Fiche Métier

Technicien télécom

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Assurer les liaisons téléphoniques des services

Le technicien télécom a en charge la gestion du réseau et des appareils de téléphonie fixe sur l'ensemble des sites d'une structure. Ce professionnel voit sa mission évoluer au gré des technologies. Déménagement, installation d'une nouvelle ligne ou intervention technique..., il est la personne ressource en la matière ! Zoom sur ses principales attributions...
De l'analogique-numérique à la technologie IP...


En 15 ans, la technique liée à l'installation et à la gestion des postes de téléphone fixe a beaucoup changé. Outre l'équipement plus performant (affichage du correspondant, mobilité des appareils, transfert d'appels...), la régie des liaisons téléphoniques s'opère dorénavant en grande partie à distance, via un logiciel informatique. A l'heure actuelle, les réseaux téléphonique et informatique ont tendance à se confondre. Voix, images et données sont alors traitées par les mêmes équipements. Le technicien télécom doit donc maîtriser toutes les compétences associées à ces deux domaines. Celle de la voix  sur IP, ou « VoIP » pour Voice over IP est « une technique qui permet de communiquer par la voix (ou via des flux multimédia  : audio ou vidéo) sur des réseaux compatibles IP, qu'il s'agisse de réseaux privés ou d'Internet, filaire (câble/ADSL/optique) ou non (satellite, Wi-Fi, GSM, UMTS ou LTE) ». La VoIP concerne donc le transport de la voix sur un réseau IP. Cette technologie est complémentaire de la téléphonie sur IP (« ToIP » pour Telephony over Internet Protocol). La ToIP concerne les fonctions réalisées par un autocommutateur téléphonique IPBX.


Le passage de l'analogique-numérique à la technologie IP (IP pour Internet Protocol) s'organise progressivement dans les administrations et les collectivités locales. Pour basculer l'ensemble des postes téléphoniques sur une connexion IP, une réfection du système de câblage est préalablement obligatoire. Vient ensuite l'achat de téléphones adaptés. Ces 2 opérations représentant un coût financier important, la mutation s'accomplissant le plus souvent par étapes que le technicien télécom supervise.


Combiner les démarches administratives et techniques

Avant l'installation d'une ligne téléphonique, plusieurs prérequis sont nécessaires. Le technicien télécom doit savoir jongler entre anticipation des besoins des services et réponses aux aléas du quotidien. Achat de licences (uniquement pour les connexions IP), ouverture de ligne, transfert de numéro..., pour ces démarches, le technicien télécom est en lien direct avec les opérateurs téléphoniques concernés. Il gère également tous les ajustements nécessaires au bon fonctionnement des services. Paramétrage des téléphones selon le profil de l'agent (état civil, gestion des appels, boîte vocale, basculement de lignes...), régie des branchements, intervention technique sur autocom..., dans ces cas précis, le technicien se déplace ou prend la main à distance en fonction de l'intervention à réaliser. L'ordinateur est devenu un outil indispensable pour accomplir sa mission.

Côté profil

En relation constante avec les agents des services, le technicien télécom doit avoir le sens du contact ainsi qu'une capacité d'écoute poussée. Il doit être en mesure de s'adapter aux demandes et aux impératifs des services tout en préconisant la solution la plus adéquate aux problèmes rencontrés. Agent de terrain, le technicien télécom continue de se former tout au long de sa vie professionnelle au gré des évolutions technologiques.
Actuellement, la nouvelle génération arrive sur le marché de l'emploi avec 3 niveaux de formation, qui sont fonction du poste visé et des responsabilités à assumer :

  • Bac pro systèmes électroniques numériques (spécialité télécommunications et réseaux)
  • BTS systèmes électroniques
  • DUT génie électrique et informatique industrielle ; réseaux et télécommunications
  • DEUST maintenance et installation de réseaux
  • Licences professionnelles (très nombreuses sur ce créneau)


A noter que seules les grandes structures disposent d'équipe étoffée. Pour la majeure partie des cas, un voire deux techniciens suffisent. Cette activité est également souvent sous-traitée à des prestataires privés.

Frédéric Bellaton est technicien télécom depuis 15 ans au sein d'un Département. Arrivé sur le marché du travail en plein boom de l'internet, il s'est formé progressivement aux pré-requis de cette technologie IP, utilisée dorénavant pour la téléphonie fixe. Seul pour exercer sa mission, il a en charge un parc de plus de 1500 postes téléphoniques répartis sur plus d'une centaine de sites.


En quoi consiste votre mission au quotidien ?

Mon travail se répartit en deux volets : l'administratif et le technique. Cette double-compétence me vaut d'être à la fois au bureau pour gérer les achats de licences, commander des postes téléphoniques, saisir des données dans l'autocom principal... que sur le terrain pour des interventions techniques et former les agents à l'usage de leur téléphone. Mon rôle est de veiller à ce que l'ensemble du réseau de téléphonie fixe fonctionne et que les besoins des agents pour exercer leurs missions soient remplis.


Dans quelles situations pouvez vous intervenir ?

Je peux être sollicité pour des ouvertures de ligne téléphonique, des déménagements (site ou nouvel agencement de bureau), des problèmes techniques, des modifications de paramétrage d'un téléphone (nom, boîte vocale, transfert d'appels...), des conseils d'utilisation... mais également sur des questions relatives à la gestion des appels entrants et sortants d'un service (mise en attente, groupement d'appels, basculement vers le standard...). Pour une grande partie de ces interventions, j'interviens sur le terrain et je suis en lien direct avec les agents.

Depuis votre arrivée, comment votre métier à évoluer ?

Avec l'arrivée de la technologie IP, à savoir le téléphone via internet, j'ai du me former pour répondre aux besoins de la collectivité. En effet, pour des raisons de coûts mineures des appels téléphoniques et la facilité de gestion des équipements, le basculement de l'analogique-numérique à la technologie IP s'opère progressivement. Cette opération nécessite néanmoins en amont de disposer d'un système de câblage adéquate et d'un achat de licences en conséquence. L'évolution de mon métier repose en grande partie sur cet aspect : je ne gère quasi plus des liaisons par autocom mais plutôt des licences au travers d'un logiciel informatique. Aujourd'hui, mon outil de travail pour gérer le réseau téléphonique est indéniablement mon ordinateur.

Qu'appréciez-vous le plus dans votre travail quotidien ?

A mon sens ce qui est intéressant, c'est le contact avec les agents. Pouvoir s'adapter à leur besoin est parfois un véritable challenge, ce qui rend ma tâche très enrichissante. Dernièrement, j'ai du installer en urgence un PC de crise avec un standard téléphonique pour filtrer les appels entrants. Sur le coup, ce n'est pas forcément évident mais avec le recul je suis fier d'avoir relever le défi ! J'effectue la même mission depuis 15 ans mais chaque jour est différent... De nouvelles contraintes ne laissent aucune place à la routine. Etant donné que la technologie évolue, en tant que professionnel on est dans l'obligation de suivre le mouvement, de s'informer et au besoin de se former !

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK