Actualité

Concours d'éducateur territorial des activités physiques et sportives (APS) : Les 5 clés de la réussite !

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Au mois de janvier 2020 débutent les premières épreuves des concours d’éducateur des activités physiques et sportives (APS - niveau bac (BPJEPS) -catégorie B – filière sportive). Épreuve de note, de questions à réponses courtes, (QRC), épreuves physiques dont la séance d’APS… découvrez ce qui vous attend le jour J, les conseils méthodologiques et des astuces pour être imbattable à l’oral.

1.    S’organiser… avant le concours

Avant de penser à se préparer aux épreuves des concours des ETAPS, la première étape à franchir est celle du choix du concours puis des options à présenter. En effet, il existe trois sortes de concours sur titres (nécessitant un diplôme) des éducateurs territoriaux des activités physiques et sportives (ETAPS) (FPT – catégorie B – filière sportive) :

  • le concours externe, accessible à tout candidat titulaire du diplôme de niveau IV suivant : brevet d'État d'éducateur sportif (BEES) ou brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS) ou équivalent ;
  • le concours interne, accessible aux fonctionnaires ou agents publics (ex. contractuels) justifiant d’une certaine expérience professionnelle ou de durée de service dans l’administration ;
  • le 3e concours ouvert aux candidats justifiant de l'exercice pendant 4 ans au moins d'une ou de plusieurs activités professionnelles privées dans les domaines correspondant aux missions dévolues aux ETAPS ou de mandat(s) de membre d'une assemblée élue d'une collectivité territoriale ou de responsable d'une association.

Ensuite, vous aurez à choisir, lors de votre inscription, l’une des cinq options suivantes pour l’épreuve d’admissibilité de conduite de séance (cf. ci-après) :

  • pratiques individuelles et activités au service de l’hygiène et de la santé ;
  • pratiques duelles ;
  • jeux et sports collectifs ;
  • activités de pleine nature ;
  • activités aquatiques.

Vous pourrez aussi choisir la langue pour l’épreuve orale facultative (anglais, allemand, espagnol, italien, portugais, néerlandais, russe, arabe moderne, grec).

Si le refus d’admission à concourir doit être motivé, en vertu de la loi du 11 juillet 1979, il n’y a pas « de droit à » concourir. L’administration dispose d’un droit d’agrément et vérifiera si vous remplissez les conditions légales et présentez les garanties requises.

Conseil : Anticipez les démarches à accomplir et prenez contact auprès des centres départementaux et interdépartementaux de gestion (CDG et CIG) organisateurs. Le retrait des dossiers peut se faire directement auprès du secrétariat du CDG ou CIG mais aussi par courrier ou par téléchargement directement depuis son site internet.

2.    Maîtriser les épreuves et les attendus du jury

Les concours ETAPS comportent une épreuve écrite d’admissibilité et des épreuves d’admission.

En externe, il s’agira à l’écrit de répondre à 3 à 5 questions (QRC) à partir d’un dossier portant sur l’organisation des activités physiques et sportives (APS) dans les collectivités territoriales. L’épreuve ne comporte pas de programme réglementaire mais traitera des thèmes relatifs aux règles d’hygiène et de sécurité, notamment en milieu aquatique, aux sciences biologiques/humaines, et permettant d’apprécier les capacités du candidat à analyser et à présenter des informations de manière organisée (Durée : 3 heures – coef.2).

Astuce : pour organiser vos révisions de connaissances, référez-vous aux annales mais aussi, au programme de l’épreuve écrite des concours interne et de troisième voie d’ETAPS principal de 2ème classe (ex. organisation sportive auprès des différents publics : scolaires, clubs, publics inorganisés ; écoles municipales des sports ; règles d’hygiène et de sécurité dans les équipements sportifs, notamment dans les piscines et les plans d’eau destinés à la baignade : sécurité des usagers et sécurité des spectateurs ; réglementation particulière concernant l’organisation et l’encadrement des activités physiques et sportives ; surveillance médicale et les assurances ; contexte sociologique de la pratique et de l’encadrement des activités physiques et sportives…).

