Fiche Métier

Infirmier(ière) de santé au travail

Fonction Publique d'Etat

Catégorie A

Filière Médico-social

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Fonctions publiques d'Etat, territoriale et hospitalière

- Corps ou grade d'infirmier (A)


Conditions d'accès :

- Diplôme d'Etat d'Infirmier (3 ans) + spécialisation en santé au travail (1 an)
- Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie uniquement dans la fonction publique territoriale

 

Epauler le médecin dans le suivi médical des agents

 

Prévention des risques, examens paracliniques, entretien infirmier... l'Infirmier(ière) de santé au travail intervient sur l'ensemble des volets de la santé au travail. « Bras droit » du médecin, il (elle) le seconde sur les visites médicales tout en organisant des actions de prévention et de conseils en matière d'aménagement de poste.

Ses missions

«Un décret de 2012 portant sur la réforme de la santé au travail a instauré la consultation entretien infirmier, en alternance avec la traditionnelle consultation médicale, pour effectuer le suivi périodique des salariés». Ce texte législatif a clarifié le rôle et le cadre d'intervention du médecin et de l'Infirmier de santé au travail, laissant une plus grande marge de manœuvre à cette dernière.

L'Infirmier(ière) de santé au travail :

  • assiste le médecin lors des visites médicales en effectuant les examens paracliniques (visio-test, audiotest, examen urinaire...),
  • organise des  «entretiens infirmiers»,
  • collabore aux études des postes de travail et propose, en concertation avec le médecin du travail et le conseiller de prévention, des pistes d'aménagement,
  • participe à la mise en place d'actions de prévention, en alertant notamment les agents sur les risques professionnels (troubles musculo-squelettiques (TMS)... .

Outre le suivi médical standard, son rôle consiste à travailler en amont sur la prévention des risques en conseillant les agents, afin plus tard, de  limiter la conduite d'actions curatives.

 

L'entretien infirmier

La législation 2012 a instauré un nouveau rendez-vous obligatoire pour les salariés : l'entretien infirmier. Mené par l'Infirmier(ière) de santé au travail, il fixe le cadre intervention de ce professionnel de la santé tout en répondant à l'impératif d'un suivi médical régulier des agents malgré la pénurie des médecins du travail.

Ainsi, l'entretien avec l'Infirmier(ière) se substitue tous les 2 ans à l'habituelle visite médicale conduite par le médecin. Après un point sur la situation médicale et professionnelle de chacun,l'Infirmier(ière) effectuera les examens cliniques et paracliniques (poids, taille, tension artérielle, vaccins obligatoires, contrôles visuel, auditif et urinaire...). Ce rendez-vous est aussi l'occasion de conseiller les agents sur leurs habitudes de travail (gestes et postures, sécurité, protection individuelle...) et de les aiguiller, au besoin, vers le médecin du travail. L'entretien donne lieu à une fiche de suivi infirmier.

Les visites médicales obligatoires :

  • visite d'embauche réalisée par le médecin du travail à l'arrivée de chaque agent. Elle s'ajoute à la visite médicale effectuée chez un médecin agrée
  • visite médicale périodique : tous les 2 ansauprès de l'Infirmier(ière) du travail et tous les 4 ans auprès du médecin du travail,
  • visite de reprise : suite à un arrêt de travail supérieur à 30 jours,
  • visite de pré-reprise : suite à un arrêt de travail supérieur à 3 mois.

En dehors de ces créneaux, l'Infirmier(ière) de santé au travail se déplace sur les lieux de travail pour conduire des actions de prévention et prodiguer des conseils en matière d'aménagement de poste de travail.

Témoignage

Solange Verne est infirmière de santé au travail depuis 7 ans. Auparavant, infirmière généraliste dans un centre hospitalier, elle a choisi de se spécialiser en  médecine du travail afin de donner une nouvelle orientation à sa carrière professionnelle.

Vous êtes infirmière depuis près de 20 ans. Quelles ont été vos motivations pour rejoindre un service de médecine professionnelle d'une collectivité territoriale ?

J'ai toujours voulu exercer le métier d'infirmière Après mes études, j'ai enchainé différents postes en milieu hospitalier : pneumologie, dialyse, urgence, pédiatrie...J'ai pu m'imprégner des exigences et des protocoles de différents services. Après la naissance de mes enfants, les contraintes horaires liées à l'exercice en l'hôpital ont commencé à me peser. Appréciant toujours autant mon métier, j'ai choisi de le pratiquer autrement. Je me suis donc tournée vers la médecine du travail en suivant une année de spécialisation. Lors de ma formation, j'ai découvert un autre univers, plus orienté sur la prévention. J'ai tout de suite accroché !

Qu'est-ce qui vous plaît dans la médecine du travail ?

Le contact avec le patient est différent. J'ai plus une relation de collègues à collègues. Etant donné que je connais leur univers de travail, ma marge de manœuvre est élargie pour mener des actions de prévention. Le suivi des pathologies ou des risques est plus « facile » à réaliser car mes moyens d'intervention agissent directement sur les contraintes professionnelles. Au contraire du milieu hospitalier, le suivi médical s'opère sur le long terme. Une relation de confiance s'instaure au fil du temps, un point non-négligeable pour garantir l'efficacité des choix entrepris. Disposer d'une vision et d'une marge de manœuvre étendues sont les aspects que j'apprécie le plus en médecine professionnelle.

Actuellement, comment s'organise votre journée de travail ?

Une grande partie de la semaine est dédiée aux visites médicales des agents de la collectivité. Via l'entretien infirmier, je réalise les examens para-cliniques et répond aux questionnements des patients. Si la situation le nécessite, je peux solliciter le médecin pour un examen médical plus approfondi. L'autre partie de mon temps de travail est consacrée aux actions de prévention. Visites de sites ou suivi particulier des agents, dans ce cas précis je travaille en étroite collaboration avec le conseiller en prévention et le médecin. Je peux également superviser des actions plus ponctuelles telles que des campagnes de sensibilisation sur des sujets professionnels ou de santé publique. Actuellement, je sensibilise les agents aux risques du tabac et à l'utilisation des produits phytosanitaires.

Selon vous, quelles sont les qualités indispensables pour exercer le métier d'Infirmier  en médecine professionnelle ?

L'écoute et le relationnel sont des qualités indispensables pour exercer ce métier. Avoir un attrait pour la prévention et les problématiques liées au milieu professionnel sont également incontournables en médecine professionnelle. Comme pour les autres spécialités, l'Infirmier(ière) de santé au travail doit être en mesure de créer une relation de confiance avec son patient afin d'établir un lien privilégié avec celui-ci. Rigueur, respect des prescriptions médicales et des règles d'hygiène ainsi que faculté à transmettre des informations sont bien entendu requis. En santé au travail, l'Infirmier(ière) fait partie intégrante d'une équipe pluridisciplinaire composée d'un médecin et parfois d'un conseiller en prévention. La transmission des informations est donc primordiale pour accomplir un suivi de qualité.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK