Fiche Métier

Concepteur de projet en 3D

Fonction Publique Territoriale

Catégorie A, Catégorie B

Filière Technique, Filière Urbanisme

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Transposer un aménagement dans un environnement réel

Environnement, route, bâtiment, transport, urbanisme... autant de domaines propices à des travaux d'aménagement. Afin de faciliter la compréhension des projets auprès des usagers et des décideurs politiques, la technologie 3D est aujourd'hui largement sollicitée par les professionnels. Au-delà de leur savoir-faire en ingénierie, ces concepteurs utilisent des techniques performantes pour intégrer les projets dans leur environnement réel, et ainsi les visualiser. Le virtuel devance alors le réel...

  Faciliter la compréhension et l'appropriation des projets

La phase de communication sur un projet, quel que soit le domaine, vient en aval d'un important travail d'études et d'ingénierie, souvent complexe pour tout un chacun. Grâce à l'imagerie 3D, les maquettes prennent une dimension relativement proche de la réalité. Le projet est alors intégré dans un environnement où les détails réels sont reproduits à l'infini (végétation, texture de relief, bâtiments, réseau ferré...). Plus le niveau de réalité est poussé, plus la compréhension du projet s'en trouve facilitée. La technique 3D est actuellement un outil de communication indispensable pour les collectivités territoriales. Elle facilite la prise de décision tout en mesurant les impacts d'une nouvelle opération sur l'environnement qui l'entoure. Plus dynamique et surtout plus ludique qu'un plan standard, cette technologie est compréhensible par tous. Le public est immédiatement captivé car il réussit facilement à se repérer sur le terrain, générant ainsi la mise en place d'un débat constructif. En somme, lors de concertations publiques, l'animation 3D est un réel outil de transparence pour expliquer les projets.

3 techniques mobilisées

Selon l'ampleur, la nature de l'aménagement et l'objectif de communication, les concepteurs de projets 3D mobilisent des techniques différentes :

  • Le photomontage : le projet est intégré au sein d'une prise de vue du site (avant travaux). Rapide et efficace, ce concept permet de visualiser des aménagements «simples» tels que l'agencement d'un giratoire, la pose de barrières de sécurité, de nouveaux panneaux, la plantation d'arbustes... Cette technique est limitée en revanche à un angle de vue fixe.
  • La maquette : l'aménagement et son environnement sont construits avec un habillage virtuel imaginé par le concepteur.
  • La conception vidéo : Dans un 1er temps, le site est  relevé à l'aide de lidar et matérialisé par un «nuage de points»A partir de ce relevé servant de support topographique, le projet est conçu en 3D de manière classique. Le projet est ensuite, intégré au nuage en lieu et place des points existants à son emplacement. Le concepteur termine alors le travail en scénarisant une vidéo selon différents angles de vue (aérien, usagers d'une route, riverains...).

Ce procédé constitue la technique la plus évoluée. Elle est transposable à de nombreux domaines d'activités, notamment la construction et l'aménagement de bâtiments, intérieu comme extérieur.

Côté profil

Etre concepteur de projet routier 3D, appelle à :

  • disposer de connaissances en ingénierie dans un domaine de l'aménagement du territoire,
  • maîtriser les logiciels de CAO/DAO
  • être un bon communicant : vulgariser des données techniques par des images « parlantes »
  • évoluer avec les techniques
  • être passionné et patient...

Charline Thévenet, conceptrice de projet 3D

Charline Thévenet est conceptrice de projet 3D dans le domaine de l'urbanisme. Ingénieur territorial dans une ville de plus de 100 000 habitants, elle a débuté sa carrière dans le secteur privé, en travaillant sur des projets de construction d'équipement sportifs et culturels pour un bureau d'études.

Vous occupez un poste de conceptrice d'aménagements urbains en 3D. En quelques mots, pouvez résumer votre parcours professionnel ?

J'ai débuté ma carrière dans un bureau d'études spécialisé dans la construction de bâtiment à usage public : établissement scolaire, crèche, restaurant collectif, bureau administratif, salle polyvalente, gymnase... A l'époque, je travaillais en étroite collaboration avec des chargés de projet et des technicien(ne)s en bâtiments œuvrant pour les collectivités territoriales. Pour des raisons familiales, suite à la mutation professionnelle de mon mari, j'ai dû quitter ce poste et déménager. Lorsque j'ai recherché un nouvel emploi, mon regard c'est également porté sur le secteur public. Mon poste actuel était alors vacant, j'ai alors postulé. Le fait de maîtriser des techniques innovantes en matière de conception de vidéo 3D tout en connaissant les impératifs de la commande publique ont pesé en ma faveur. Au départ, recrutée comme contractuel, j'ai obtenu ensuite le concours d'ingénieur en 2008. Dans la foulée, j'ai été mise en stage.

Depuis combien de temps assurez-vous ces fonctions ?

J'ai intégré la fonction publique territoriale (FPT) en 2007. Cela fait donc 7 ans que j'occupe ce poste. Au fil des années les contraintes techniques et législatives n'ont pas cessé de croître. La technologie quant à elle s'améliore continuellement, rendant nos démonstrations parfois plus vraies que natures !

Pouvez-vous nous en dire plus ?

En matière de construction urbaine, de plus en plus de paramètres sont à prendre en compte avant la mise en œuvre de travaux. Outre les impératifs législatifs (accessibilité, sauvegarde du patrimoine, fouilles archéologiques...) et environnementaux (normes HQE, besoins énergétiques...), la concertation publique et l'implication des usagers sont devenues incontournables. Afin de ne pas tronquer le débat, avec une présentation trop technique, abordable uniquement par des experts, la technologie 3D permet de construire des vidéos ou des visuels compréhensibles de tous. Mon travail s'appuie sur le potentiel offert par les outils graphiques, pour «vulgariser en image» les plans des architectes et les phases de travaux gérées par les techniciens de la Mairie. Par exemple, la Ville a récemment rénové et agrandi un groupe scolaire. Pour mesurer les impacts sur la circulation et les aménagements intérieurs de la structure, j'ai réalisé différentes simulations 3D présentant sous plusieurs angles la finalisation des bâtiments dans l'environnement actuel. Grâce à ce procédé, les riverains, les parents d'élèves, les enseignants et les personnels de l'école ont tout de suite pu se repérer et visualiser les changements positifs comme ceux moins agréables notamment lors des phases de transition. En ayant ses données en tête, les travaux et les désagréments que cela imposent sont généralement mieux acceptés par les citoyens. La phase de communication en amont est indispensable pour la poursuite du projet.

Quelles sont les qualités indispensables pour exercer votre métier ?

Sans aucun doute, avoir une facilité à faire parler les images ! Il faut être en mesure de combiner l'aspect communication en étant un bon scénariste et l'aspect technique en se perfectionnant sans cesse. En fonction du domaine d'intervention, maîtriser les clés d'ingénierie du domaine s'avère indispensable. Etre à l'affut des nouveautés et savoir s'adapter à différents profils d'utilisateurs sont aussi des impératifs. En tout cas pour ma part, j'ai trouvé ma voie. Je poursuis chaque jour mon apprentissage, grâce à de nouveaux projets.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK