Fiche Métier

Laborantin

Laborantin

Fonction Publique Hospitalière

Catégorie B

Filière Technique, Filière Médico-technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Laborantin : prélever, analyser et diagnostiquer des prélèvements biologiques

À l'hôpital ou en laboratoire départemental, service d'un conseil général, les laborantins effectuent différents types d'analyses biologiques. Ils interviennent sur des prélèvements sanguins ou de tissus, à la recherche de germes, d'infections... Selon le domaine d'intervention du laboratoire, ces techniciens sont spécialisés en santé publique, en santé animale, en hygiène alimentaire ou en veille sanitaire.

Un métier ouvert sur plusieurs domaines d'intervention

La fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale proposent des profils de postes différents. Les analyses conduites sont fonction des compétences de chacun.

Dans les hôpitaux

Le laborantin a en charge les analyses médicales des patients. À partir de l'ordonnance du médecin, il effectue des prélèvements et les étudie. Il transmet ensuite les résultats au responsable de laboratoire afin de confirmer un diagnostic ou de déceler une maladie. L'interprétation et la validation des données sont sous la responsabilité d'un biologiste.

Dans certaines structures, ces professionnels peuvent être associés au suivi thérapeutique des malades et collaborer à l'élaboration du traitement qui en découle.

Dans la fonction publique territoriale

Dans la fonction publique territoriale, les laboratoires interviennent dans des domaines variés. Les techniciens analysent les prélèvements transmis à la collectivité.

ð  Dans le cadre de l'hygiène alimentaire, ils œuvrent pour le compte d'industriels en vue d'écarter les risques sanitaires tout en améliorant la qualité de leur production. Un suivi sanitaire des cheptels est également assuré. Les laborantins sont spécialisés en microbiologie animale, sérologie, virologie et détection de prions.

ð  Dans le cadre du contrôle sanitaire des milieux (eau, sols, air...) les analyses menées visent à prévenir toute crise de santé publique et à déclencher, au besoin en prémices, des alertes de vigilance.

Esprit de synthèse et rigueur obligatoires

Être autonome, agile de ses mains et minutieux sont des qualités indispensables pour exercer cette profession. Le laborantin doit être précis dans ses gestes et organisé dans ses tâches. Chacune d'entre elles (prélèvement, mise en culture, résultats...) répondent à un protocole qu'il est obligatoire de suivre. Aucune place n'est faite à l'improvisation.

À l'issue de chaque étape, le technicien de laboratoire rédige un compte rendu exhaustif des résultats. Ce dernier met également en avant ces éléments de conclusion.

Afin de ne pas « contaminer » les analyses, des règles strictes d'hygiène et de manipulation sont à observer. Le port de gants, blouse, masque voire calotte pour les cheveux, sont donc de rigueur pour travailler.

Être au courant des avancées technologiques

Au-delà de bases solides en biologie, il est indispensable de se tenir au courant des évolutions technologiques en matière de méthodes et de matériels. En effet, ces professionnels sont épaulés par de nombreux automates, appareils d'analyses et micro-informatiques. Savoir les utiliser et s'adapter à de nouveaux processus est inévitable ; le domaine de compétences évoluant sans cesse. Des formations au cours de la vie professionnelle sont donc indéniables.

Une profession encadrée et évolutive

L'accès au métier de laborantin est réglementé et soumis à des conditions de diplômes précis.

  • le diplôme d'État de technicien en analyses biomédicales (DETAB) délivré par le ministère de la Santé. Il sanctionne une formation de 3 ans et se prépare dans cinq instituts (IFTAB) dont l'accès se fait sur concours.
  • les BTS analyses biologiques, biochimiste ou biotechnologie..., le DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques, le DEUST analyse des milieux biologiques ; tous se préparent en 2 ans.

Dans la fonction publique, les recrutements s'exercent sur des postes de catégorie B rattachés à la filière médico-technique ou technique. Les évolutions de carrière peuvent conduire à des postes d'encadrement soumis à la promotion interne ou à concours.

Il faut également avoir à l'esprit que de nombreuses analyses tendent à s'automatiser et nécessitent donc moins de personnels. Avoir une spécialisation est donc un plus.