Fiche Métier

Patrouilleur

Fonction Publique d'Etat

Catégorie C

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Surveiller pour intervenir rapidement...

Pour connaître l'état du réseau routier et repérer les anomalies, les services chargés des routes mettent en place des circuits de patrouilles. Effective toute l'année, cette surveillance est renforcée, en cas de suspicion de neige ou de verglas. Observation et détection des risques sont les maîtres mots de la mission du patrouilleur.

La patrouille d'observation

Elle se déroule en journée et s'organise sur un circuit prédéterminé. L'unité d'exploitation dispose d'un planning annuel pour son secteur d'intervention. La patrouille d'observation vise à détecter les «désordres» pour les traiter au plus vite. Nid de poule, détritus, panneau abîmé, animal écrasé, publicité frauduleuse, fossé bouché, mur effondré, pierres sur la chaussée...

Un véhicule est spécifiquement équipé pour cette mission. Il dispose à son bord du matériel nécessaire pour une intervention rapide : panneaux de signalisation, balai, pelle, enrobé à froid, absorbant...

Le patrouilleur, l'élément clé du système d'alerte

En suivant le parcours indiqué, le patrouilleur note sur sa fiche d'observation tous les «écarts» non conformes ou susceptibles d'engendrer un danger pour l'usager. Il indique également les premiers signes de détérioration de la route. Le patrouilleur devient les «yeux» des équipes d'exploitation. En circulant sur le réseau routier, il prend connaissance de son état et de ses dégradations. Quand c'est possible, il intervient pour réparer le dommage. Sinon, il prévient l'unité d'exploitation afin que des agents se déplacent pour y remédier.

Enlever un arbre tombé sur la chaussée, déboucher un fossé, changer un panneau... tels sont les problèmes pouvant être détectés et solutionnés rapidement. Dans certains cas, une programmation des travaux, à plus long terme, sera nécessaire.

La patrouille d'observation permet de surveiller un réseau routier dense et vaste régulièrement. A noter que les Départements et les DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) sont les administrations  les plus concernés par les renseignements fournis par ces agents.

Les mains courantes renseignées par les patrouilleurs constituent aussi un fond de dossier indispensable en cas de réclamation d'un assureur ou d'un usager. Ce dispositif s'inscrit dans une démarche qualité en garantissant un suivi du «produit détecté non conforme».

Côté profil

Il n'y a pas vraiment de formation type. Les patrouilleurs sont souvent des agents d'exploitation de la route qui se dirigent ensuite, grâce à leur savoir-faire, sur ce type de mission. Ils suivent en général une formation en interne récapitulant des notions de procédure ainsi que le comportement à adopter en cas d'intervention en solo.

Pour exercer ce métier, certains équipements sont obligatoires et indispensables : véhicule de patrouille, téléphone portable, appareil photo (prise de vue des situations), tenues de sécurité...

Savoir analyser rapidement la situation, donner les bonnes indications, intervenir en sécurité, prévenir une équipe pour solutionner l'incident... sont des facteurs clés pour endosser la « casquette » de patrouilleur.

Gabrielle Petit

Franck Minot

Depuis 1999, Franck Minot est patrouilleur sur un secteur couvrant environ 1500 km de routes départementales. Observateur et attentif aux moindres incidents, il notifie et signale toute situation « non-conforme » pour une intervention rapide de ses collègues, agents des routes.

Comment s'organise votre travail ?

Selon les périodes de l'année, ma mission peut évoluer ainsi que mes amplitudes horaires. Par exemple, lorsque l'on rentre en viabilité hivernale, je peux être mobilisé très tôt le matin s'il y a  une suspicion de neige ou de verglas. Le reste du temps, ma journée suit un déroulé type. Avant de partir en patrouille, je « récupère » mon parcours de la journée et je prépare mon véhicule. Je vérifie le fonctionnement des éclairages, du gyrophare, le niveau de carburant, le stock d'outils et de produits nécessaires en cas d'intervention... Si tout est « ok », je pars en suivant l'itinéraire indiqué sur ma fiche de patrouille. Une fois sur la route, mon rôle est de repérer « les dommages » afin de les signaler. « J'avale » donc les kilomètres en étant attentif aussi bien à l'état de la chaussée qu'aux accotements qui l'entourent. Joignable à tout moment, mon responsable peut aussi me demander d'aller « inspecter » une zone où un signalement a été fait.

Quelles sont les situations « non-conformes » que vous pouvez relever ?

Le panel est grand...cela peut aller de l'animal écrasé au mur effondré sur la route en passant par de la publicité abusive, un panneau dégradé, une inondation...On voit de tout... L'objectif de la patrouille est de visiter régulièrement toutes les routes à la charge du Département même celles dont le trafic est quasi nul. En général, la rotation s'opère tous les 15 jours. Beaucoup moins sur les itinéraires très empruntés. En procédant ainsi, on détecte vite un incident. S'il y a un danger immédiat tels qu'un arbre prêt à tomber, un panneau de « stop » ou de « cédez le passage » arraché, de l'huile sur la chaussée ...  je le notifie et j'interviens pour y remédier. Si je ne peux pas le faire seul, je communique l'information à mon responsable. Une équipe est ensuite déployée pour solutionner le problème.

Quelle forme prend votre travail en période de viabilité hivernale ?

Une patrouille supplémentaire est mise en place en période de viabilité hivernale. Lorsque la météo annonce des évènements neigeux ou des températures négatives, le responsable d'astreinte programme des patrouilles tôt le matin. Dans ce cas précis, je suis aussi en astreinte. Je suis chargé de circuler pour constater l'état du réseau routier. J'effectue des mesures de température et notifie les zones dangereuses. Un compte rendu est ensuite transmis au chef d'équipe. En fonction des indications que je lui donne, il décide alors de déclencher ou non des opérations de salage et/ou de déneigement.

Quelles aptitudes sont nécessaires pour exercer cette mission ?

Avoir le permis de conduire coule de source..., être sensibilisé aux règles de sécurité liées à l'intervention sur le domaine routier semble obligatoire. Au-delà, faire preuve d'initiative et être capable de prendre rapidement les bonnes décisions sont des qualités indispensables pour ce type de poste.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK