Actualité

7 conseils clés pour réussir le concours de Chef de service de police municipale en 2020

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

En juin 2020, se déroulent les prochaines épreuves des concours de chef de service de police municipale (PM – catégorie B – filière sécurité - Fonction publique territoriale). Lors des dernières sessions, 8 lauréats sur 10 déclaraient avoir suivi une préparation personnelle ou auprès du CNFPT. L’improvisation n’est donc pas permise pour décrocher ce concours…

1. Externe, interne, 3e voie… Quel concours de Chef de service PM est fait pour vous ?

En 2020, les collectivités territoriales recruteront près de 400 chefs de service de police municipale. Pour couvrir les besoins des départements du sud de la France, par exemple, le centre de gestion (CDG) du Var organise les prochains concours de chefs de service PM afin de mettre à la disposition des élus : 127 postes dont 52 au titre du concours « externe », 63 en « interne » et 12 à la « troisième voie ».

Pour se présenter au concours externe, il faut remplir les conditions générales d’accès à la fonction publique (être âgé de 16 ans au moins, posséder la nationalité française ou être ressortissant d’un État membre de l’Union Européenne, posséder un casier judiciaire vierge, être apte physiquement,…)  et avoir (au moins) le baccalauréat ou un diplôme homologué au niveau IV (ex. brevet de technicien, ou brevet professionnel) ou une qualification reconnue comme équivalente.

Le concours interne s’adresse à des candidats déjà fonctionnaires ou agents publics des collectivités territoriales, de l’État, de l’hospitalière et des établissements publics qui en dépendent, comptant au moins quatre ans de services publics au 1er janvier de l’année au titre de laquelle le concours est organisé (1er janvier 2020).

Enfin, le troisième concours est ouvert aux candidats justifiant, de l’exercice (au 1er janvier 2020) pendant quatre ans au moins d’une ou plusieurs activités professionnelles dans les domaines correspondant aux missions dévolues aux chefs de service PM ou d’un ou plusieurs mandats en qualité de membre d’une assemblée délibérante d’une collectivité territoriale ou d’activités accomplies en qualité de responsable d’association.

2. À quoi servent les tests d’évaluation psychologique ?

Une fois inscrit, le concours se déroule en 3 étapes : test d’évaluation psychologique, épreuves écrites d’admissibilité et épreuves d’admission.

Organisés par les centres de gestion (CDG ou CIG) au mois de mars 2020, ces tests ont pour objectif de repérer les candidats ayant un profil pathologique et donc inadapté à la fonction, ou, présentant un profil psychologique anormal dans les conditions de travail de cadre d’emplois (décret n°2011-444 du 21 avril 2011 modifié portant statut particulier du cadre d’emplois des chefs de service de police municipale).

Il s’agit d’éliminer les extrêmes. 3 candidats sur 4 le réussissent. Un taux de réussite proche de celui relevé lors des tests de la police nationale (dont le taux de réussite est de plus ou moins 70 %).

3. Admissibilité, admission… Qu’attend le jury lors des épreuves ?

À chaque concours, ses épreuves d’admissibilité et d’admission. Notées de 0 à 20, chaque note est multipliée par le coefficient correspondant.

S’agissant des épreuves d’admissibilité, il s’agit en premier lieu, de rédiger une note à partir des éléments d’un dossier portant sur une situation (cas pratique) en relation avec les missions du cadre d’emplois des chefs de service PM. Le jury appréciera les capacités de synthèse du candidat et son aptitude à élaborer des propositions opérationnelles au problème soulevé par le dossier (durée : 3 H - coef. 3). La seconde épreuve écrite consiste en des réponses à une dizaine de questions de droit public, portant notamment sur le fonctionnement des collectivités territoriales et les pouvoirs de police du maire, et à des questions de droit pénal (durée : 3 H - coef. 3 en externe – 2 en interne et 3e voie).

Les candidats admissibles devront, à l’oral, tout d’abord, passer un entretien devant le jury. Ayant pour point de départ un exposé sur leur formation et leur projet professionnel, cette épreuve doit permettre au jury d’apprécier la motivation et l’aptitude du candidat à exercer les missions de chef de service PM (durée totale : 20 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé - coef. 2). Puis, ils devront réussir l’épreuve physique (coef. 1) de course à pied (100 m) et une autre épreuve physique à choisir au moment de l’inscription (saut en hauteur, saut en longueur, lancer de poids ou natation). Enfin, ils ont aussi la possibilité de passer une épreuve orale de langue vivante (allemand, anglais, espagnol, italien, russe, arabe moderne, portugais, néerlandais, grec) (durée : 15 minutes - coef. 1).

Avant de démarrer votre préparation, prenez soin d’étudier les brochures de présentation, les notes de cadrage et les rapports des jurys des sessions précédentes. Ces derniers s’avèreront des guides précieux pour vous aider à concevoir votre plan stratégique.

4. Comment être prêt le jour des épreuves écrites ?

Pour arriver bien préparé le jour J, organisez-vous, plusieurs mois à l’avance, un planning de révisions des épreuves écrites et orales.

Concrètement, cela signifie : découper les révisions en objectifs, avoir un calendrier et se noter la ou les soirées réservées aux révisions… voire des week-ends entiers à l’approche des épreuves. Côté révisions, l’épreuve de réponses ne comporte pas de programme réglementaire mais vous pouvez toujours prendre le programme de l’ancien concours de chef de service de police municipale (arrêté du 20 janvier 2000) comme référence.

Aucune impasse n’est possible, au risque de tomber sur un sujet non connu et au bout, d’avoir une note éliminatoire. Construisez-vous des fiches (ex. sur le fonctionnement des collectivités territoriales, les pouvoirs de police du maire, sur des questions d’actualité de droit pénal, le droit de l'Union européenne mais aussi sur les problématiques territoriales liées à la sécurité et à la prévention de la délinquance) et lisez les revues appropriées (ex. Gazette des communes, La lettre du Cadre).

Autre ouvrage indispensable à tout futur « admis » : les annales des sessions précédentes. Ces documents ne donneront pas la méthode à mettre en œuvre mais indiqueront les codes qui régissent les épreuves et vous permettront de vous entraîner sereinement.

5. entraînez la tête et les jambes !

Le sport fait partie des épreuves obligatoires des concours de chef de service PM. Elles ont donc un caractère éliminatoire et le niveau est relevé. Lors des dernières sessions, les lauréats étaient majoritairement des hommes, de moins de 35 ans, bien entraînés. Il s’agit d’épreuves de force et de vitesse, non d’endurance (même si une réflexion est en cours auprès de la DGCL).

Un seul conseil : entrainez-vous !

6. Pour réussir les épreuves écrites : rendez un travail rédigé et achevé

À l’écrit, pas de négligence. Il est indispensable de bien lire (et relire) le sujet proposé à chaque épreuve. Le cas pratique est toujours adapté à une épreuve technique de la catégorie B (cadre intermédiaire) en lien avec les problématiques locales et permettant la formulation de solutions opérationnelles (ex. enjeux de la sécurité locale, sentiment de sécurité de la population et amélioration des conditions de travail des agents - session 2017). La maîtrise de la méthodologie de la note est indispensable et votre niveau d’expression (syntaxe, orthographe) doit être excellent. Un bon devoir doit être structuré. Il doit donc comporter deux parties distinctes : une première partie, exclusivement rédigée à l’aide des éléments du dossier, qui informe le destinataire sur les problématiques essentielles du sujet (cadre juridique, contraintes techniques et financières, etc.) et, une deuxième partie, qui présente des propositions opérationnelles. La démarche projet est souvent à utiliser.

S’agissant de l’épreuve de réponses à des questions, si la vérification de vos connaissances en droit public (ex. fonctionnement des collectivités territoriales, pouvoirs de police du maire), et droit pénal est un des objectifs de l’épreuve (exemple de questions : la légitime défense, le Maire et la police des édifices menaçant ruine,...), pour obtenir une bonne note, vous devez soigner l’orthographe et la syntaxe de vos réponses.

7. Entretien avec le jury… Envisagez votre futur en tant que chef de service PM !

Le libellé de l’épreuve d’entretien avec le jury, ne doit pas vous égarer : ce n’est pas une conversation « à bâtons rompus », mais une épreuve qui repose, après un exposé de 5 minutes sur votre expérience professionnelle, sur des questions du jury destinées à apprécier vos aptitudes à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois de chef de service PM. Loin d’être une simple énumération chronologique de votre CV, valorisez votre expérience et les compétences acquises tout au long de votre parcours de formation (initiale, continue, stages…) et professionnel.

Vous devrez montrer vos compétences de manager, sachant entre autres, maîtriser les techniques de résolution de conflits et de médiation. Le jury peut recourir à des questions et/ou à des mises en situation faisant état de problèmes courants d’encadrement (ex. communication au sein d’une équipe, entre services, avec les usagers, capacité d’adaptation, déontologie de la profession). Il s’agira alors d’apporter des solutions concrètes et opérationnelles.

À vous de démontrer que vous êtes motivé et que vous avez les aptitudes et qualités humaines et intellectuelles indispensables pour devenir un bon cadre de la sécurité publique sachant répondre au mieux aux attentes des décideurs, des agents que vous encadrerez et des usagers du service public.

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×