Fiche Métier

Soigneur animalier

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B, Catégorie C

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

 

Soigneur animalier :

prendre soin des animaux et entretenir leur habitat

Un métier peu connu et « confidentiel » du secteur public

Cet été, vos pérégrinations estivales vous amèneront peut-être à visiter un parc animalier ou un zoo. Ces structures, souvent gérées par des privés, peuvent relever des compétences d'une structure territoriale comme peut l'être le Parc de la Tête d'Or à Lyon. Dans ces parcs ou ces zoos, des hommes et des femmes sont au service des animaux. Ces soigneurs animaliers veillent au bon développement des espèces, les nourrissent et assurent l'entretien de leur espace de vie. Leur proximité avec les « pensionnaires » leur confère un rapport privilégié avec ces derniers permettant ainsi de détecter au plus tôt tout comportement suspect ou anormal.

Prendre en charge le quotidien des animaux

Tous les jours, le soigneur animalier confectionne et distribue, à heures fixes, les rations alimentaires adaptées à chaque animal. À cette occasion, il vérifie leur état de santé et assure l'entretien de leur lieu d'habitat. Les cages, les enclos ou les bassins sont nettoyés et si nécessaire réparés. Des précautions sanitaires sont ainsi prises afin de limiter les risques d'infection ou d'épidémie.

Cette mission fait partie intégrante du métier de soigneur animalier. Une bonne connaissance des règles d'hygiène et de sécurité propres au suivi des animaux est indispensable pour garantir leur bien-être.

Au-delà de l'entretien, le soigneur animalier tient à jour « le passeport » de tous les « pensionnaires » en consignant ses observations de la journée. Il a également en charge la gestion des stocks et des commandes de médicaments, de matériels et de nourriture.

Assister le vétérinaire dans le suivi médical

Étant donné son lien de proximité avec les animaux, le soigneur animalier est la personne « référente » connaissant le mieux leurs comportements et leurs habitudes. En cas de problème, il peut assister le vétérinaire dans son travail. Il participe, par exemple, à la capture de l'animal pour pouvoir lui prodiguer des examens. Il intervient notamment dans des soins mineurs tels que la pesée, le suivi de la reproduction, la vaccination, le « toilettage », la détection des anomalies...

Aimer les animaux et connaître leurs comportements

Soigneur animalier est avant tout un métier de passionné. À l'aise aux contacts des différentes espèces animales, il connaît leurs réactions et leurs habitudes afin de réagir en conséquence. Ce métier requiert une bonne aptitude physique ainsi que la maîtrise de différents matériels d'entretien, de soin et de capture. Il faut être capable « d'affronter » aussi bien des éléphants, des serpents, des lions, des singes, des oiseaux... toutes sortes d'animaux plus ou moins sauvages, imposants, dangereux...

Le professionnel doit savoir détecter de manière rapide tout changement inhabituel et prendre les bonnes décisions. Pour cela, il doit être à même de faire preuve de sang-froid et de patience. La relation qu'il construit avec les animaux nécessite beaucoup de temps et de contacts.

Des postes peu nombreux

Pour occuper un poste de soigneur animalier, il faut au minimum un CAP, un BEP ou un Bac pro en rapport avec les animaux. Seuls trois établissements y préparent : l'Institut rural La Charmelière de Carquefou (44), le CFAA du Lot (46) et le CFPPA du Loir-et-Cher (41).

  • Dans les zoos d'État, rattachés au Muséum national d'histoire naturelle, le recrutement se fait sur concours, à partir du CAP. Le nombre de postes à pourvoir est très limité (un tous les deux ans environ).
  • Dans les zoos publics, les soigneurs animaliers font partie de l'équipe d'entretien des espaces verts. Ils peuvent être recrutés par voie directe (catégorie C, adjoint technique territorial) ou sur concours (catégorie B, technicien territorial).

Il faut avoir à l'esprit que chaque année, les opportunités d'emploi sont peu nombreuses. Les perspectives d'évolution de carrière sont également restreintes et se tournent principalement vers des postes de « chef animalier » quand les équipes sont étoffées.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK