Actualité

Impressionner le jury à l’oral de l’examen professionnel de rédacteur principal de 2e classe

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Admissible à l’oral de l’examen professionnel de rédacteur principal de 2ème  classe (catégorie B), comment décrocher le précieux sésame ? Comment préparer sa présentation ? Et le jour J, quelle attitude avoir pour être certain de convaincre le jury ? Voici quelques « commandements » essentiels pour réussir à être sur la prochaine liste d’aptitude.

Se présenter avec de solides connaissances et un bon niveau de compréhension de son environnement professionnel

Quel que soit le type d’examen professionnel - de promotion interne ou d’avancement de grade - l’épreuve d’entretien est un temps d’échange (durée : 20 minutes) permettant au jury d’apprécier les connaissances, la motivation des candidats et leur aptitude à exercer les missions dévolues aux membres du cadre d’emplois de rédacteur (Décret n° 2012-924 du 30 juillet 2012 portant statut particulier du cadre d'emplois des rédacteurs territoriaux) et à encadrer une équipe. Cette épreuve joue un rôle encore plus important dans la réussite de l’examen professionnel de promotion interne au grade de rédacteur principal de 2e classe : affectée d’un coefficient 2, elle « pèse » deux fois plus que l’unique épreuve écrite d’admissibilité, affectée d’un coefficient 1.

Reste que, dans les deux cas, les candidats doivent avoir une solide connaissance des missions, des modes de désignation, des compétences, des moyens d’action (moyens normatifs : règlements, arrêtés…) et du fonctionnement des collectivités territoriales, de l’intercommunalité, de la fonction publique territoriale, des droits et obligations des fonctionnaires, et des notions générales sur les finances publiques locales (cf. extrait de la lettre de cadrage du CDG 69 – juillet 2017). Egalement, porter un intérêt certain aux questions d’actualité en lien avec ces domaines (cf. la place des citoyens dans la vie des collectivités territoriales ; la mise en œuvre du « pacte de sécurité » ; la réforme de la fiscalité locale ;  la mise en œuvre du protocole « parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR)…).

Savoir donner au jury de quoi déceler votre potentiel et vos aptitudes

Les membres de jury ont une seule commande : ils doivent choisir définitivement parmi les candidats qui ont réussi aux écrits, ceux qui correspondent le mieux aux attentes et aux besoins des employeurs publics. Le jury n’a donc pas le droit à l’erreur. Pas question pour lui de passer à côté du « bon candidat » ou pire admettre un « mauvais » (qui devra être subi et géré). Il va donc évaluer, d’une part, votre potentiel à être promu ou à prendre un grade plus important ; d’autre part, vos aptitudes : management et coordination de projet et/ou de service.

Concrètement, il testera vos connaissances avec, notamment, des questions théoriques « de cours » (exemple : « les réseaux sociaux et leurs usages »), permettant d’évaluer vos connaissances administratives, des questions plus transversales sur l’environnement territorial, mais aussi des « mises en situation professionnelle ». Exemples : « (un grand classique) Vous êtes le responsable chargé de l’accueil de la mairie, une violente altercation oppose deux agents du service en présence d’un administré, comment réagissez-vous ? » ou encore : « La généralisation du contrat, est-ce la mort du statut ? »

Pour vous, il faut donc imaginer qu’il s’agit d’un entretien de recrutement en vue de pourvoir un poste de responsabilité confié à un rédacteur principal de 2e classe. Comment vous présenteriez-vous ? Comment vous conduiriez-vous pour convaincre le jury de vous engager ? 

Pour vous mettre en condition, travaillez votre présentation en commençant par faire une « introspection professionnelle ». Au delà de la rédaction ou de la mise à jour de votre curriculum vitae (CV), posez, par écrit, vos compétences / savoirs-faire, vos connaissances, vos expériences ou activités extra-professionnelles (associations…), les formations que vous avez suivies et votre projet professionnel (service envisagé, collectivité ou établissement visé...). Ensuite, structurez votre présentation (avec une annonce de plan, etc.).

Gardez à l’esprit que le terme de l’exposé vous appartient totalement. Vous pouvez influer sur la suite de l’entretien en semant dans votre exposé des « petits cailloux », c’est-à-dire une expression ou une notion que vous utilisez parce que vous souhaitez que les membres aillent sur un terrain que vous connaissez et qui vous permet de vous valoriser. Le jury les ramassera peut-être. Par exemple : dans votre exposé, vous parlerez de « conduite de projet » afin d’emmener le jury sur votre sujet de prédilection.

Susciter l’envie de mieux vous connaître

Le jour J, vous avez 20 minutes pour convaincre. Selon un déroulé bien précis : exposé (5 minutes) et réponses aux questions du jury (15 minutes). Vous avez donc 5 minutes « maximum » pour exposer votre formation, votre projet professionnel ou vos acquis de l’expérience. Facilitez la vie du jury : soyez clair dans votre présentation. N’hésitez pas à faire une annonce des points présentés et… suivez votre plan.

L’exposé est une partie de l’épreuve orale qui apparaît rassurante pour la plupart des candidats estimant qu’il suffit de l’apprendre par cœur et de la réciter. C’est faux. Une présentation trop neutre / trop « bachotée » ne vous attirera pas les faveurs du jury. Il est indispensable que les membres du jury comprennent ce que vous éprouvez, vos envies, votre positionnement et votre engagement dans ce que vous faites et ce que vous avez envie de poursuivre en cherchant à prendre plus de responsabilités au sein de la Territoriale. Aujourd’hui et dans les années à venir.

Mieux vous connaître. C’est un des points essentiels de cette phase de l’examen. Pour faire son choix, le jury va chercher à en savoir plus sur vous. Comment ? En posant des questions relatives à votre expérience, votre motivation. Le jury pourra vous demander : « Selon vous, qu’est ce qu’un bon chef de service ? Pourquoi avez-vous choisi la FPT et non la fonction publique d’Etat ? ... ». Des questions simples en apparence mais en apparence seulement. Ce qui compte ici, ce n’est pas de donner des réponses standardisées qu’il suffirait d’apprendre par cœur, ou pire inventées, mais des réponses sincères. Vous pouvez en amont réaliser une fiche récapitulative de votre présentation que vous pourrez consulter en attendant d’entrer. Mais il n’est pas question, bien entendu, d’apporter cette fiche dans la salle du concours et de la lire.

Vous devez maîtriser votre intervention, sur la forme et le fond… mais aussi dans le temps. Un exposé trop long sera pénalisé, le jury vous interrompra au terme des 5 minutes et considérera, de fait, que celui est inachevé ; un exposé excessivement court sera aussi sanctionné. Il est donc important de préparer votre intervention et de vous « minuter ».

Se mettre dans la peau du futur professionnel que vous serez !

Ensuite, vient le temps de répondre aux questions du jury. Les textes ne prévoyant ni sujet tiré au sort, ni temps de préparation, les questions posées par le jury appellent des réponses sans préparation, « en temps réel ». Le jury attend que vous lui démontriez que vous avez une perception pertinente des problématiques territoriales, les savoir-faire professionnels permettant d’y répondre, ainsi que des connaissances indispensables pour conduire les missions d’un rédacteur principal de 2e classe.

Pour mettre toutes vos chances de côté, n’hésitez pas à illustrer au mieux vos réponses. Des exemples que vous pourrez trouver en approfondissant vos connaissances de l'actualité, via la lecture de la presse spécialisée.

Face à l’évolution de l’administration territoriale, la Territoriale est à la recherche de managers disposant des qualités telles que le dynamisme, la curiosité intellectuelle et l’ouverture d’esprit. Un « bon » rédacteur principal de 2e classe doit savoir répondre au mieux aux attentes des autres décideurs, des agents qu’il encadrera et des usagers du service public. Le jury testera donc aussi, tout au long de l’entretien, votre savoir-être : Avez-vous une juste perception des exigences du grade ? Quelle est votre motivation ? Votre goût pour la chose publique, le sens des relations humaines ? Savez-vous motiver une équipe ? Prendre du recul ? Quelle est votre sens de la communication ?...

Exemple de question possible : « Lors de vos prises de fonctions, quelles sont vos premières actions ? ». 

Mettre toutes ses chances de son côté grâce à une préparation intensive

Enfin, le jury attend que vous soyez capable de ne pas vous perdre dans les détails, de distinguer l'essentiel de l'accessoire afin de bien gérer votre temps. Préparez-vous avec des exercices. Il est important de connaître la réalité de l’épreuve pour ne pas être surpris ou décontenancé le jour J. Vous pouvez suivre une formation en communication orale. Des organismes proposent également des oraux fictifs (cf. Carrières Publiques : "entraînement à l'oral"). Pas de centre de formation ? Vous pouvez vous organiser des entraînements avec des amis ou d’autres préparants, en recourant à des enregistrements, avec ou sans webcam, pour observer votre comportement… Faites le point régulièrement sur les progrès que vous avez réalisés. Cela participera à développer votre confiance en vous.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

Inscrivez-vous à la newsletter Carrières Publiques !

Merci de renseigner votre e-mail

Merci, nous vous confirmons votre inscription à la newsletter Carrières publiques.

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×