Actualité

Objectif : décrocher le concours d’ATSEM

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Avec la réforme des rythmes scolaires de 2013, le métier d’ATSEM (agent territorial spécialisé des écoles maternelles – catégorie C - filière médico-sociale) a la côte des employeurs territoriaux. Il figure actuellement au 4ème rang des recrutements dans la fonction publique territoriale (FPT). Les lauréats des prochains concours, dont les épreuves commencent le 9 octobre 2019, sont promis à un bel avenir. Oui, mais comment mettre toutes ses chances de son côté et décrocher le précieux sésame ?

Externe, interne, 3e concours… Quel concours d’ATSEM  est fait pour vous ?

Si pendant des années, les communes ont fait appel à des « femmes de service » pour encadrer les temps de cantine, les activités périscolaires, les tâches d’entretien, sans aucun concours, ni diplôme obligatoire ; aujourd’hui, le métier d’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM - catégorie C, agent d’exécution – FPT : La FPT regroupe les communes, départements, régions…) a fortement évolué. L’ATSEM « appartient à », et non plus seulement « participe à », la communauté éducative (selon le récent décret statutaire n°2018-152 des ATSEM du 1er mars 2018). Pour pouvoir être engagé dans une école maternelle publique, l’ATSEM doit passer un des trois concours (externe, interne, 3e concours) de la FPT organisés par les centres de gestion de la fonction publique territoriale (CDG ou CIG).

Les inscriptions ouvrent en avril 2019 et le dossier doit être déposé au plus tard le 6 juin 2019. Pour choisir, il faut vérifier si vous remplissez les conditions spécifiques à chacun des concours : externe, interne et « troisième concours » :

- En externe, il s’agit d’un concours sur titre : les candidats doivent remplir les conditions de diplôme ou de niveau d'étude exigées par ledit concours. Ils doivent également répondre aux conditions générales d’accès à la fonction publique (avoir 16 ans minimum, la nationalité française ou être ressortissant de l’Union européenne ; service national ou participation à la journée de défense et de citoyenneté effectué(e) ; situation au regard du bulletin n°2 du casier judiciaire compatible ; jouissance du droit de vote, d’élection, d’éligibilité, aptitude physique).

Le CAP « accompagnant éducatif petite enfance (AEPE) » (ex-CAP « Petite Enfance ») est le diplôme requis pour se présenter au concours externe d’ATSEM. A moins d’avoir soit une certification équivalente soit au moins 3 enfants soit d’être sportif de haut niveau. Si vous n’êtes pas dans l’une de ces situations, vous pouvez tenter de faire une demande de dérogation auprès du ministre chargé des collectivités territoriales (DGCL) ou du Président du Centre de la fonction publique territoriale (CNFPT) (selon votre situation - Consultez la liste sur le site internet : www.cnfpt.fr.). 

- En interne, seuls les fonctionnaires ou les agents publics justifiant d’une expérience professionnelle ou d’une durée de services déterminée dans l’administration peuvent être candidats. Pour vérifier si vous remplissez ces conditions, il faut vous référer aux statuts particuliers (de chaque corps ou cadre d’emplois). Pour être candidat au concours interne d’ATSEM, il vous faudra justifier de 2 années de services publics « effectifs » (c’est-à-dire en qualité de fonctionnaire ou contractuel) auprès de jeunes enfants en milieu scolaire et maternel (ex. crèches, halte-garderie,…).

- Le « troisième concours » est ouvert aux candidats ayant acquis une expérience de 4 ans au moins auprès de jeunes enfants : soit dans l’exercice d’une activité professionnelle de droit privé (ex. salarié d’une entreprise publique ou privée, indépendant, agent avec un contrat n’ayant pas le statut d’agent public…), soit dans le cadre d’un mandat d’élu local ou bien au sein d’une activité associative (comme salarié ou responsable bénévole).

En résumé :

  • pour les titulaires du CAP d’AEPE, le concours externe leur est destiné ;
  • pour les agents publics, le concours interne ;
  • pour les salariés, élus ou responsables d'association, à eux, le « 3e concours », sous réserve, comme en interne, de pouvoir justifier des années d’expérience auprès de jeunes enfants requises (au moins 2 ou 4 selon le concours).


QCM, série de 3 à 5 questions à réponse courte posées à partir d’un dossier… comment assurer à l’écrit ?

Chaque concours d’ATSEM comporte ses épreuves :

  • En interne, pas d‘écrit mais une épreuve orale d’admission ;
  • En externe et pour le 3e concours, en revanche, le candidat doit franchir l’étape d'admissibilité (épreuve écrite) avant l'admission (épreuve orale).


Concrètement, le candidat externe doit répondre à 20 questions à choix multiple (QCM), en 45 minutes. Il va être « mis en situation » professionnelle. S’agissant du 3ème concours, le candidat doit, pendant 2 heures, à partir d’un dossier (d’une dizaine de pages), répondre à une série de 3 ou 5 problèmes susceptibles d’être rencontrés par les ATSEM.

Il n’existe pas de programme réglementaire mais les annales et les ouvrages spécialisés de préparation aux concours vous permettront de construire un programme de révision efficace pour le jour des épreuves. L’année 2019 verra la première session du « CAP d’AEPE », en conséquence, les questions et problèmes du jury seront probablement remaniés, mais les sujets continueront de porter sur des situations habituellement rencontrées par l’ATSEM : chartes des ATSEM, l'éducation à l'équilibre alimentaire (ex. le régime alimentaire dans le cadre de la lutte contre le surpoids), le PAI (protocole d'accueil individualisé), le PPS (plan personnalisé de scolarisation s’agissant de la scolarisation des enfants en situation de handicap)...

Pour décrocher l’admission ? Il faut s’entraîner. Faire et refaire des exercices. En se mettant en situation. Tout d’abord sur un temps illimité puis en fonction de la durée de l’épreuve. C’est la seule façon d’évaluer son niveau et de déterminer les points à travailler. Pour mettre toutes vos chances de votre côté, il peut être intéressant de compléter vos entraînements par une formation intensive par exemple. Entraînements dirigés à la maison ou stage « présentiel », ce type de formation offre un suivi rapproché et vous permettra de demander des conseils « en direct » aux intervenants.

A l’oral, le niveau est élevé : soyez « professionnel » !

Admissible ? Bravo. Le niveau est élevé. Les membres de jury sont là pour choisir, parmi les candidats, ceux qui correspondent le mieux aux attentes et aux besoins des écoles. Le jury va chercher comment - en tant que (futur) professionnel - vous vous présentez et vous comportez. Pas de panique. Rappelez-vous que vous avez le « titre », c’est-à-dire, un diplôme spécifique (CAP « petite enfance », « accompagnant éducatif petite enfance » ou une équivalence de diplôme), donc la formation et/ou l’expérience adaptée pour le métier d'ATSEM.

-    En externe, le candidat va devoir s’entretenir pendant 15 minutes pour (selon les termes du décret du 28 août 1992 - n°92-850 ) « permettre au jury d’apprécier l’aptitude du candidat et sa motivation à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d’emplois ainsi que ses connaissances de l’environnement professionnel dans lequel il sera appelé à exercer ses fonctions ». Le jury va évaluer l’aptitude professionnelle, la motivation et le savoir-faire du candidat.

-    En interne, comme le concours ne comporte qu’une épreuve orale d’admission, la barre est haute. Pour exemple, au cours de la session 2011, certains CDG avaient fixé la note d’admission à 19/20. Il s’agit d’un entretien, comme pour le 3e concours, de 20 minutes se décomposant en deux parties :

  • tout d’abord, présentation de l’expérience professionnelle et des compétences acquises,
  • puis « conversation avec le jury » au cours de laquelle le candidat doit faire la preuve de sa capacité à résoudre les problèmes que peut rencontrer une ATSEM et à analyser son environnement professionnel.


En pratique, vous devez être capable de répondre aux questions élaborées par le jury. Elles  concernent, comme à l’écrit : l’animation des très jeunes enfants, la réception, la surveillance dans les cantines… mais aussi des questions « de cours » du type : «  Quelles sont les différentes intercommunalités territoriales ? Un ATSEM a-t-il droit au DIF (droit individuel à la formation) ? Qui assiste aux réunions d’équipe éducative ? ». Enfin, le jury vous mettra à nouveau en situation : « Vous êtes à l'accueil du matin, à l'entrée de la classe, et une maman vient vous voir. Son fils a eu de la fièvre cette nuit, mais n'en a plus maintenant. Elle vous donne du paracétamol. Que faites-vous ?… »
Le jury va chercher à évaluer votre aptitude à assurer vos missions. Au-delà de vos connaissances, à vous, un peu comme un entretien d’embauche, d’apporter la preuve que :

  • vous avez les qualités humaines et intellectuelles requises pour exercer les missions d’un ATSEM de 1ère classe ;
  • vous saurez répondre au mieux aux attentes de votre hiérarchie, aux exigences des enseignants, des enfants, des parents, des collègues, etc.


Par exemple, l’ATSEM, étant amené à assister les enseignants des écoles maternelles, doit contribuer au bon fonctionnement des activités éducatives. Il doit, par conséquent, faire preuve d’une bonne maîtrise des techniques d’animation et de mise en œuvre des activités pédagogiques et ludiques. Vous devez donc veiller - dans votre présentation - à rappeler au jury que vous avez le sens pédagogique et le souci d'être compris. Vos réponses ne devront donc être ni trop rapides, ni trop lentes mais claires et précises.

Concours réussi ? Soyez actif dans votre recherche d’emploi

Une fois le concours d’ATSEM réussi, vous serez inscrit sur une « liste d'aptitude » pour une durée de 4 ans. Le recrutement s’effectue selon un pourcentage établi selon chaque type de concours : 60% au moins des lauréats du concours externe ; 30% au plus des lauréats du concours interne ; 10% au plus (avec un minimum de 5%) du 3ème concours, même si dans son rapport de juillet 2018, le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) recommande d’inverser au moins pendant une certaine période, les ratios de postes ouverts entre les concours interne et externe pour répondre aux (forts) besoins exprimés par les collectivités, du fait des départs à la retraite dans les années à venir ( 23,5% des 55 000 ATSEM ont plus de 55 ans en 2019).
 
L’inscription sur la liste d’aptitude est bien valable sur toute la France. A vous d’envoyer votre candidature au maire de la commune (et non au chef d’établissement scolaire) de votre choix… Car oui c’est à vous de trouver un poste. Pourquoi ? Car en vertu du principe de libre administration des collectivités territoriales, les maires sont libres de recruter le lauréat de leur choix.

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×