Actualité

Les 5 conseils clés pour réussir l’examen d'éducateur territorial des activités physiques et sportives (ETAPS) principal

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Au mois de janvier 2021 débutent les premières épreuves de l’examen professionnel d’éducateur des activités physiques et sportives principal. Épreuve de rapport, entretien avec le jury… découvrez ce qui vous attend le jour J, les conseils méthodologiques et des astuces pour être imbattable.

1. S’organiser : Maitriser les épreuves et les attendus du jury

Avant de penser à se préparer aux épreuves des examens professionnels des ETAPS principaux de 1ere et 2eme classe (catégorie B – niveau Bac (BPJEPS) - filière sportive -FPT), prendre le temps de comprendre ce que le jury attend de vous est nécessaire.

Les examens professionnels d’ETAPS principaux comportent, chacun, une épreuve écrite d’admissibilité et une épreuve orale d’admission.

A l’écrit, il s’agira de rédiger un rapport, à partir des éléments d'un dossier portant « sur l'organisation des activités physiques et sportives (APS) dans les collectivités territoriales » assorti de propositions opérationnelles. L’épreuve ne comporte pas de programme réglementaire. En 3 heures, il s'agit non seulement, d'informer, de transmettre des renseignements de façon claire et concise mais aussi et surtout, de proposer des solutions pertinentes.

Il s’agit d’une épreuve « professionnelle », de mise en situation. Pour réussir cette épreuve, votre note doit informer précisément un destinataire – en général, le Maire, un élu ou un supérieur hiérarchique – sur un enjeu qui fait l’objet d’interrogations au sein d’une collectivité territoriale (région, département, commune) ou d’un établissement en matière d’organisation des APS (ex. « Vous êtes EAPS principal de 1ère classe au service des sports de la ville d’A (…) Le Maire, très sensibilisé aux problématiques de sécurité et de radicalisation par les services de l’Etat, vous demande, un rapport sur les enjeux du milieu du sport face à la radicalisation (…) et un ensemble de propositions opérationnelles visant à prévenir le développement d’un tel phénomène sur le territoire communal  » - session 2019). 

A l’oral, il s’agit d’un entretien avec le jury, avec pour point de départ un exposé sur vos acquis professionnels. Le jury va vous poser des questions lui permettant d'apprécier vos connaissances professionnelles, vos capacités d'analyse et de réflexion et votre aptitude à l'encadrement (Durée: 20 minutes, dont 5 minutes au plus d'exposé; coefficient 1).

Pour chaque épreuve, prenez soin de consulter les notes de cadrage publiées par les centres de gestion (CDG ou CIG) :

- Les épreuves font appel à des savoirs et savoir-faire techniques et spécialisés. Il est donc indispensable de connaître et analyser les éléments du programme des épreuves ;

- S'approprier la « méthode » vous permettra de prendre confiance : comment construire un plan d’action ? comment rendre compte de son projet/expérience professionnel(le) ? de sa motivation ? de son potentiel et de ses compétences dans le temps imparti ? comment répondre aux questions du jury ?…

2. Se préparer aux épreuves avec optimisme et détermination

En 2019, en moyenne, seul 1 candidat sur 3 inscrits a atteint la ligne de l’admission avec succès. Une bonne préparation est donc indispensable.

En amont, évaluez vos atouts mais aussi vos points à améliorer. Cet autodiagnostic vous permettra de définir, sincèrement, un plan d’actions de révisions et d’entrainement.

Durant votre préparation, travaillez les savoirs fondamentaux indispensables pour aborder les épreuves dans de bonnes conditions : organisation sportive auprès des différents publics (scolaires, clubs, publics inorganisés) ; écoles municipales des sports ; activités périscolaires ou organisées à l’occasion des vacances ; règles d’hygiène et de sécurité dans les équipements sportifs (piscine, plans d’eau) ; surveillance médicale et les assurances ;…

Pour organiser vos révisions de connaissances, référez-vous aux annales mais aussi, au programme de l’épreuve de questions à réponses courtes (QRC)  des concours interne et de troisième voie d’ETAPS principal de 2ème classe.

Astuce : rédigez votre exposé, avant de connaître les résultats d’admission. Cette technique vous permettra de répéter régulièrement, de prendre confiance et d’avoir le jour J, un état d’esprit plus disponible pour répondre aux questions du jury.

Réviser, mettre à jour ses connaissances, s’exercer à l’oral en temps réel… comme une préparation avant une compétition sportive, vous entraîner va vous permettre de maîtriser l’exercice. En vous contraignant à le faire en conditions réelles, vous vous assurerez de terminer les épreuves dans les délais impartis.

A l’écrit comme à l’oral, l’examen professionnel est une épreuve physique et mentale qu’il faut aborder dans un état d’esprit positif mais réaliste. Avant qu’il ne soit trop tard, il ne faut pas hésiter à intensifier sa préparation par une formation spécifique, avec des tuteurs et des conseils personnalisés.

Et s’il reste un doute sur quoi que ce soit ? Posez vos questions sur les réseaux sociaux, sur les forums des sites Internet dédiés, mais aussi à d’autres candidats ou lauréats… afin de lever toutes incertitudes anxiogènes et contreproductives.

3. Terminer l’épreuve du rapport avec propositions dans les temps

A l’écrit, chaque candidat est confronté à un dossier en général quantitativement important (de 25 à 40 pages). L'objectif n°1 est donc de ne pas perdre de temps.

Pour gérer de façon optimale le temps imparti, la première chose à faire consiste à lire attentivement le libellé du sujet (exemple : « Vous êtes ETAPS de 2e classe au sein du service des sports de la commune de Sportiville. (…) L’adjoint au maire en charge des sports s’interroge sur l’état des équipements sportifs qui se dégradent. Il vous demande de rédiger à son attention (…) un rapport sur l’entretien des équipements sportifs et les contraintes qui pèsent sur leur gestion. »). Pour éviter le « hors sujet » ou l’erreur d’interprétation, posez ensuite sur le brouillon, la réponse à ces trois questions : à qui est destiné le rapport  (exemple : adjoint au maire) ? Quel est son objectif ? Que doit-il contenir (exemple : un rapport sur l’entretien des équipements sportifs et les contraintes qui pèsent sur leur gestion pour ensuite, déterminer l’opportunité pour une commune d’investir dans la construction et le développement de nouveaux équipements sportifs) ? Ce travail étant fait, couchez sur le papier vos connaissances personnelles et les éléments permettant de formuler des propositions. Commencer ce travail avant même d'avoir parcouru le dossier, vous permettra de ne pas vous laisser emporter par celui-ci au risque d'oublier des idées ou des propositions qui ne figurent pas dans les documents.

Ensuite, parcourez rapidement le dossier. Cette phase doit vous permettre de mesurer la tonalité générale du dossier (présence ou non d'un « document pivot », part des textes juridiques, des tableaux statistiques, date des documents, notamment si le rapport porte sur la mise en œuvre d'une réforme...) et à vous familiariser avec les idées phares du dossier.

Astuce: Le destinataire est supposé ne pas connaître le sujet, ni disposer du dossier. Il n’a que votre rapport pour s’informer et étayer sa réflexion, voire sa décision. Votre rapport devra être donc, sur la forme, structuré (timbre, destinataire, objet, référence juridique, introduction, plan apparent, conclusion) et fiable. Restituer des informations de manière allusive ou faire référence aux textes pour se dispenser d’en exprimer le contenu est exclu (pas de référence : document 1… document 2…).

L’épreuve vise à évaluer vos capacités à organiser méthodiquement les informations nécessaires à la rédaction d’un écrit et à produire en temps limité un document synthétique parfaitement compréhensible. Le rapport doit donc comporter deux parties : une première partie, exclusivement rédigée à l’aide des éléments du dossier, qui informe le destinataire sur les problématiques essentielles du sujet (cadre juridique, contraintes sociales et financières, etc.) et une deuxième partie, qui se doit d’être une aide à la décision, une orientation, un « plan d'action ».

La deuxième partie va donc servir au jury à vérifier que vous savez valoriser des informations du dossier (comme par exemple : des expériences éclairantes conduites par différents établissements et collectivités), mobiliser vos connaissances et donc que vous serez capable, au final, de maîtriser la préparation, la coordination et l’exécution des tâches sur le plan administratif, social, technique, pédagogique et éducatif des activités physiques et sportives que vous serez, ensuite, conduits à exécuter en cas de réussite à l’examen. Ici, vous ne devez pas vous limiter au dossier, mais au contraire mobiliser vos connaissances des missions, compétences et moyens d’actions des collectivités territoriales en vous projetant en tant que ETAPS principal.

4 La veille des épreuves : vérifier tous les aspects pratiques

Lisez attentivement le règlement de l’examen professionnel, votre convocation… Renseignez-vous aussi sur le matériel autorisé.

La veille de l’épreuve, repérez les lieux où vous êtes convoqué et préparez le sac du « candidat  pro » : celui qui détient la convocation, la pièce d’identité, le matériel pour écrire, de quoi calmer une fringale, de l’eau. Prévoyez une tenue dans laquelle vous vous sentez à l’aise.

Le jour J, partez suffisamment à l’avance.

5 Pendant les épreuves… Se mettre dans la peau d’un futur ETAPS principal

Pour les épreuves écrites, le bon candidat est celui qui respecte les 5 règles suivantes :
Rendre un travail achevé ; traiter le sujet ; structurer les réponses ; apporter un contenu de qualité ; veiller à la forme rédactionnelle et maîtriser le vocabulaire spécifique.

Seuls les « meilleurs » doivent être retenus pour l’oral. Et pour préserver un niveau de recrutement de qualité, les jurys préfèreront réduire la liste des « admissibles » en assumant pleinement le risque de ne pouvoir, au final, pourvoir tous les postes plutôt que de « repêcher » des copies médiocres.

A l’oral, vous aurez face à vous des élus locaux, des fonctionnaires territoriaux, des « personnalités qualifiées ». Un sous-jury de trois personnes peut, par exemple, être composé d’un directeur d’un service des sports, d’une adjointe au maire en charge du personnel, d’un conseiller des activités physiques et sportives (source : extraits des notes de cadrage).

Dans un premier temps, le jury entendra votre exposé, puis dans un second temps, vous posera des questions destinées à apprécier vos aptitudes à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois des ETAPS principaux. Sur ce dernier point, le futur lauréat est celui qui :

  • est en mesure de proposer des solutions opérationnelles à des problèmes concrets et courants susceptibles de se poser à un ETAPS principal : expertise, responsabilité et éthique professionnelle, animation et pilotage d’équipe d’animation sportive, élaboration de projets pédagogiques en fonction des orientations de la collectivité, promotion et évaluation d’animation, contrôle de l’application des réglementations, veille juridique et technique, notamment… ;
  • a une bonne connaissance de son environnement professionnel (ex. moyens juridiques d’action des collectivités territoriales, commande publique, règles de sécurité…) prouvant par là-même sa motivation, son sens du service public et plus particulièrement du service public local.

Pendant l’épreuve, ni votre CV, ni aucun autre support ne sera autorisé. En revanche, vous disposez de la totalité du temps réglementaire (soit 20 minutes dont 5 minutes d’exposé - NDLR -). A vous de savoir gérer ce temps pour « calibrer » au mieux les informations que vous souhaitez transmettre pour convaincre. 

Loin d’une conversation « à bâtons rompus », ayez en tête que le jury s’attend à un candidat réellement impliqué. Vous devez le convaincre qu’il aurait envie de vous recruter dans sa propre collectivité.

A vous de mettre en avant vos qualités et votre manière de servir (sens de l’organisation, bonne communication…). Inutile, en revanche, d’évoquer les conditions d'ancienneté (comme si c'était un droit), mais mettez en avant votre parcours, l'évolution de votre carrière. Des atouts majeurs.

En conclusion, en marquant votre motivation, en étant ouvert d’esprit et dynamique, vous marquerez des points.
 

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×