Fiche Métier

Chargé(e) d’opérations routières

 Chargé(e) d’opérations routières

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Conditions d’accès :

  • Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie

Le chargé d’opérations routières supervise la construction ou la réhabilitation d’une infrastructure routière. Dans les deux cas, il s’agit d'un vaste chantier échelonné dans le temps  nécessitant la mobilisation de moyens humains, matériels et financiers. Commune, département, structure intercommunale, structure territorialisée (agence technique départementale), toutes les collectivités ayant compétence à construire et à entretenir la voirie sont des employeurs potentiels. Rencontre avec Victorien Berger, chargé d’opérations routières pour le compte d’un département.

Véritable « chef d’orchestre »

Le chargé d’opérations routières veille, des prémices jusqu’à la livraison de l’ouvrage, au bon déroulement du projet. Etudes d’intérêt, impact environnemental, élaboration des plans et des maquettes, lancement des appels d’offres, relation avec les bureaux d'études, suivi des travaux…, quel que soit le degré d’avancement, le chargé d’opérations assure le lien entre les différents intervenants tout en garantissant les intérêts de la collectivité. « Mon travail consiste à coordonner l’ensemble des opérations nécessaires à la construction d’une infrastructure routière ou d’un ouvrage d’art. Dans un premier temps, je supervise le lancement de tout un panel d'études et je m’assure de l’obtention des autorisations préalables. Je m’appuie sur une équipe projet constituée au sein de mon service. Je sollicite notamment mes collègues concepteurs de projet 3D et chargés d’études. Grâce au savoir-faire interne, beaucoup d’éléments sont traités en régie ; la sous-traitance à des bureaux d’études étant rare. Le Département réalise ainsi des économies sur le coût de conception et d’études ».
Pour les opérations « envergure », le chargé d’opérations routières est la «mémoire» du dossier qui s’échelonne souvent sur plusieurs années (de 5 à 10 ans pour les constructions neuves).


Une maîtrise des procédures

Pour mener à bien sa mission, le chargé d'opérations doit maîtriser tout un panel de procédures : marchés publics, autorisations réglementaires... Il s'apparente à un "expert", un appui d'aide à la décision dans son domaine d'intervention notamment auprès des élus. «Je m’apparente à un maître d’œuvre dont la commande émane des élus. Notre objectif est d’élaborer une infrastructure routière correcte tout en intégrant les problématiques de développement durable. S’ensuivent la phase d’acquisition des terrains, la consultation des entreprises et le lancement des travaux. Je garde ensuite un regard sur le suivi du chantier et du budget jusqu’à la livraison de l’infrastructure. Il me reste alors à remettre cette dernière au service en charge de l’entretien et la maintenance du réseau routier».
Le chargé d'opérations a une vision globale du projet. Son plan de charge sera différent selon l'avancement des travaux. Même s'il est amené à passer le relais sur certaines étapes, il reste informé en permanence.

Être chargé(e) d’opérations routières, c’est :

  • piloter un projet de A à Z,
  • maîtriser la législation, les modalités techniques et les normes d’exécution d’un projet routier,
  • connaître les procédures d’acquisitions foncières et des marchés publics,
  • réaliser des études de conception de voirie, d'ouvrage d'art ou de réseau en intégrant la notion de partage de la voirie,
  • élaborer un planning opérationnel récapitulant interventions, délais et programmation de crédits,
  • coordonner la réalisation de travaux et participer aux réunions de chantiers,
  • rédiger des comptes rendus et des métrés contradictoires de travaux,
  • effectuer le suivi des démarches administratives,
  • animer et piloter une équipe,
  • s’assurer du respect des clauses de prévention et de sécurité,
  • participer aux étapes de communication et de concertation,
  • être autonome et disposer de qualités relationnelles.

Comment accéder au métier ?

Les BTS « bâtiment, études et économie de la construction », « travaux publics » ou le DUT « génie civil construction durable » apportent les connaissances techniques indispensables. Avant d’être totalement opérationnels, les diplômés doivent compléter la validation de leurs acquis théoriques par des expériences de terrain.
Il existe aussi un certain nombre de licences professionnelles « conduite de travaux » ou « métiers du BTP » qui forment à ce métier.
A noter que de plus en plus de chargé(e) d’opérations routières ont un diplôme d’ingénieur.
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK