externe et interne comportent chacun trois épreuves écrites d'admissibilité et deux épreuves d'admission identiques.

Les épreuves d'admissibilité sont destinées à apprécier les qualités de méthode et d'analyse du candidat et les connaissances des publics accueillis à la protection judiciaire de la jeunesse et consistent en :

  • l'étude en 4 heures d'un cas pratique concernant le domaine éducatif et de l'insertion sociale et professionnelle, donnant lieu à des propositions d'actions ; cette épreuve est coefficient 3 ;
  • la rédaction en 3 heures d'une note de synthèse établie à partir d'un dossier concernant des faits sociaux contemporains ; cette épreuve est coefficient 2 ;
  • des questions de connaissances portant sur la technologie relative à la spécialité choisie au moment de l'inscription au concours par le candidat ; la durée de cette épreuve est de 1 heure et son coefficient est de 1.


Les épreuves d'admission comportent :

  • une épreuve pratique relative à la spécialité choisie, au moment de l'inscription au concours, par le candidat, d'une durée de huit heures maximum et coefficient 4.

Outre les aptitudes professionnelles, cette épreuve vise à vérifier les qualités pédagogiques et d'enseignement du candidat.

  • Une épreuve orale d'une durée de 30 minutes qui consiste en un exposé et une discussion avec le jury ; son coefficient est de 3.

L'exposé prend appui sur un document relatif aux missions ou au fonctionnement du service public de la protection judiciaire de la jeunesse pour les candidats du concours interne ou sur une question se rapportant aux grands problèmes de société pour les candidats du concours externe. Les candidats ont droit à trente minutes de préparation. Cette épreuve est destinée à apprécier la motivation, les capacités relationnelles du candidat ainsi qu'à vérifier ses connaissances en matière de législation du travail.

À noter que les programmes de la troisième épreuve d'admissibilité et de la première épreuve d'admission des concours sont ceux des brevets de technicien supérieur et diplômes universitaires de technologie correspondants.
Toute note égale ou inférieure à 5 sur 20 dans l'une des épreuves d'admissibilité ou d'admission est éliminatoire.

Le dossier de candidature

Vous pouvez vous inscrire au concours :

  • soit par téléprocédure sur le site Internet de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse (www.justice.gouv.fr)
  • soit en demandant un dossier d'admission à concourir auprès de l'une des neuf directions régionales dont dépend votre domicile ou auprès du Centre national de formation et d'études de la protection judiciaire de la jeunesse (CNFE-PJJ), 54, rue de Garches- 92 420 Vaucresson ; Tel : 01 47 95 98 98 ; Fax : 01 47 41 04 66.


Les registres d'inscription sont généralement ouverts en fin d'année pour des épreuves d'admissibilité en début d'année, d'admission en mai/juin et une entrée en formation en septembre

À l'issue du concours

Les professeurs techniques de la PJJ sont astreints à suivre une formation rémunérée.
Cette formation allie cours et conférences au CNFEPJJ (centre national de formation et d'étude de la protection judiciaire de la jeunesse) qui est situé à Vaucresson en région parisienne et des stages pratiques afin de découvrir et d'apprendre le travail sur le terrain.
Un professeur technique perçoit en moyenne 1 450 euros nets mensuels en début de carrière.

Les évolutions possibles de carrière

Les professeurs techniques de la PJJ peuvent être promus à la hors classe, par voie d'inscription sur un tableau annuel d'avancement établi après avis de la commission administrative paritaire.
Ils peuvent aussi accéder au statut d'emploi de directeur départemental de la protection judiciaire de la jeunesse.


En conclusion, le métier de professeur technique exige de grandes qualités humaines, une grande capacité d'écoute et surtout une pédagogie adaptée au public pris en charge.

Épreuves

L'admissibilité

  • L'étude en 4 heures d'un cas pratique concernant le domaine éducatif et de l'insertion sociale et professionnelle, donnant lieu à des propositions d'actions ; cette épreuve est coefficient 3 ;
  • la rédaction en 3 heures d'une note de synthèse établie à partir d'un dossier concernant des faits sociaux contemporains ; cette épreuve est coefficient 2 ;
  • des questions de connaissances portant sur la technologie relative à la spécialité choisie au moment de l'inscription au concours par le candidat ; la durée de cette épreuve est de 1 heure et son coefficient est de 1.

L'admission

  •  Une épreuve pratique relative à la spécialité choisie, au moment de l'inscription au concours, par le candidat, d'une durée de huit heures maximum et coefficient 4.

Outre les aptitudes professionnelles, cette épreuve vise à vérifier les qualités pédagogiques et d'enseignement du candidat.

  • Une épreuve orale d'une durée de 30 minutes qui consiste en un exposé et une discussion avec le jury ; son coefficient est de 3.

L'exposé prend appui sur un document relatif aux missions ou au fonctionnement du service public de la protection judiciaire de la jeunesse pour les candidats du concours interne ou sur une question se rapportant aux grands problèmes de société pour les candidats du concours externe. Les candidats ont droit à trente minutes de préparation. Cette épreuve est destinée à apprécier la motivation, les capacités relationnelles du candidat ainsi qu'à vérifier ses connaissances en matière de législation du travail.

À noter que les programmes de la troisième épreuve d'admissibilité et de la première épreuve d'admission des concours sont ceux des brevets de technicien supérieur et diplômes universitaires de technologie correspondants.

Toute note égale ou inférieure à 5 sur 20 dans l'une des épreuves d'admissibilité ou d'admission est éliminatoire.

  • Programme

  • Aucun programme renseigné
  • Dates

  • Concours : Rédacteur

  • Date définitive

  • Concours : Contrôleur stagiaire de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

  • Date définitive

  • Concours : Attaché des systèmes d'information et de communication

  • Date définitive

  • Concours : Contrôleur des douanes et droits indirects

  • Date définitive

  • Concours : Directeur des services de la protection judiciaire de la jeunesse

  • Date définitive

  • Concours : Inspecteur des finances publiques (analyste)

  • Date définitive

  • Concours : Inspecteur des finances publiques (programmeur de système d'exploitation)

  • Date définitive

  • Concours : Greffier des services judiciaires

  • Date définitive

  • Concours : Attaché d'administration de l'Etat (Caisse des dépôts et consignations)

  • Date définitive

  • Concours : Architecte et urbaniste

  • Date définitive

  • Concours : Maître-assistant des écoles nationales supérieures d'architecture du ministère de la culture et de la communication

  • Date définitive

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK