Fiche Métier

Educateur territorial des activités physiques et sportives

Educateur territorial des activités physiques et sportives

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Sportive

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Conditions d’accès :

  • Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie
  • Profession et conditions d'exercice réglementées

Plus communément appelé « animateur sportif », l'éducateur territorial des activités physiques et sportives (ETAPS) prépare, coordonne et met en œuvre la politique sportive au sein d'une collectivité locale. Foot, rugby, athlétisme, natation, danse…, ce professionnel du sport anime et encadre une ou plusieurs disciplines auprès de publics variés. Rencontre avec Florian Muzet, ETAPS pour le compte d’une ville de 65 000 habitants.

Un univers de travail varié

Commune, intercommunalité, Département ou Métropole, l’ETAPS a la possibilité de travailler dans différents types de structures territoriales. « Basé » au sein d’un équipement sportif (piscine, gymnase…), d'écoles, de clubs sportifs, de centres/bases de loisirs ou d’animation de quartier, ce professionnel territorial du sport dispose d’un vaste marché de l’emploi.  
Comme son homologue, le médiateur, dans le domaine de la culture, sa mission consiste à accompagner et à faciliter l’accès à la pratique d’activités sportives individuelles ou collectives auprès de jeunes, de familles ou de publics éloignés (personnes en situation de handicap, en perte d’autonomie ou d’insertion). « C’est un travail très enrichissant sur le plan humain. Pour ma part, j’interviens sur les activités en lien avec les arts martiaux. A ce titre, j’encadre des enfants à partir de 6 ans, des adolescents ou des adultes. Cette diversité me conduit à adapter mes méthodes d’apprentissage et mon approche des disciplines. Il faut savoir alterner découverte, transmission de savoirs et coaching sportif ».
Outre la diversité des cibles à accompagner, l’ETAPS peut être spécialisé dans une activité sportive ou polyvalent. Dans le cadre de projets ou de manifestations sportives, il peut aussi être amené à effectuer des déplacements.
Le rythme de travail de la profession est également fortement lié au rythme scolaire, et à une forte variabilité en fonction du cycle saisonnier été/hiver, avec des pics d'activité liés à l'organisation de manifestations sportives. Pour les activités dites « à risques », des conditions particulières d'exercices sont à remplir.

Un métier en pleine évolution

Loin d’être cantonné à la seule pratique du sport, l’ETAPS combine des activités administratives, d’encadrement, de surveillance, de bonne tenue des équipements et de structures (gymnase, piscine, stade…). Son rôle sera d’autant plus « fonctionnel » si la taille de la structure est importante.
Le développement de pratiques sportives individualisées et familiales associé à la recherche continue du bien-être (lutte contre le stress, entretien du corps, campagne de santé publique…), conduit les collectivités locales à adapter leur offre de service public en conséquence et, de ce fait, à recruter des professionnels pour les animer.
« La Ville dispose de plusieurs gymnases ainsi que d’un espace sportif dédié à la pratique des arts martiaux. Nous sommes deux ETAPS spécialisés dans ces disciplines pour assurer les cours sur l’ensemble du périmètre de la ville. D’autres collègues interviennent également, soit via des contrats de vacation, soit sur des postes à temps non-complet. Malgré la montée en puissance de l’offre sportive, il est difficile de trouver des postes pérennes et à temps plein pour certaines disciplines. Les collectivités développent également de nombreux partenariats entre elles, ce qui permet aux ETAPS de s’assurer des plages de travail plus importantes mais sur un périmètre élargi ».

Être ETAPS, c’est :

  • pratiquer une ou plusieurs activités sportives,
  • disposer d’une bonne condition physique,
  • adapter son intervention en fonction des publics, des niveaux et des capacités d’apprentissage et de faisabilité de l’activité,
  • garantir la sécurité des personnes et prendre des initiatives en cas d'urgence,
  • être rigoureux, organisé et autonome,
  • travailler avec des amplitudes horaires variables et découpées (week-end, soirée, vacances scolaires…),
  • faire le lien entre les différents services de la collectivité (technique, jeunesse, sport, manifestation/évènement…)

Comment devenir ETAPS ?

Au niveau national, 3 diplômes attestent de capacités à l’animation et à l’encadrement d’activités sportives. Les BE JEPS, DE JEPS et DES JEPS (Brevet, diplôme et diplôme supérieur d’état de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) conduisent, selon leur niveau, aux titres de moniteur, éducateur, professeur ou instructeur. Le terme générique restant celui d’éducateur sportif.
Pour être admis en BP JEPS (1 an de formation en moyenne), il est nécessaire d'avoir un titre PSC1 (prévention et secours civiques de niveau 1) et de réussir les épreuves de sélection (des dispenses sont possibles selon le parcours du candidat).
Le concours d'ETAPS (éducateur territorial des activités physiques et sportives) exige un diplôme sportif au moins de niveau bac (BPJEPS). La licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) s'avère un bon passeport pour ces emplois.
À noter : aucun prérequis scolaire n'est exigé pour passer les BPJEPS, DEJEPS ou DESJEPS, mais les candidats doivent passer des tests de sélection organisés par chaque organisme de formation.

Pour se spécialiser dans un sport en particulier, il existe les diplômes délivrés par les Fédérations Françaises de sport (Fédération Française de Voile (FFV), la Fédération Française de la montagne et de l’escalade (FFME) ou encore la Fédération Française du Ski (FFS). Toutefois, les diplômes délivrés par les fédérations n’ont aucune vocation professionnelle : ils autorisent uniquement à enseigner à titre bénévole au sein d’une collectivité. Pour devenir maître-nageur sauveteur, il est nécessaire de passer en premier le BEES option activités de la natation (BEESAN) puis le certificat d’aptitude à l’exercice de la profession de MNS (CAEPMNS).

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK