Actualité

5 conseils-clés pour réussir les épreuves de QCM du concours externe d’ATSEM !

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Avec la mise en place de la réforme des rythmes scolaires (cf. Rapport du  CSFPT, février 2017), les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont des profils recherchés par les collectivités. Acteurs irremplaçables dans le quotidien des classes de maternelles, réussir le concours externe d'ATSEM de 1ère classe (concours de catégorie C), c’est s’assurer de trouver un emploi rapidement. Encore faut-il être admissible à l’oral… Comment réussir les épreuves écrites et rendre, le jour J, la meilleure copie ? 5 conseils clés pour se présenter serein et bien préparé aux épreuves de QCM qui démarrent à l’automne 2017.

Connaître les attentes des membres du jury

Le QCM fait appel à trois qualités : mémoire, rapidité et vigilance.

L’épreuve de questionnaire à choix multiple (QCM) est l’unique épreuve écrite (coef.1) du concours externe d'ATSEM de 1ère classe, depuis le décret n° 2010-1068 du 8 septembre 2010. Le candidat doit, en 45 minutes, répondre à 20 questions relatives à des « situations concrètes habituellement rencontrées » par les ATSEM. Le barème de notation intègre un système de pénalités en cas d’absence de réponse ou de réponses inexactes, et toute note inférieure à 5 sur 20 est éliminatoire. Facile à corriger, cette épreuve sert à faire un filtre parmi les nombreux candidats et ne fait pas appel à la subjectivité.

Cette épreuve va au-delà d’un simple contrôle de connaissances et vise également à mesurer votre savoir-faire et votre savoir-être. Le jury va chercher à évaluer votre capacité à cerner le métier d'ATSEM, le cadre hiérarchique et fonctionnel, mais aussi vos connaissances en matière de : le respect des règles liées à l’hygiène et la sécurité des enfants ; la mise en état de propreté des locaux et du matériel ; quant au développement de l’enfant, en particulier son autonomie dans un cadre collectif d’apprentissage et d’activité. Il s’agit des connaissances de base que tout ATSEM doit obligatoirement maîtriser.
Par exemple : qu’est-ce qu’un « bonhomme têtard » ? Quelle est votre réaction face à un enfant qui se blesse durant la récréation ? Quel comportement adopter si un enfant refuse de manger durant le temps de cantine ?  Qu’est-ce qu’une salle de motricité ?...

Se préparer un programme de révisions personnalisé

Les questions portent sur la petite enfance et l’école maternelle, des notions vues soit dans le cadre du CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance (ex Petite enfance), soit par l’expérience, soit dans les QCM d’entraînement.

Cette épreuve n’a pas de programme réglementaire mais les notes de cadrage des centres de gestion (CDG et CIG),  organisateurs des concours  donnent à titre indicatif, les domaines d’interrogation :

  1. l’accompagnement des enfants (la réception des enfants : accueil, échange avec les parents… ; l’animation : la participation de l’ATSEM aux activités éducatives et de loisirs ; la relation ATSEM /enseignant ; l’hygiène et le soin des enfants (la connaissance de l’enfant ; les règles d’encadrement ; les règles de sécurité) ;
  2. la mise en état de propreté des locaux et la mise en état de propreté du matériel (la sécurité liée à l’usage (et notamment au dosage) des produits et à leur rangement ;  la sécurité au travail : port de charge, risque de chutes, gestes et postures) ;
  3.  la participation à la communauté éducative et les relations avec d’autres partenaires (la participation de l’ATSEM au projet d’école, au conseil d’école ; le travail en équipe ; la perception du cadre hiérarchique et fonctionnel) ;
  4. la surveillance des très jeunes enfants dans les cantines (l’apprentissage des gestes, l’éducation au goût et aux aliments, l’éducation à l’équilibre alimentaire, les PAI).

Ensuite, à vous de construire des fiches de révision et de bâtir un plan personnalisé de révision. Pas d’impasse possible. En vous appuyant sur les ouvrages spécialisés vous trouverez : les connaissances indispensables, des exercices corrigés et un test-diagnostic pour vous évaluer. Enfin, récupérer les annales des années précédentes est important, de façon à bien connaître la teneur des questions.

S’entraîner encore et encore…

Répondre à 20 questions dans un temps imparti peut être stressant, s’entraîner en temps réel permettra d’arriver confiant le Jour J.

L’exercice de QCM est rarement pratiqué tout au long de la scolarité, il demande donc un certain entraînement. A partir des ouvrages et documents récupérés, il faudra vous exercer de façon à vous mettre en situation, corriger vos points faibles,... Tout d’abord sur un temps illimité, puis en fonction de la durée de l’épreuve.

Le QCM du concours externe d'ATSEM de 1ère classe est un exercice qui est soumis à des règles méthodologiques qu’il est essentiel d’appliquer. Ce n’est pas un jeu de hasard. Le nombre de propositions de réponses pour chaque question peut varier de l’ordre de 5 à 7. Chaque question comporte une ou plusieurs réponses exactes.

Le jour J : Lire les questions avec attention

Le jour J, vous devrez être autant attentif à la situation présentée dans l’énoncé de la question qu’aux propositions de réponses. Le manque d’attention et la précipitation sont souvent la principale cause d’échec.

Par exemple, certains candidats répondent directement sur le sujet lui-même alors que les réponses doivent être portées sur une grille de réponse distincte. Ou d’autres candidats ne proposent qu’une seule réponse alors que plusieurs sont possibles. Sans parler de « questions pièges », les questions peuvent être trompeuses et être délibérément compliquées. Parfois, elles peuvent être tournées de façon négative et il s’agit de trouver la ou les réponses inexactes. Dans ce cas, un conseil : tournez les questions de façon positive pour ne pas vous tromper.

Ensuite, durant l’épreuve, si vous bloquez sur une question, passez à la suivante. Si vous ne savez pas répondre, ne vous attardez pas et traitez en priorité les questions qui vous paraissent simples et dont la réponse vous vient spontanément. Les questions ne sont pas classées par ordre croissant de difficultés. Vous y reviendrez en fin d’épreuve et s’il vous reste du temps.  

Prendre le temps de relire ses propositions

Enfin, soyez particulièrement vigilant sur la manière dont vous cochez les réponses. Celles-ci doivent être clairement marquées. Le doute ne profite jamais au candidat : une case mal remplie, en partie effacée, tout à la fois noircie et barrée, une rature qui créant le doute dans l’esprit du correcteur… sera toujours corrigée à votre désavantage et vous fera perdre un point. Si vous devez vous corriger faites-le clairement et proprement. Prévoyez 5 minutes pour faire une relecture générale de votre copie.

Une relecture très attentive des propositions de réponses est essentielle à la réussite de l’épreuve. Gardez en mémoire que cette épreuve ne demande pas de la vitesse ou de la précipitation mais… de la mémoire, de la rapidité et de la vigilance !

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×