Fiche Métier

Garde Champêtre

Fonction Publique Territoriale

Catégorie C

Filière Sécurité - Police

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Garde Champêtre - En première ligne pour assurer la surveillance en milieu rural...

Le garde champêtre intervient principalement en matière de police rurale. Il exécute, sous l'autorité du maire, des missions de prévention et de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de sécurité et de salubrité publiques. Pêche, chasse, protection de l'environnement, détérioration du domaine public, conflit de voisinage, sortie des écoles... ses domaines d'intervention sont vastes.

Un métier ancestral

Le métier de garde champêtre est apparu au Moyen-Age. Sa première mission était de surveiller les récoltes. A compter du 17e siècle, sous Louis XIV, le garde champêtre veille également à l'application du droit exclusif de chasser, réservé au roi et aux seigneurs traquant ainsi les braconniers et les glaneurs. Le véritable statut du garde-champêtre est créé à l'issue de la Révolution Française. La profession connaîtra son apogée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Dans les campagnes, à cette époque, le garde champêtre est aussi important que le Maire ou l'instituteur. Depuis 1958, l'affectation de ce fonctionnaire n'est plus obligatoire dans les communes rurales, ce qui a engendré la lente disparition de la profession. En 2013, la France comptait 1500 gardes-champêtres contre près de 30 000 en 1958.

Un agent assermenté

Le garde-champêtre peut être nommé, soit par le maire de la commune, soit par le président d'un établissement public de coopération intercommunale, conjointement avec les maires concernés.

Ce fonctionnaire territorial est habilité à constater par procès-verbal les contraventions et les délits portant atteinte aux propriétés rurales et forestières ainsi que les contraventions aux règlements et arrêtés de police municipale, des maires comme des Préfets. Il exerce ses compétences dans plus de 150 domaines comme celui de la police de la route, la police de l'eau ou encore la police de l'urbanisme. En tant qu''agent chargé de certaines fonctions de police judiciaire, le garde champêtre doit être agréé par le procureur de la République et assermenté.

Une profession en pleine mutation

De plus en plus, les missions du garde champêtre s'orientent vers la protection de l'environnement et plus particulièrement des espaces naturels sensibles. Afin d'améliorer leur efficacité et de mutualiser les coûts, certaines intercommunalités (syndicats intercommunaux, communautés de communes ...) mettent en place des brigades d'intervention mêlant différents métiers (Eco-garde, garde forestier/pêche, garde champêtre...) pour surveiller et protéger leur territoire. L'urbanisation des communes rurales voit aussi l'augmentation des effectifs de police municipale au détriment de la profession des gardes-champêtres. L'avenir semble alors plus « vert » que «sécuritaire» pour ce métier !

Le profil du garde-champêtre

Le garde-champêtre travaille majoritairement en solo, à l'extérieur et par tous les temps. Son métier requiert une bonne condition physique, une grande disponibilité et un sens du contact. Il intervient en uniforme et doit faire preuve de pédagogie pour sensibiliser, dans un premier temps, le public aux respects des lois en vigueur. En cas d'infraction significative, il doit être en mesure de «s'imposer» et de dresser un procés-verbal. Autonomie, neutralité et relationnelles sont des qualités indispensables pour exercer cette profession.

Le métier de garde- champêtre est accessible via le concours de garde champêtre territorial principal. Retrouvez toutes les autres préparations aux concours de la filière sécurité- police.

Jacques Simonet est garde-champêtre depuis plus de 20 ans, dans une commune rurale de 1 500 habitants. Agent polyvalent, il assure à la fois des missions de sécurité publique comme de protection de l'environnement en passant par l'information des administrés.

En quoi consiste votre rôle au quotidien ?

Au fil de ma carrière, mon rôle a évolué. Certaines missions persistent comme par exemple assurer la sécurité des enfants à la sortie des écoles maternelles et primaires, informer les usagers, faire respecter les arrêtés municipaux, surveiller le domaine public...De nouvelles obligations sont apparues notamment en matière d'environnement. Les règles sont beaucoup plus strictes : préservation des espèces, vigilance sur certaines pollutions ou dépôts sauvages... En tant que garde-champêtre, je me dois de repérer et de verbaliser tout manquement à la loi. Dans certaines situations, je peux être appuyé par la Gendarmerie.

Au quotidien, je mène des rondes sur le territoire de la commune afin d'inspecter les zones potentiellement à risque tout en assurant un service de proximité aux citoyens (renseignement, information par voie d'affichage, enquête, sécurité publique...).

Comment agissez-vous pour protéger l'environnement ? Sur quel point porte votre vigilance ?

C'est très varié ! Sur certaines activités, il y a des pics saisonniers comme la chasse, la pêche ou la cueillette des champignons... La période estivale est aussi source d'infractions. La commune étant située sur une zone prisée pour le tourisme vert, je dois surveiller les campements sauvages notamment le stationnement abusif des camping-cars. Tout au long de l'année, les dépôts sauvages de déchets en tout genre sont également un fléau récurrent. Visiter régulièrement le territoire est en premier lieu, un moyen de dissuasion. S'il y a déversement abusif, je mène l'enquête afin de trouver le contrevenant.  Parfois, les riverains préviennent la Mairie permettant ainsi une verbalisation du fautif. La pollution des cours d'eau, le vandalisme, le bruit intempestif... sont d'autant des délits sur lesquels je suis mobilisé.

Quels sont les qualités indispensables qu'un garde champêtre se doit d'avoir?

Avoir le sens du contact et bien connaitre son territoire d'intervention sont sans aucun doute le minimum requis. Disposer d'un réseau est aussi très important. Avec les années, je connais beaucoup d'habitants et de partenaires, que je n'hésite pas à solliciter pour m'aider dans ma mission. Pour le reste, l'expérience est très importante. Etre garde champêtre est un métier que l'on apprend sur le terrain. Les connaissances portant sur la législation et le milieu naturel s'acquièrent bien dans les livres mais la réalité est parfois plus formatrice. Bien s'entendre avec le Maire est aussi indispensable car il est le principal coordinateur de nos actions.

Même si la profession tend statistiquement à disparaitre dans les communes rurales, pour ma part, j'ai plutôt l'impression qu'elle se redessine au travers de nouveaux métiers tels que les éco-gardes, plus tournés vers la protection de l'environnement. Notre survie repose peut être aussi sur les intercommunalités qui ont plus de moyens que nos petites communes

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK