Actualité

Convaincre le jury lors de l’épreuve d’entretien au concours d’Éducateur territorial des APS : 5 conseils clés !

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Étape de l’admission du concours externe d'éducateur territorial des activités physiques et sportives (APS) (niveau bac (BPJEPS) Catégorie B) franchie, vous vous apprêtez à rencontrer le jury. Comme la conduite d’une séance d’activité physique et sportive, l’épreuve d’entretien avec le jury demande de la préparation. Quelles sont les questions posées ? Comment préparer son exposé ? Conseils clés… pour le « Jour J ».

1. Avant de passer à l’action : Connaître la nature de l’épreuve…

L’épreuve de conduite d’une séance d’activités physiques et sportives (préparation : 30 minutes ; durée de la séance : 30 minutes ; coefficient 2) suivie d’un entretien avec le jury (durée : 30 minutes, dont 5 minutes au plus d’exposé ; coefficient 1) constitue l’une des deux épreuves obligatoires d’admission des concours externe, interne et de 3ème voie d'éducateur territorial des actvités physiques et sportives.

L’entretien débute par une analyse, par le candidat, du déroulement de la séance qu’il vient de diriger et se poursuit par un exposé sur sa formation et son projet professionnel ou de son expérience professionnelle (interne, 3e concours) devant permettre au jury d’apprécier sa capacité à :

  • s’intégrer (en externe) dans l’environnement professionnel au sein duquel il est appelé à travailler, sa motivation et son aptitude à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois ;
  • s’intégrer (en interne et 3e concours) dans l’environnement professionnel, et son aptitude à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d'emplois et à l’encadrement.

Loin d’une conversation « à bâtons rompus » (cf. notes de cadrage des centres départementaux et interdépartementaux de gestion CDG et CIG organisateurs), il s’agit d’une épreuve pédagogique de mise en situation professionnelle. N’oubliez pas que le jury n’a pas le droit à l’erreur. Il doit choisir définitivement les candidats qui correspondent le mieux aux attentes et aux besoins des collectivités. Pas question pour lui de passer à côté du « bon candidat » ou pire d’en admettre un « mauvais » (qui devra être subi et géré).

2. Mais aussi… les attentes du jury !

Le jour J, vous aurez face à vous des élus locaux, des fonctionnaires territoriaux, des « personnalités qualifiées ». Un sous-jury de trois personnes peut, par exemple, être composé d’un directeur d’un service des sports, d’une adjointe au maire en charge du personnel, d’un conseiller des activités physiques et sportives (extraits des notes de cadrage). Cependant, compte tenu de la spécificité de cette épreuve, le jury a la faculté de s’adjoindre des examinateurs spécialisés : conseiller pédagogique de circonscription de l’Éducation nationale, conseiller territorial ou conseiller territorial principal des activités physiques et sportives par exemple.

Dans un premier temps, le jury vous demande un « retour » sur la séance d’activités que vous venez de diriger : « Ce qui a fonctionné ? » « Ce qui a posé difficulté(s), les incidents survenus… ? » en prenant en compte la dimension humaine, organisationnelle, technique…

Le deuxième temps est celui de votre exposé, puis dans un troisième temps, le jury vous pose des questions destinées à apprécier vos aptitudes à exercer les missions dévolues au cadre d’emplois des éducateurs territoriaux des APS. Sur ce dernier point, le bon candidat est celui qui est en mesure de proposer des solutions opérationnelles à des problèmes concrets et courants susceptibles de se poser à un éducateur territorial des APS : responsabilité et éthique professionnelle, encadrement et animation d’activités sportives, organisation et mises en œuvre de manifestations sportives, surveillance et sécurité des activités, accueil des publics, entre autres.

