Fiche Métier

Assistant familial

Fonction Publique Territoriale

Catégorie C

Filière Sociale

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Œuvrer au quotidien dans l'intérêt de l'enfant accueilli...

 

Plus communément appelés « famille d'accueil », les assistants familiaux reçoivent à leur domicile des enfants ou des jeunes majeurs (18 à 21 ans) placés dans le cadre de la protection de l'enfance. Ils assurent le quotidien des enfants et prennent le relais des parents au niveau de leur éducation.

 Un accueil continu

Accueillir un enfant dans un «cocon» familial propice à son développement et à son épanouissement, telle est la mission d'un assistant familial. Au-delà des besoins matériels nécessaires à sa «survie», l'enfant reçoit auprès de sa famille d'accueil une éducation et de l'affection. Il dispose ainsi d'une véritable écoute face aux difficultés qu'il peut rencontrer. L'assistant familial assure le quotidien de l'enfant mais son investissement est en réalité beaucoup plus importantIl est notamment impliqué dans son suivi médical, sa vie scolaire, ses activités sportives, ses loisirs, les visites auprès de sa famille...soit tout ce qui gravite autour de lui et constitue son parcours de vie.

Un équilibre fragile

L'assistant familial doit garder à l'esprit que seul le bien-être de l'enfant compte. Il doit savoir se détacher, rester en retrait par rapport au contexte familial, tout en étant attentif aux besoins de l'enfant. Les enfants accueillis sont intégrés à sa propre famille. Ils sont présents lors des repas festifs, des anniversaires, des sorties du week-end, des vacances... Ils occupent une place à part entière qui n'est pourtant pas celle des enfants «biologiques» de la famille.

L'assistant familial doit donc jongler avec « les états d'âmes » de chacun et bien garder à l'esprit les limites de son rôle vis-à-vis de l'enfant. Les parents biologiques existent même s'ils sont momentanément défaillants.

Une vocation avant tout

Pour devenir assistant familial, il faut bien entendu aimer les enfants, apprécier leur contact et accepter leur problématique généralement compliquée. Ce métier est très riche en émotions. Il apprend la patience et développe une faculté d'écoute qui devient naturelleNéanmoins, l'assistant familial n'œuvre pas seul dans le suivi de l'enfant. Une équipe de travailleurs sociaux et un(e) responsable de la protection de l'enfance sont également mobilisés au sein des Conseils généraux. Depuis la professionnalisation de la mission en 2005, le travail de concertation et de coordination se renforce peu à peu entre la famille d'accueil et les professionnels de l'enfance

Repères :

Plusieurs étapes sont nécessaires pour accéder au statut d'assistant familial :

  • Demander un agrément permanent délivré par le Conseil général et accordé sous certaines conditions (logement, condition d'accueil, santé, motivations)...
  • Déposer une candidature en vue d'un recrutement auprès du service d'action sociale - protection de l'enfance du Département
  • Suivre une formation

Une fois l'embauche réalisée, un contrat de travail et un contrat d'accueil sont signés avec le Président du Conseil général dès qu'un enfant est accueilli.

L'embauche doit être suivie d'une formation. Celle-ci est prise en charge par l'employeur. Elle comprend un volet initial de 120 heures qui vise à acquérir des connaissances sur le développement physique et psychologique de l'enfant et à effectuer un travail sur le métier et la fonction de famille d'accueil. Un plan bi-annuel de formation continue est également prévu.

Gabrielle Petit

 

Josiane Parlermo est assistante familiale depuis plus de 20 ans. Elle accueille au sein de son foyer des enfants retirés à leurs parents dans le cadre de la protection de l'enfance. Au total, 27 enfants ont effectué des séjours plus ou moins longs à son domicile. Aujourd'hui, elle s'occupe d'un adolescent de 15 ans et une petite fille de 5 ans.

 

Par quel « chemin » êtes-vous devenue assistante familiale ?

J'adore les enfants. J'ai moi-même 3 filles. Une fois qu'elles ont été scolarisées, je souhaitais reprendre une activité professionnelle tout en gardant une souplesse d'emploi du temps pour être disponible vis-à-vis de ma famille. Deux choix s'offraient à moi : nounou ou famille d'accueil. J'ai opté pour le second après une réunion d'information organisée par mon Département. Je me suis tout de suite sentie une vocation pour ce métier.

Comment expliqueriez-vous votre rôle ? Votre prise en charge des enfants ?

Tout est réalisé et entrepris dans l'intérêt de l'enfant. L'assistant familial assure bien entendu le quotidien de l'enfant, mais notre investissement est en réalité beaucoup plus important. Nous sommes impliqués dans son suivi médical, sa vie scolaire, ses activités sportives, ses loisirs, les visites auprès de sa famille...tout ce qui gravite autour de lui et constitue son parcours de vie. Tout n'est pas toujours simple. Notre positionnement est continuellement remis en question. Il n'existe pas de schéma type. Il faut savoir composer avec l'histoire et le caractère de chaque enfant, et accepter que la situation évolue ou prenne une direction inattendue. Tout ne se déroule pas toujours comme on le souhaiterait

 

Qu'est-ce qui est le plus complexe ?

Même si les parents sont défaillants, ils existent. L'assistant familial ne doit pas prendre leur place et doit savoir faire la part des choses. Les enfants accueillis sont intégrés à notre famille. Ils occupent une place à part entière qui n'est pourtant pas celle de nos propres enfants. L'équilibre est parfois difficile à trouver et les limites floues.

Que vous apporte votre métier ?

Un enrichissement personnel énorme ! C'est un métier très riche en émotions. On apprend la patience et on développe une faculté d'écoute qui devient naturelle. L'Humain prend là toute sa dimension, et si on apporte beaucoup à l'enfant, l'inverse se vérifie bien souvent. Les expériences nous changent profondément. On ressent différemment les évènements en relativisant davantage.

Je garde un souvenir de chaque enfant que j'ai gardé. J'ai bien sûr un attachement tout particulier pour ceux qui sont restés longtemps. Le premier enfant que j'ai accueilli, Pierre, avait 6 ans à l'époque. Il est parti de la maison à sa majorité. Aujourd'hui, il est conseiller clientèle dans une banque et à une petite fille de 2 ans. On a toujours gardé contact et il m'appelle encore sa mamou. Je fais partie de sa vie et il fait partie de la mienne... Ce métier donne l'opportunité de faire de belles rencontres tout en donnant beaucoup d'amour à des enfants qui ont souvent connu un « mauvais » départ.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK