Fiche Métier

Opérateur de vidéoprotection

Opérateur de vidéoprotection

Fonction Publique Territoriale

Catégorie C

Filière Administrative, Filière Sécurité - Police, Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Conditions d’accès :

  • Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie. Possibilité de recrutement direct pour les cadres d'emplois de catégorie C en fonction du grade (2ème classe).


Grâce à son œil averti et à sa vision transversale, l’opérateur de vidéoprotection assure la sécurité des lieux, des espaces et des bâtiments publics. Installé au sein d’un poste de commande, il visualise en continu les images de vidéosurveillance permettant de déclencher au besoin une équipe d’intervention ou de verbaliser des infractions.

Assurer la sécurité publique

Comme tout agent de la Police Municipale, la mission de l’opérateur de vidéoprotection est d’assurer la sécurité publique. Pour sa part, il patrouille « virtuellement » les secteurs en utilisant les équipements de vidéosurveillance. Centre-ville, abords des centres commerciaux, établissements scolaires, équipements sportifs, parkings ou encore zones dites sensibles sont régulièrement « balayées » et scrutées. Via le positionnement des différentes caméras, l’opérateur de vidéoprotection analyse les plans visibles à l’écran. Grâce à son pupitre de commande, il peut prendre la main sur n’importe quelle zone, à n’importe quel moment. Lors de manifestations ou d’évènements festifs générant d’importants mouvements de foule, la vidéosurveillance est une vraie plus-value pour surveiller l’espace public.
Les bandes étant enregistrées, l’opérateur de vidéoprotection peut également revoir des séquences filmées ultérieurement pour rechercher des éléments d’informations ou des infractions très utiles pour les enquêtes de Police.

Appuyer les équipes de terrain

Lors des contrôles assurés par la vidéosurveillance, l’opérateur peut constater des comportements suspects ou des situations d’urgence. Dans ce cas, il en informe directement les services compétents (pompiers, force de l’ordre, service d’urgence…) en suivant une procédure prédéfinie et partagée par tous les acteurs de la sécurité publique.
L’opérateur de vidéoprotection intervient, également en appui des forces de Police, lors d’interventions spécifiques ; son objectif étant d’assurer leur sécurité tout en guidant leur action grâce sa vision d’ensemble de l’environnement ambiant.

Verbaliser les infractions

De plus en plus de communes et d’intercommunalités ayant investi dans la vidéosurveillance optimisent l’usage de leur équipement en développant la vidéoverbalisation. A ce titre, l’agent de vidéoprotection constate les infractions en sortant 2 clichés évocateurs, éléments à charge lors de l’établissement du PV.

Côté aptitudes

Opérateur de vidéoprotection dans la Police Municipale c’est :
•    travailler en continu sur écran et en position assise prolongée dans un milieu fermé,
•    exercer en horaires décalés, 7jours/7,
•    connaître les acteurs de la sécurité publique et les missions de chacun,
•    être à l’aise avec les outils informatiques et technologiques,
•    archiver et assurer la traçabilité des bandes numériques,
•    respecter les règles de droit en matière de vidéosurveillance et de protection des libertés individuelles,
•    être discret, réactif et concis lors de la transmission d’informations,
•    avoir le sens du détail et l’esprit d’initiative,
•    respecter les procédures en place.

Accès à la profession

Pour devenir opérateur de vidéoprotection, il existe 2 formations :
•    CAP Agent de prévention et sécurité (APS), sur 2 ans avec un stage de 15 semaines ;
•    BAC technologiques sciences et technologies industrielles (STI), spécialité génie électrique et génie électrotechnique.
Une formation d’agent de sécurité peut faire la différence si la mission de vidéosurveillance est couplée à un travail de gardiennage. Un agrément préfectoral pour la sécurité et la défense sera alors obligatoire.

Pour devenir gardien-brigadier de police municipale, l’obtention du concours de la fonction publique territoriale d’agent municipal (catégorie C) est obligatoire. Celui-ci est organisé par des centres de gestion présents dans chaque département.

Conditions d’admission :

•    avoir 18 ans au moins,
•    être titulaire du diplôme national du brevet (DNB) ou d’un certificat d'aptitude professionnelle (CAP),
•    être apte physiquement.
Après réussite au concours, le gardien-brigadier de police municipale est stagiaire pendant 1 an dont 6 mois de formation théorique et pratique.

Les évolutions de carrière

Le gardien-brigadier de police municipale peut gravir les échelons en devenant gardien principal (après 2 ans d’expérience au minimum), puis brigadier (après 6 ans d’expérience) et enfin brigadier-chef.
Ces promotions s’effectuent en fonction des postes disponibles et des compétences.
D’autres possibilités d’avancement sur les cadres d’emplois de chefs de service de police municipale (catégorie B) et de directeurs de police municipale (catégorie A) sont envisageables après réussite aux concours.
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

40 métiers qui recrutent dans la fonction publique

Merci de renseigner votre e-mail

Un email vient de vous être envoyé avec le lien de téléchargement du livre blanc.
Bonne lecture !

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×