Si le dossier apporte les éléments nécessaires à la réponse aux questions, vous allez devoir démontrer au correcteur vos savoirs. Mais il ne s’agit pas ici d’une simple épreuve de connaissances (ex. : « Quels sont les enjeux d’une offre sportive mutualisée ? Comment répondre favorablement aux demandes d’activités aquatiques qui ne cessent de croître et quelles sont les priorités à mettre en place ? » – session 2018). Savoir structurer vos réponses afin de démontrer vos compétences de compréhension, d’identification et de valorisation des informations utiles est une aptitude requise.

En interne et en 3e concours, il s’agira de rédiger une note à partir des éléments d’un dossier portant sur l’organisation des APS dans les collectivités territoriales permettant d’apprécier vos capacités à analyser une situation en relation avec les missions dévolues aux ETAPS (durée : 3 heures – coef.2). 

Il s’agit d’une épreuve « professionnelle », de mise en situation. Pour réussir cette épreuve, votre note doit informer précisément un destinataire – en général, le Maire, un élu ou un supérieur hiérarchique – sur un enjeu qui fait l’objet d’interrogations au sein d’une collectivité territoriale (région, département, commune) ou d’un établissement en matière d’organisation des APS (ex. « Vous êtes éducateur territorial des activités physiques et sportives au sein de la direction des sports de la commune de Sportville. Le Maire vous demande de rédiger une note, uniquement à l’aide des documents joints, sur le « sport/santé » à destination des enfants. » - session 2018). 

Astuce : Le destinataire est supposé ne pas connaître le sujet, ni disposer du dossier. Il n’a que votre note pour s’informer et étayer sa réflexion, voire sa décision. Votre note devra donc, sur la forme, être structurée (timbre, destinataire, objet, référence juridique, introduction, plan apparent, conclusion…) et fiable. Restituer des informations de manière allusive ou faire référence aux textes pour se dispenser d’en exprimer le contenu est exclu (pas de référence : document 1… document 2…).

Au stade de l’admission, les candidats devront réussir une épreuve physique comprenant un parcours de natation et une course (coef. 1), avant de conduire une séance d’activités physiques et sportives (préparation : 30 minutes ; durée de la séance : 30 minutes ; coef. 2) qui sera suivie d’un entretien avec le jury (durée : 30 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé ; coef. 1).

La conduite de séance est une épreuve pédagogique de mise en situation professionnelle. Le jury va chercher à analyser votre capacité à animer un groupe. L’entretien débute par votre analyse du déroulement de la séance que vous aurez dirigé et il se poursuit par un exposé sur votre formation, votre projet professionnel ou votre expérience professionnelle (interne, 3e concours). Il s’agit de permettre au jury d’apprécier votre capacité à vous intégrer dans l’environnement professionnel au sein duquel vous êtes appelé à travailler (en externe) /ou vous travaillez (en interne, 3e concours), votre motivation et votre aptitude à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois des ETAPS.

Conseil : Préparez à l’avance, sans attendre d’être admissible, votre présentation, votre parcours et vos motivations. Le jury s’attend à un candidat réellement impliqué. Vous devez le convaincre qu’il aurait envie de vous recruter dans sa propre collectivité. 

3.    Se préparer aux épreuves

Les épreuves des concours des ETAPS sont difficiles. En 2016, seuls 15 candidats sur 100 ont atteint avec succès, la ligne de l’admission. Une bonne préparation est donc indispensable.

Les épreuves font appel à des savoirs et savoir-faire techniques et spécialisés. Il est donc indispensable de connaître et analyser les éléments du programme des épreuves.

Conseils : consultez les notes de cadrage publiées pour chaque épreuve par les CDG. S'approprier la « méthode » vous permettra de prendre confiance : comment construire rapidement un diagnostic pédagogique sur les options retenues durant la conduite de la séance d’activités, comment rendre compte de son projet/expérience professionnel(le), de sa motivation, de son potentiel et de ses compétences dans le temps imparti, comment répondre aux questions du jury…

Comme l'admissibilité, l’épreuve d’admission est une épreuve physique et mentale qu’il faut aborder dans un état d’esprit positif mais réaliste. Évaluer en amont vos atouts mais aussi vos points faibles à travailler, vous permettra de définir un « plan d’actions » de révisions, d’entrainement...

Durant votre préparation, travaillez les savoirs fondamentaux indispensables pour aborder les épreuves dans de bonnes conditions : organisation et enseignement des APS, précautions médicales à respecter… Construire des séances d’activités, rédiger son exposé et répéter celui-ci, réviser et mettre à jour ses connaissances pour pouvoir répondre aux questions du jury, s’entraîner à l’oral en temps réel… comme une préparation avant une compétition sportive, vous entraîner va vous permettre de maîtriser l’exercice.

Astuce : Entraînez-vous en conditions réelles des épreuves. Vous éviterez ainsi de ne pas terminer un sujet, le Jour J.

4.    Vérifier tous les aspects pratiques

Lisez attentivement le règlement du concours, votre convocation… Renseignez-vous aussi sur le matériel autorisé.

La veille de l’épreuve, repérez les lieux où vous êtes convoqué et préparez-vous le sac du « bon candidat » : celui qui détient la convocation, la pièce d’identité, le matériel pour écrire, de quoi calmer une fringale, de l’eau et la bonne tenue pour les épreuves sportives. Prévoyez une tenue dans laquelle vous vous sentez à l’aise.

Le jour J, partez suffisamment à l’avance.

5.    Pendant les épreuves, (déjà) être professionnel

Pour les épreuves écrites, le bon candidat est celui qui respecte les 5 règles suivantes :
Rendre un travail achevé ; traiter le sujet ; structurer les réponses ; apporter un contenu de qualité ; veiller à la forme rédactionnelle et maîtriser le vocabulaire spécifique.

Seuls les « meilleurs » doivent être retenus pour l’oral. Et pour préserver un niveau de recrutement de qualité, les jurys préfèreront réduire la liste des « admissibles » en assumant pleinement le risque de ne pouvoir, au final, pourvoir tous les postes par la voie du concours plutôt que de « repêcher » des copies médiocres.

A l’oral, vous aurez face à vous des élus locaux, des fonctionnaires territoriaux, mais aussi des « personnalités qualifiées ». Un sous-jury de trois personnes peut, par exemple, être composé d’un directeur d’un service des sports, d’une adjointe au maire en charge du personnel, d’un conseiller des activités physiques et sportives (extraits des notes de cadrage).

Dans un premier temps, le jury vous demande un « retour » sur la séance d’activités que vous venez de diriger : « Ce qui a fonctionné ? » « Ce qui a posé difficulté(s), les incidents survenus… ? » en prenant en compte la dimension humaine, organisationnelle, technique…

Le deuxième temps est celui de votre exposé, puis dans un troisième temps, le jury vous pose des questions destinées à apprécier vos aptitudes à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois des ETAPS. Sur ce dernier point, le bon candidat est celui qui est en mesure de proposer des solutions opérationnelles à des problèmes concrets et courants susceptibles de se poser à un ETAPS : responsabilité et éthique professionnelles, encadrement et animation d’activités sportives, organisation et mises en œuvre de manifestations sportives, surveillance et sécurité des activités, accueil des publics, entre autres.

Pendant l’épreuve, ni votre CV, ni aucun autre support ne sera autorisé. En revanche, vous disposez de la totalité du temps réglementaire (soit 30 minutes pour l’épreuve d’entretien avec le jury dont 10 pour l’analyse et 5 minutes d’exposé). A vous de savoir gérer ce temps pour « calibrer » au mieux les informations que vous souhaitez transmettre pour convaincre. 

Loin d’une conversation « à bâtons rompus », ayez en tête que le jury n’a pas le droit à l’erreur. Il doit choisir définitivement les candidats qui correspondent le mieux aux attentes et aux besoins des collectivités. Pas question pour lui de passer à côté du « bon candidat » ou pire d’en admettre un « mauvais » (qui devra être subi et géré). En étant ouvert d’esprit et dynamique, vous marquerez des points.
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×