Pour attribuer la note, le jury adopte une grille d’entretien avec comme critères :

  • l’analyse de la séance ;
  • la qualité de l’exposé ;
  • la capacité à s’intégrer dans l’environnement professionnel ;
  • l’aptitude à exercer les missions et à encadrer ;
  • et, tout au long de l’entretien, la motivation, la posture professionnelle et le potentiel…

3. Se préparer, s’entraîner…

Comme l'admissibilité, l’épreuve d’admission, est une épreuve physique et mentale qu’il faut aborder dans un état d’esprit positif. S'approprier la "méthode" vous permettra de prendre confiance : comment construire rapidement un diagnostic pédagogique sur les options retenues durant la conduite de la séance d’activités, comment rendre compte de son projet/expérience professionnel(le), de sa motivation, de son potentiel et de ses compétences dans le temps imparti, comment répondre aux questions du jury …

Pendant l’épreuve, ni votre CV, ni aucun autre support ne sera autorisé. En revanche, vous disposez de la totalité du temps réglementaire (soit 30 minutes pour l’épreuve d’entretien avec le jury dont 10 pour l’analyse et 5 minutes d’exposé). A vous de savoir gérer ce temps pour « calibrer » au mieux les informations que vous souhaitez transmettre pour convaincre. Ensuite, vous allez devoir vous entraîner…

4. …Et persévérer !

Construire des séance d’activités, rédiger son exposé et répéter celui-ci, réviser et mettre à jour ses connaissances pour pouvoir répondre aux questions du jury, s’entraîner à l’oral en temps réel… comme une préparation avant une compétition sportive, vous entraîner va vous permettre de maîtriser l’exercice.

Pour répondre aux questions du jury, les textes ne prévoient ni sujet tiré au sort, ni temps de préparation, les questions posées par le jury appellent des réponses sans préparation, « en temps réel ». Le jury attend que vous lui démontriez que vous avez une perception pertinente des problématiques territoriales, les savoir-faire professionnels permettant d’y répondre, ainsi que des connaissances indispensables pour conduire les missions d’éducateurs territoriaux des APS tels que :

  • l’organisation sportive auprès des différents publics : scolaires, clubs, publics inorganisés ;
  • l’organisation des manifestations sportives et leur sécurité ;
  • les règles d’hygiène et de sécurité dans les équipements sportifs ;
  • la surveillance médicale et les assurances ;
  • le contexte sociologique de la pratique de l’encadrement des APS ;
  • le fonctionnement du groupe… mais aussi de la filière sportive (métiers, missions, positionnement des agents...) ;
  • le service public ;
  • décentralisation et déconcentration ;
  • les collectivités territoriales : leurs organes et leurs principales compétences ;
  • l’intercommunalité ;
  • les droits et obligations des fonctionnaires ;
  • les notions de base en matière de finances publiques locales ;
  • les moyens juridiques d’action des collectivités territoriales, la commande publique (marchés publics, partenariat public-privé…), etc.

Pour arriver préparé, pensez à vous entraîner avec un formateur, membre de jury aux concours. Un « joker » certes, mais important : cela vous permettra d’avoir un suivi rapproché et de demander des conseils en direct aux intervenants. Chaque point compte. Un lauréat sur 3 avait suivi une préparation au concours avant de se présenter et parmi eux, figuraient… les meilleurs !

5. Le jour J, soyez « bon »… professionnel !

Derniers ingrédients pour réussir votre épreuve : adoptez une posture professionnelle et une motivation qui montreront tout votre potentiel. Lors des dernières sessions, certains jurys déplorent avoir eu face à eux des candidats plutôt « entraîneurs ou encadrants » qu’éducateurs (Extraits du rapport du jury CDG33 - Session 2014). Les membres du jury se placent dans une position d’employeur : « s’il s’agissait d’un entretien de recrutement en vue de pourvoir un poste confié à un éducateur territorial  des APS, ce que dit ce candidat, sa manière de se comporter conduiraient-ils à l’engager ? ».

Pendant l’épreuve, le jury cherche à mieux percevoir votre engagement et votre envie de répondre au mieux aux attentes des décideurs et des usagers du service public. Il évalue les raisons qui vous poussent à être présent devant lui. Il cherche aussi à voir votre vision. Par exemple, il vous questionnera pour savoir si vous avez un intérêt pour le monde qui vous entoure, notamment pour l’évolution de l’administration territoriale et les questions touchant  l’actualité liée aux politiques sportives des collectivités territoriales, à leurs partenaires (le monde scolaire, les clubs sportifs ou professionnels, etc.). En étant ouvert d’esprit et dynamique, vous marquerez des points.

Et s’il reste un doute sur quoi que ce soit ? Avant qu’il ne soit trop tard, il ne faut pas hésiter à poser des questions sur les réseaux sociaux, sur les forums des sites Internet dédiés, mais aussi à d’autres candidats ou lauréats… afin de lever toutes incertitudes anxiogènes et contreproductives.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK