Fiche Métier

Gestionnaire de dossiers de retraite

Fonction Publique d'Etat

Catégorie B, Catégorie C

Filière Administrative

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

La génération «baby-boom» part progressivement à la retraite. Dans les collectivités territoriales, le volume de dossiers à traiter croît ainsi chaque année. Face à ce constat, les services gestion des personnels se dotent, progressivement, de personne ressource sur le sujet. Renseigner et épauler les agents dans leurs démarches administratives, telle est la mission d'un gestionnaire de dossiers de retraite.


Un interlocuteur unique

«Bonjour, je voudrais connaître la date à laquelle je peux partir à la retraite ? Et quel sera le montant de ma pension ? »... Ces deux questions, de nombreux agents, fonctionnaires ou non titulaires, exerçant dans l'une des trois fonctions publiques (d'Etat, territoriale ou hospitalière), approchant l'âge légal de départ à la retraite, se les posent. Avec une législation en constante évolution, les conditions de départ changent régulièrement. Beaucoup de paramètres entrent en jeu et chaque situation diffère selon le parcours professionnel et la situation familiale de l'agent. Dans tous les cas, avant de partir, les fonctionnaires doivent contacter leur employeur pour s'assurer de la démarche à suivre. Ils sont ensuite pris en charge par le gestionnaire de dossiers retraite. Il est la personne ressource sur le sujet.

Un appui pour prendre sa décision

Ce professionnel renseigne et établit les premières simulations de pensions de retraite. Pour cela, il utilise un simulateur facilitant les calculs sur les années de service public liquidées. Plusieurs études peuvent être menées pour affiner le montant de la pension envisageable au départ réel de l'agent. Pour un fonctionnaire, la pension s'établit actuellement sur le dernier indice enregistrant 6 mois d'ancienneté. Tous ces éléments permettent à l'agent de prendre une décision en toute connaissance de cause.

La constitution du dossier de retraite

Dès son choix opéré, le «futur retraité» doit adresser à son employeur, un courrier précisant la date de sa fin d'activité.
Des documents obligatoires sont ensuite à transmettre au gestionnaire de retraite. Celui-ci saisit informatiquement la carrière «publique» de l'agent sur le site de la caisse de retraite dont il relève. Cette étape permet d'établir un décompte provisoire de la pension de retraite. 
L'agent signe ensuite sa demande de liquidation de pension. Son dossier complet est alors envoyé en recommandé à la caisse de retraite. La procédure de départ est lancée... Du côté de la collectivité, un arrêté de départ à la retraite est adressé au fonctionnaire.

Côté profil

Ce type de poste ne relève pas d'une formation spécifique. Les gestionnaires de dossiers de retraite doivent avoir une connaissance approfondie du statut ainsi que de la législation en vigueur en matière de droit à la retraite. L'accueil téléphonique et physique ayant une place importante, disposer de qualités relationnelles s'avère indispensable. Le métier de gestionnaire de dossiers de retraite est accessible via le concours de rédacteur. Retrouvez l'ensemble des préparations aux concours de la filière administrative.


Gabrielle Petit

Ludivine Mayet est gestionnaire de dossiers de retraite depuis 2009 dans une Direction des Ressources Humaines d'une importante collectivité territoriale. Auparavant, en charge du suivi des absences, elle a choisi d'évoluer vers un autre champ action des ressources humaines : le suivi des départs à la retraite.

Avez-vous toujours travaillé dans le domaine des ressources humaines ? 

Oui. J'ai une formation initiale dans ce domaine. Après mon BTS assistante de gestion, spécialité ressources humaines, j'ai débuté ma carrière dans le secteur privé en enchainant plusieurs CDD. J'ai ensuite intégré la fonction publique territoriale en 2003 sur un poste de gestionnaire des personnels très polyvalent. J'assurai à la fois la paie, la carrière, le suivi des absences, les dossiers de retraite... tout le «suivi RH» d'une centaine d'agents.

Votre mission a beaucoup évolué en 10 ans. Quelles sont les étapes les plus significatives ?

Le service gestion des personnels dont je dépends s'est considérablement étoffé avec l'arrivée de personnels décentralisés de l'Etat au Département. L'organisation basée sur la polyvalence s'est articulée progressivement vers une spécialisation des gestionnaires de dossiers. Les effectifs de la collectivité ont plus que doublés en 3 ans. 
Pour ma part, j'ai choisi en 2007, de travailler dans le pôle absences. Je m'occupais de toute la saisie des calendriers horaires, la gestion des congés, des congés maternité, des congés maladie et longue maladie, des liens avec le comité médicale... tout ce qui retourne de l'absence (maladie ou congés) de l'agent au sein de la collectivité. Le volet retraite faisait également partie de nos attributions mais la mission restait à la marge. 
En 2009, face à la progression constante des demandes et l'évolution continue de la législation, un poste spécialisé retraite a été créé. J'ai donc saisi cette nouvelle opportunité.

Pourquoi ce choix ?

Deux aspects sont entrés en jeu dans ma décision : la nouveauté et la possibilité d'être titularisée sur un poste de catégorie B et donc de valoriser mon concours de rédacteur. Le changement ne me fait pas peur ! Je n'aime pas tomber dans une « certaine routine », j'aime avoir de nouveaux challenges. Le profil du poste rassemblait toutes ces caractéristiques tout en permettant de demeurer dans le domaine des ressources humaines.

Pour finir, comment s'organise votre mission au quotidien ?

Contrairement aux idées reçues, c'est un poste où il y a beaucoup de contacts. Je dirai même que cela représente une bonne moitié de ma mission, le reste étant purement administratif. Je renseigne les agents par téléphone, je les reçois en rendez-vous en vue de leur expliquer la procédure à suivre pour faire leur demande de départ à la retraite. Je leur présente également des simulations sur le montant de leur pension en fonction d'une date présumée de départ. L'accompagnement passe ensuite par la saisie du dossier informatique et l'échange d'informations avec la caisse de retraite.
En parallèle, je me tiens au courant des évolutions législatives et j'assure une veille statutaire sur les nouveautés impactant les conditions de départ à la retraite. Sur plus d'une centaine de dossiers traités par an, j'apprends tout le temps de nouvelles spécificités en fonction des situations individuelles.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK