Fiche Métier

Responsable d’une unité circulation, stationnement et fourrière

Responsable d’une unité circulation, stationnement et fourrière

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Sécurité - Police

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Conditions d’accès : 

Concours externe et interne, avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie.
 
Dans les communes ou les intercommunalités, selon le dimensionnement de la police municipale, le grade de chef de police municipale est exercé sur différents postes. Chefs d'une équipe spécialisée dans les grandes agglomérations, adjoints au directeur de la police municipale ou responsables de service dans des collectivités dotées d'effectifs moins importants, les opportunités sont nombreuses pour ces fonctionnaires territoriaux de catégorie B. Rencontre avec Frédéric Lounier, responsable de l’unité circulation, stationnement et fourrière d’une agglomération de 150 000 habitants.
 

Intervenir en concertation avec les autres unités de la police municipale

Chargé de faire appliquer la réglementation en matière de circulation et de stationnement, le responsable de l’unité circulation, stationnement et fourrière manage une équipe de plusieurs policiers municipaux et d’agents de surveillance de la voie publique (ASVP). 
Son objectif : lutter contre les infractions en matière de stationnement, réaliser des contrôles de vitesse, mener des campagnes de sensibilisation en matière de sécurité routière, verbaliser en cas d’infraction, opérer à l’enlèvement des véhicules en stationnement gênant ou abusif…
« Au sein de l’agglomération, la police municipale est scindée en 3 unités : l’unité de circulation, stationnement, fourrière que je dirige, l’unité de tranquillité et sécurité générale et le centre d’information et de commandement. Afin de garantir le maintien de l’ordre et veiller au respect de la règlementation, les 3 unités interagissent souvent ensemble. S’agissant de mon équipe, le travail s’opère en étroite collaboration avec le centre d’information et de commandement qui a la main sur l’ensemble du système de vidéosurveillance de la ville et ses alentours. Le « PC » nous signale un certain nombre d’infractions ou nous appuie en intervention. Dans certains cas, ils sont habilités à verbaliser directement. Lors d’évènement exceptionnel comme les festivités de Noël, la fête de l’été, la fête de la musique…, toutes les unités collaborent afin d’assurer la sécurité du grand public, faciliter la circulation et maîtriser les effets de foule. Le plan vigipirate, en lien avec le contexte des attentats, a fortement renforcé le rôle des polices municipales dans ces cas de figure. »
 
 

Organiser le travail et le suivi de l’unité de circulation, stationnement et fourrière 

 
Le responsable d’une unité de circulation, stationnement et fourrière élabore les plannings de travail, priorise et planifie l’activité de son équipe en lien avec les besoins identifiés par le Centre d’information et de commandement. Il assure le reporting des informations auprès de son équipe. Il est également l’interlocuteur privilégié des partenaires institutionnels (services municipaux, école, Préfecture, Gendarmerie, Police nationale, bailleurs sociaux, SDIS…).  
« La gestion des plannings et le suivi de l’activité sont chronophages mais indispensables au bon fonctionnement du service. Avec plus de 20 policiers municipaux et 16 ASVP, l’élaboration des plannings pour couvrir toutes les plages horaires (jour, nuit et week-end) n’est pas simple. Il faut jongler avec les temps de récupération, les astreintes, les congés, les obligations de formation et les absences non-programmées. Pour cela, je peux m’appuyer sur 2 agents administratifs qui s’occupent d’organiser les temps d’intervention des équipes dans le respect de la règlementation. A partir de cette planification, je répartis les secteurs d’intervention et les opérations à effectuer. Bien sûr, tout n’est pas programmable. Il faut aussi savoir pallier les urgences du quotidien. Toutes les interventions de terrain sont ensuite répertoriées et classifiées dans notre logiciel de suivi.  A partir de ces données, je réalise des bilans quantitatifs voire qualitatifs dans certains cas.  ».
 
 

Côté aptitudes

Être responsable de l’unité circulation, stationnement et fourrière, c’est :
  • évoluer dans les domaines de la sécurité et de la tranquillité publique, 
  • maîtriser la règlementation et en connaître ses évolutions,
  • assurer le maintien de l’ordre en lien avec les forces de l’ordre national,
  • faire respecter le code de la route et les arrêtés municipaux,
  • dresser des procès-verbaux,
  • opérer des mises en fourrière,
  • connaître son territoire d’intervention,
  • superviser des manifestations (culturelles, sportives, revendicatives…)  et des évènements exceptionnels,
  • manager et piloter l’activité d’une équipe,
  • coordonner différents acteurs,
  • suivre une activité et en rendre compte,
  • faire preuve de retenue et de sang-froid,
  • s’adapter à tous types de publics,
  • mobiliser des compétences managériales,
  • faire preuve de déontologie et de discrétion,
  • être disponible (forte amplitude horaire du métier),
  • détenir une bonne condition physique,
  • être à l’écoute et disposer d’un sens du dialogue.

Accès à la profession

Pour devenir policier municipal, il faut avoir 18 ans et passer un concours de la fonction publique territoriale organisé par des centres de gestion implantés dans chaque département. 
 
Pour exercer les missions de chef de service de police municipale, il faut être lauréat des concours ou examens professionnels de chef de service de police municipale, ainsi que ceux relevant de la promotion interne.
  • Catégorie B (3 grades : chef de service, chef de service principal 1ère classe, chef de service principal 2e Classe) : titre ou diplôme homologué : Bac. Accès par concours externe et interne.
S’en suivra une formation initiale alternant formation théorique et stages pratiques.
Selon le profil des stagiaires, la formation comporte :
  • 3 phases (d’une durée totale de 183 jours) pour les candidats n’ayant pas suivi de formation initiale d’agents de police municipale (dont 103 jours de formation théorique et 80 jours de stages pratiques).
  • 2 phases (d’une durée totale de 120 jours) pour les autres candidats (dont 60 jours de formation théorique et 60 jours de stages pratiques).
Les stages pratiques sont réduits à 20 jours pour les fonctionnaires nommés par voie de promotion interne.
 

40 métiers qui recrutent dans la fonction publique

Merci de renseigner votre e-mail

Un email vient de vous être envoyé avec le lien de téléchargement du livre blanc.
Bonne lecture !

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×