Fiche Métier

Peintre en bâtiment

Peintre en bâtiment

Fonction Publique Territoriale

Catégorie C

Filière Technique

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Fonctions publiques Etat, territoriale et hospitalière

Filière technique

  • Adjoint technique (C)
  • Agent de maîtrise (C)
  • Adjoint technique territorial des établissements d'enseignement (C)

Conditions d'accès :

-       Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie uniquement dans la fonction publique territoriale

-       Mise en stage directe possible sur le 1er grade d'adjoint technique de 2e classe

Redonner de l'éclat aux bâtiments publics

Rattaché à l'équipe de maintenance, le peintre en bâtiment intervient au sein des établissements publics. Chantier de rénovation ou simple « rafraîchissement » des bureaux, ces travaux de premier niveau, réalisés en régie, sont planifiés en amont, dans le cadre des opérations d'entretien. Zoom sur ce métier présent dans les trois fonctions publiques...

Coup d'éclat assuré !

On dit souvent qu'un simple « coup de peinture » suffit à redonner son éclat à une pièce. Couramment sur chaque chantier, des opérations de peinture finalisent les travaux. Le peintre en bâtiment exerce principalement en intérieur. Pour toute programmation, ce professionnel reçoit les instructions d'un responsable de chantier, précisant les besoins et remettant les bons de commande pour l'achat des fournitures. S'ensuit le début des travaux...

Installation et préparation

Avant de peindre, le peintre effectue un gros travail de préparation du support tout en protégeant les éléments environnants.Montage des échafaudages (si nécessaire), déploiement des bâches pour protéger les sols, mise en sécurité du chantier... sont des manœuvres incontournables.

Commence alors un long travail de préparation du support : lessiver les murs, décaper les vieilles peintures, colmater les fissures, enduire, poncer... Quand les surfaces sont parfaitement lisses, le revêtement peut être appliqué. Plafonds, murs, boiseries, tout est restauré. En règle générale, le peintre encolle les murs d'une toile de verre avant d'appliquer 2 couches de peinture. Grâce à ce matériau, les murs disposent d'une plus grande protection et sont ainsi moins sujets aux différents impacts et aux aléas du temps. Un usage très répandu dans les établissements publics (établissements scolaires, hôpitaux, gymnases, bâtiments communaux ou intercommunaux, mairies, bâtiments administratifs...). Le nettoyage du chantier clôt les travaux.

Côté compétences...

  • Savoir s'adapter

Polyvalent, le peintre s'adapte à tout type de chantier. Il intervient selon les instructions qu'il reçoit mais a tout de même une large part d'autonomie.

  • Être soigneux et rigoureux

Doté d'une bonne condition physique, ce professionnel fait preuve de beaucoup de patience, de minutie, d'habileté et de soin dans son travail. Sur le chantier, il respecte les consignes de sécurité et manipule avec précaution les outils et les produits.

  • Disposer d'une habilitation électrique BS

Grâce à cette formation, le peintre intervient en toute sécurité sur des opérations simples en basse tension (démontage et replacement de lampe, prise électrique, interrupteur...).

  • Détenir un CAP peintre-applicateur de revêtements

Le CAP peintre-applicateur de revêtements constitue le niveau minimum requis à l'embauche. Le CAP se prépare en 2 ans après la classe de 3e dans un lycée professionnel ou un centre de formation d'apprentis. Il permet d'entrer directement dans la vie active. Il peut être complété par un BP (brevet professionnel) peinture-revêtements permettant l'animation d'équipe.

Témoignage

Aymeric Le Plevec est peintre en bâtiment depuis 5 ans pour le compte d'un centre hospitalier. Après avoir effectué son apprentissage dans le secteur privé, il a choisi de rejoindre la fonction publique hospitalière suite à une opportunité professionnelle.

Pourquoi avoir choisi d'exercer ce métier ?

Peu scolaire, je souhaitais m'orienter vers un métier manuel. S'offraient à moi plusieurs alternatives : maçon, menuisier, charpentier ou peintre. J'ai choisi peintre car c'est une profession étroitement liée à l'embellissement et à la décoration, deux domaines que j'affectionne. Côté évolution, c'est également un univers qui offre de nombreuses possibilités de diversification et de création. Outils, techniques, composants, matériaux... des nouveautés émergent tout le temps. De plus en plus, la variante écologique est prise en considération. La redondance est donc rarement au rendez-vous.

Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai travaillé plus de 6 ans dans le secteur privé, pour le compte d'une PME. Tout d'abord en alternance, j'ai préparé un CAP peintre/applicateur de revêtement, puis un brevet professionnel en peinture-revêtement, diplômes que j'ai acquis en l'espace de 4 ans. Après 2 ans en tant que salarié, j'ai eu la possibilité de partir exercer à l'étranger. Cette expérience s'est achevée au bout de 4 ans. De retour au pays, j'ai eu l'opportunité de postuler sur mon poste actuel au sein d'un centre hospitalier. Retenu à l'entretien, j'ai intégré une équipe de maintenance composée des différents métiers de l'artisanat : plombier, électricien, menuisier et peintre. Au total, nous sommes 8 dont 2 peintres.

En quoi consiste votre travail au quotidien ?

Dans un établissement hospitalier, le volume important des mètres carrés nécessite un entretien régulier des locaux afin de les garder en bon état. Régulièrement, des zones sont ravivées en fonction des besoins des services et du calendrier de programmation annuelle des travaux. Récemment, une partie de la régie administrative a été rénovée pour faciliter sa fonctionnalité. Électriciens et peintres ont été mobilisés pour des opérations de câblage informatique et de peinture. De manière générale, tous les chantiers de peinture sont établis en amont ce qui génère un planning précis. J'interviens, avec mon collègue, en quasi-autonomie. Une fois le chantier sécurisé et la protection des éléments environnants effectués, je prépare les supports. Lessivage et décapage des anciennes peintures, colmatage des fissures, enduit, ponçage... toutes ces étapes prennent un certain temps en fonction de l'état initial des pièces. Quand les surfaces sont parfaitement lisses, j'applique le revêtement en encollant en prémices une toile de verre.

Qu'appréciez-vous le plus dans votre mission ?

De manière indirecte, je participe à la qualité du service public rendu. Grâce aux différents chantiers de rénovation opérés en régie, les locaux sont beaucoup plus accueillants pour les usagers. Ce n'est peut-être pas grand-chose mais dans certaines situations les patients apprécient grandement !

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK