Fiche Métier

Infirmier

Fonction Publique Hospitalière

Catégorie B

Filière Médico-social

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Infirmier : un métier de santé aux perspectives d'emploi très nombreuses

Tout en alliant la pratique médicale, le contact humain et la gestion administrative, le métier d'infirmier est riche en opportunités professionnelles. Milieu hospitalier, secteur libéral, médecine du travail, fonction publique territoriale, Éducation nationale, humanitaire... les perspectives d'emploi sont nombreuses et diversifiées. Face aux besoins croissants de la population en soins médicaux et aux départs massifs à la retraite, le métier a de beaux jours devant lui.

Un métier de santé

Plus de 80 % des offres d'embauches se situent dans les hôpitaux et ce, dans la plupart des services (cardiologie, gériatrie, pneumologie, neurologie, gastro-entérologie, chirurgie, réanimation, urgences, pédiatrie...). Actuellement, la gériatrie et la psychiatrie sont des secteurs à fort recrutement.
Au sein de l'équipe pluridisciplinaire, l'infirmier coordonne et dispense des soins médicaux aux personnes malades en vu de leur rétablissement et surveille l'état clinique des patients. Il agit sur sa propre initiative ou sur prescription médicale émanant du médecin. Outre l'aspect médical, son rôle est d'accompagner le patient durant son séjour et d'assurer son suivi tout en étant le principal relais entre ce dernier et le spécialiste.

Dans la fonction publique territoriale, les infirmiers peuvent intervenir sur des problématiques spécifiques telles que la gériatrie ou la protection maternelle infantile. Leur rôle est ainsi plus tourné sur l'analyse des situations, des milieux de vie ou la prévention. Ils sont force de conseils ou « experts » dans la délivrance des agréments ou de certaines aides. À ce titre, ils exercent principalement leurs missions dans les conseils généraux.
Mais ils peuvent également occuper des postes dans des structures municipales comme les crèches, haltes-garderies, structures petite enfance multi-accueils en tant que responsable de ces équipements. De plus, de nombreux postes peuvent leur être proposés dans des maisons pour personnes âgées dépendantes ou non. À ce titre, ils auront souvent la responsabilité d'une équipe de soignant, assureront la gestion des plannings, etc.

Un rythme de travail soutenu

En milieu hospitalier, les soins sont assurés 24 h/24, 7 jours sur 7. Les équipes se relaient en fonction d'un roulement alternant matin, après-midi ou nuit tout en incluant les week-ends et les jours fériés. À ces plages horaires extensibles, il faut avoir à l'esprit des services à flux tendu où l'absence de personnel n'est pas toujours palliée. La fonction génère aussi des situations difficiles et stressantes selon les pathologies à traiter. Le métier nécessite donc une bonne aisance relationnelle et une faculté à faire face à des rythmes éprouvants aussi bien physiquement que psychologiquement.
Dans la fonction publique territoriale ou l'Éducation nationale, l'organisation du travail est plus « souple » et correspond le plus souvent à des horaires de bureaux.

De nombreuses perspectives professionnelles

Ces agents, de catégorie B dans les trois fonctions publiques, appartiennent au cadre d'emplois (ou corps) des infirmiers qui comporte deux grades : celui d'infirmier de classe normale et celui de classe supérieure.
Dans le cadre de « la modernisation des statuts de l'hôpital public et de sa gestion sociale », une modification de la formation initiale des infirmiers pourrait s'organiser dans les années à venir, en raison des changements de profil de poste qui se dégagent, en particulier en termes de responsabilités.
Même si des spécialisations sont déjà possibles (infirmier de bloc opératoire, anesthésiste, puéricultrice, cadre infirmier...), plusieurs rapports soulignent la nécessité de faire évoluer la profession. Plusieurs pistes sont à l'étude notamment le partage des tâches entre médecins et infirmiers, en mettant en place par exemple des transferts de compétences mais aussi en procédant à une revalorisation de la profession en catégorie A.

Après quelques années d'expérience et sous certaines conditions, les infirmiers peuvent :
- se spécialiser : puéricultrice, infirmier de bloc opératoire, infirmier anesthésiste, infirmier de santé au travail...
- choisir de s'installer en libéral (au minimum deux ans d'expérience) ;
- accéder à un grade supérieur par la préparation de concours et/ou la formation (cadre de santé, directeur des soins) ;
- effectuer une mutation dans un autre établissement de soin ou dans la fonction publique territoriale ;
- intégrer un Service de secours et de soins médicaux des sapeurs-pompiers et devenir infirmier sapeur-pompier (ISP) ou rejoindre le service de santé des armées ; etc.

Comment devenir infirmier ?

Les Instituts de formation aux soins infirmiers (IFSI) sont le passage obligé pour suivre une formation et entamer une carrière. Ils préparent en trois ans le diplôme d'État d'infirmier et sont répartis sur toute la France. L'admission se fait sur concours.
Pour se présenter au concours d'entrée, il faut avoir 17 ans et être titulaire d'un baccalauréat (ou d'un titre équivalent). Le concours comprend deux épreuves écrites et un oral. La formation se compose d'enseignements théoriques et de stages cliniques pratiques.
En dernière année, les étudiants doivent rédiger et soutenir un mémoire devant un jury. Le DE d'infirmier est reconnu au niveau Bac + 3.

Pour en savoir plus

Portail des métiers de la santé et du social : 
www.metiers.santesolidarites.gouv.fr
www.lhopitalabesoindevous.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK