Fiche Métier

Agent technique chargé du comptage routier

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B, Catégorie C

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

 Installer des compteurs routiers : une mission indispensable pour évaluer le trafic et un métier peu connu du grand public

En France, les comptages routiers sont pris en charge par plusieurs structures. Sous forme d'enquêtes, ils visent à analyser les spécificités du trafic routier sur des portions précises. Les données récoltées sont ensuite traitées en vue d'établir des choix en matière d'investissement, d'entretien et de maintenance du réseau. Ces postes techniques, souvent très polyvalents, requièrent une certaine aisance avec la conduite routière car les déplacements sont nombreux.

L'organisation du comptage routier

Les comptages routiers en France sont fonction de la classification des voies de circulation :

  • les sociétés autoroutières pour les autoroutes ;
  • les Directions interdépartementales des routes (DIR) pour les voies rapides urbaines et le réseau national ;
  • les conseils généraux pour le réseau départemental ;
  • les communes sur la voirie communale et en agglomération.

Selon la taille des structures, les études sont réalisées par un service interne ou sous-traitées. Les communes ou les communautés de communes de petites tailles peuvent, par exemple, faire appel aux conseils généraux ou à un prestataire privé pour mettre en place des enquêtes.

L'évaluation du trafic

Dans la fonction publique, les principaux postes sont répartis entre les DIR et les conseils généraux. Gestionnaires de l'ensemble des routes interdépartementales et départementales, ces administrations dressent annuellement un bilan, une « cartographie » du trafic routier.

Cette opération est réalisée grâce à la mise en place sur le terrain de compteurs permanents ou temporaires. Les sites analysés répondent à un découpage précis préalablement déterminé. Ce suivi est effectué sur  plusieurs périodes au cours de l'année. Cette récolte de données est ensuite utilisée dans le cadre des aménagements routiers/urbains, de la mise en place de dispositifs de sécurité routière, de l'évaluation du trafic (débit, types de véhicules, vitesse, tranches horaires...), de choix d'équipements ...

L'installation d'équipements spécifiques

Tout au long de l'année, les agents techniques se déplacent sur le réseau routier qui leur est imparti. Ils peuvent réaliser plus de 30 000 km/an. Plusieurs types de matériels prédominent :

  • des stations de comptages raccordées à une unité centrale alimentant une base de données ;
  • des postes de comptage permanents (boucles magnétiques installées dans la chaussée) ;
  • des postes temporaires composés de tubes pneumatiques.

Les équipes, souvent organisées en binôme, veillent à leur bon fonctionnement.

Pour les équipements «permanents», les agents installent uniquement les boîtiers de comptage. Dans le 3e cas, en plus du « calculateur », ils placent stratégiquement sur la chaussée les tubes d'air comptabilisant le passage des véhicules.

Les données recueillies sont ensuite centralisées et organisées sous forme de tableaux récapitulatifs. Dans le cadre d'enquêtes spécifiques, les résultats sont transmis au service demandeur.

Une alternance entre travail de terrain et traitement de données

En plus du permis de conduire, une bonne connaissance du réseau et des règles de signalisation temporaire est indispensable pour occuper ce type de fonction. Les déplacements fréquents et les amplitudes horaires variables caractérisent également ce poste. Savoir être vigilant face à l'environnement ambiant et posséder des aptitudes au travail manuel sont également de mise.

L'autre facette du poste s'articule autour du traitement des données brutes recueillies via les compteurs. A ce titre, la maîtrise de l'outil informatique ainsi que des tableurs et des logiciels de base de données s'avère incontournable.

Les agents en charge du comptage routier appartiennent aux cadres d'emplois des techniciens supérieurs territoriaux ou des contrôleurs territoriaux de travaux (catégorie B). Plus rarement, dans les petites structures, ils peuvent être issus du cadre d'emplois des agents de maîtrise (catégorie C).

Gabrielle PETIT

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK