Fiche Métier

Les métiers du spectacle

Fonction Publique Territoriale

Catégorie A, Catégorie B

Filière Administrative, Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Aux côtés des artistes, les professionnels du spectacle agissent en coulisses...

Souvent dans l'ombre, les intervenants du spectacle accompagnent « le show artistique » avant, pendant et après les représentations. La prestation offerte au public résulte alors d'un travail collaboratif entre professionnels techniques, administratifs et artistiques.

Le monde du spectacle : en quelques mots

Les arts du spectacle couvrent l'ensemble des professions artistiques, techniques et administratives qui concourent à la production, à l'exploitation et à la diffusion d'une œuvre.

En présence d'un public, on parle de spectacle vivant (théâtre, danse, concert de musique instrumentale et vocale, cirque, arts de la rue). Dans le cadre de spectacle enregistré, il s'agit de réaliser un produit télévisuel ou cinématographique, ou bien un enregistrement sonore et de le diffuser par l'intermédiaire d'un support.

Autre particularité, le secteur du spectacle fait appel à différents intervenants : entrepreneurs privés, réalisateurs, metteurs en scène, intermittents, associations, collectivités territoriales...

Sur la totalité des offres d'emploi, peu sont dans le secteur public, mais ce sont les plus « stables » et les plus pérennes sur un marché très précaire.

Les postes « arts et techniques » du spectacle dans le secteur public

Les techniciens du spectacle

Polyvalents ou spécialisés, les techniciens du spectacle regroupent un large panel de postes à la fois très diversifiés mais aussi liés les « uns aux autres » : technicien son/image/lumière, monteur, projectionniste, accessoiriste, machiniste, électricien... Chacun, de par son rôle respectif, vise à concevoir et à mettre en œuvre les éléments techniques nécessaires à la réalisation et à la sécurité d'un spectacle ou d'un événement.

Dans la fonction publique, les techniciens du spectacle œuvrent le plus souvent dans les services culturels (théâtre, salle de spectacle, cinéma, bibliothèque, musée, sites touristiques...), mais aussi dans les services d'animation, fêtes et cérémonies.

Les techniciens du spectacle relèvent de la catégorie B de la filière technique. Deux cadres d'emplois prédominent : celui des techniciens supérieurs territoriaux et celui des contrôleurs de travaux territoriaux.

Il faut également avoir à l'esprit que sur ce type de postes, de nombreux agents sont recrutés au préalable sous contrat et pérennisent ensuite leur situation en passant les concours en externe ou en interne. Étant donné la particularité des compétences requises, cette pratique est courante.

Plusieurs formations sont ouvertes après le Bac :

  • BTS métiers de l'audiovisuel, cinq options existent selon la spécialité voulue (image ; son ; montage et postproduction ; gestion de production ; techniques d'ingénierie et exploitation des équipements) ;
  • Écoles de cinéma telles que la FEMIS (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son), ENSLL (École nationale supérieure Louis Lumière) ou des écoles privées ;
  • au niveau universitaire plusieurs masters en IUP ou à la fac (image et son, métiers du spectacle...).

Le régisseur de spectacle

Il encadre l'ensemble des techniciens. Le régisseur est le « maître d'orchestre » côté coulisse. Il a pour responsabilité de concevoir les dispositifs techniques requis pour le montage d'un spectacle. Il a également en charge, avec l'appui des techniciens, de trouver et de coordonner les solutions techniques qui répondent à la fois aux exigences de sécurité, aux demandes des artistes et au cahier des charges du spectacle.

Ce poste requiert une certaine polyvalence, une bonne connaissance de l'ensemble des techniques du spectacle ainsi que de la législation liée à la sécurité des publics et des installations et à la protection contre les nuisances sonores.

Les régisseurs appartiennent aux mêmes cadres d'emplois que les techniciens du spectacle. Ils répondent aux mêmes obligations de concours.

Les formations requises sont le BTS métiers de l'audiovisuel, option gestion de production, ou une école d'audiovisuel pour bien connaître les impératifs et le fonctionnement d'une production. Cependant, sur le terrain, beaucoup de régisseurs apprennent encore leur métier sur le tas, sans avoir suivi de formation spécifique.

Le responsable d'un établissement culturel (maison de la culture, théâtre, salle de spectacle, salle de cinéma...)

En fonction de la politique culturelle définie par la structure, il élabore et pilote les projets d'action culturelle et artistique de l'établissement. Il supervise à la fois la création, le montage et la diffusion du projet, le recrutement du personnel, la gestion financière et administrative ainsi que l'ensemble des actions de communication qui gravitent autour de l'événement.

Il est également en lien direct avec les élus et l'autorité territoriale.

« Notre travail est de donner vie au spectacle. On participe à sa conception, on recherche le personnel compétent, on rassemble les moyens financiers, on effectue les démarches administratives... on agit sur tous les fronts ».

Le responsable d'une structure culturelle est un poste de catégorie A de la filière administrative. Trois cadres d'emplois sont effectifs : directeurs des établissements territoriaux d'enseignement artistique, administrateurs territoriaux et attachés territoriaux.

Le concours est important mais c'est souvent l'expérience et la connaissance du terrain qui vont primer et faire la différence lors des recrutements surtout dans les grosses structures. Dans les espaces culturels de moins grande importance, il est plus aisé de se faire la main en travaillant sur des projets moins conséquents.

Dans la culture, un tiers des professionnels possède un diplôme de troisième cycle. Parmi les formations phares, l'École du Louvre constitue une référence.

Au niveau universitaire, on retrouve la filière classique d'histoire de l'art ou encore les formations universitaires professionnalisées - licence pro, IUP (institut universitaire professionnalisé), master professionnel... - en management culturel.

L'Institut national du patrimoine (INP) ouvert au niveau licence est également très prisé.

Ce qui prime pour ce type de poste, c'est la polyvalence des savoirs. Avoir un soupçon de connaissance en management et en comptabilité est un plus.


Des métiers aux contraintes particulières


Vous l'aurez compris, travailler dans le monde du spectacle n'est pas aisé. Les opportunités sont rares, surtout dans la fonction publique. La polyvalence est alors un plus, surtout dans les petites structures qui n'ont pas les ressources financières pour assumer des équipes étoffées. Se former aux nouvelles technologies, notamment aux techniques numériques et à la conception assistée par ordinateur, être attentif aux nouveautés sont de rigueur dans cette activité qui évolue continuellement.

Le rythme de travail est aussi bien spécifique à la profession. Les horaires sont irréguliers avec des amplitudes variables et des pics d'activité liés à la programmation du spectacle (nuits, week-ends, journée continue). Les risques professionnels sont élevés surtout pour les personnels techniques (charges lourdes, risques électriques, travail en hauteur...).

Pour en savoir plus :

www.cnfpt.fr

http://www.letudiant.fr/metiers/secteur/spectacle.html

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK