Fiche Métier

Responsable du service solidarité sur un territoire d'un département

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Administrative

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

En application de la loi libertés et responsabilités locales du 13 août 2004, appelée également « acte II de la décentralisation » les collectivités territoriales, particulièrement les départements et les régions, se sont vues transférer de nouvelles compétences relevant antérieurement de l'État (les routes nationales, le social, les agents des collèges et des lycées...). Depuis le 1er janvier 2005, l'entrée en vigueur de la réforme se fait par étapes. Les collectivités ont dû repenser leur organisation afin de permettre l'accès aux services publics locaux à l'ensemble des usagers.

Un nouveau découpage territorial des départements

Dans ce cadre juridique, les départements ont ainsi été amenés à déconcentrer leurs missions au niveau local, soit en créant, soit en aménageant des « antennes locales » sur les territoires. Appelées indifféremment « maison du Conseil général », « maison du département », ces nouvelles structures sont implantées proche du public, sur des territoires définis géographiquement selon des critères propres à chaque département, définis de manière à :

  • prendre en compte les réalités géographiques, historiques, humaines, économiques et sociales ;
  • respecter le périmètre des intercommunalités, des pays et, si possible, des cantons ;
  • assurer un service de proximité sur l'ensemble du territoire départemental, y compris dans les secteurs les moins peuplés.

Par la création de ces « maisons du département », les collectivités inscrivent donc leur action sur le principe de la proximité. Lieux d'information et d'accueil de la population donnant « pignon sur rue » à la collectivité, ces lieux de contact avec les territoires deviennent, en plus, un outil de déconcentration de l'action départementale. Elles ont pour missions de simplifier les démarches des usagers qui n'ont plus besoin de se déplacer à l'hôtel du département par exemple et qui verront le traitement des dossiers facilité en étant plus réactives.

...qui a pour conséquence l'émergence de nouveaux métiers

Ainsi, certains métiers émergent, riches en polyvalence et transversalité comme celui de chef de service solidarité.

Cet agent, très souvent rédacteur territorial, donc de catégorie B, est placé sous l'autorité du directeur du territoire et est en lien avec les directions centrales regroupant le développement social, l'enfance, la famille, la santé. Le chef de service solidarité est responsable de la mise en œuvre des missions définies par la loi (notamment la protection de l'enfance avec la protection maternelle et infantile, l'insertion avec le revenu de solidarité active, etc.) et des politiques décidées par les élus départementaux dans les domaines médico-sociaux sur le territoire dont il a la charge en terme d'action sociale.

Des missions extrêmement variées

Le chef de service solidarité encadre et anime l'équipe des professionnels de polyvalence, de protection maternelle et infantile et les professionnels chargés de l'insertion, dont il est le responsable hiérarchique. Il dispose de l'autorité fonctionnelle sur les équipes d'aide sociale à l'enfance et autonomie (personnes âgées/personnes handicapées) intervenant sur son territoire.

Il participe, au sein de l'équipe de direction du territoire, à l'élaboration et à la mise en œuvre du projet de direction de territoire, en cohérence avec les orientations départementales.

Mais il pilote également les actions collectives dans son domaine de compétence. Il est un interlocuteur privilégié sur le territoire pour de nombreux partenaires locaux.

Il peut également représenter, le cas échéant, le territoire par délégation de la direction.

Il anime le dispositif dans le cadre du RSA, participe à la coordination territoriale du dispositif. Il assure le suivi, avec délégation de décision des dispositifs FSL (Fonds de solidarité logement), aides financières ASE (Aide sociale à l'enfance), fonds social énergie et eau, mais aussi, pour le dispositif jeunes, avec délégation de décision, du FAJ (Fonds d'aide aux jeunes), des liens avec les missions locales.

Le chef de service solidarité assure par ailleurs la gestion des décisions relatives aux aides à domicile : aides éducatives, intervention TISF (technicienne de l'intervention sociale et familiale) et aides ménagères, aux saisines de l'autorité judiciaire, à la prise en charge des bénéficiaires de l'aide sociale à l'enfance, les décisions relatives à l'agrément des assistantes maternelles.

En outre, il participe à l'élaboration et à la mise en œuvre de projets d'actions collectives.

... qui appellent de nombreuses compétences

Ces différentes missions, aux caractères d'intervention très riches, font appel à diverses compétences dont nous retiendrons les principales, telles que :

  • l'aptitude au management, à l'écoute, à la communication et à la négociation ;
  • l'aptitude à la conduite de projets ;
  • l'aptitude au travail partenarial et en équipe ;
  • la capacité de prise de décision ;
  • la connaissance de la législation relative à la famille et à l'enfance ;
  • l'expérience dans le domaine social ;
  • l'aptitude à l'animation d'équipe, la conduite de réunion, la gestion des conflits.

Ainsi, ce poste rassemble à lui seul de nombreuses facettes de l'action sociale. Par la diversité des missions qu'il implique, mais également par l'intelligence humaine qu'il oblige à développer, le métier de chef de service solidarité au sein d'un territoire départemental représente une belle opportunité pour un rédacteur territorial.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK