Fiche Métier

Animateur nature et cuisine

Animateur nature et cuisine

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Animation

lien externe vers facebooklien externe twitterlien externe vers Google+
lien externe imprimerlien externe envoi par email

Conditions d’accès :

Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie

Favoriser les échanges et les interactions par le biais d’ateliers nature et cuisine

L’animateur nature et cuisine est un nouveau métier qui se développe dans les collectivités territoriales. En lien avec les projets de développement durable des territoires et des politiques de santé publique gravitant autour de la thématique du « Bien manger, c’est bien vivre », cette activité « s’affirme » dans la sphère publique. L’animateur nature et cuisine intervient auprès de publics variés en vue de sensibiliser aux bonnes pratiques alimentaires, valoriser les produits du terroir tout en générant de l’interaction et du lien social. Rencontre avec Jonas Colin, animateur nature et cuisine pour le compte d’une Communauté d’agglomération.

Intervenir auprès de publics variés

L’animateur nature et cuisine organise une dynamique de groupe via l'animation d'ateliers de cuisine mais également de jardinage. Sa mission consiste - en premier lieu - à créer du lien entre les participants tout en développant leur épanouissement. En second lieu, elle permet d’appréhender l’alimentation dans toutes ses dimensions : nutritionnelle, conviviale, sensorielle, gastronomique, technique culinaire, agricole et agro-alimentaire, développement durable… En somme, les ateliers cuisine et jardin sont des outils d’animation idéaux pour tous les publics quel que soit l’âge des participants.
"J’ai toujours travaillé dans l’animation. A ce titre, j’ai réalisé une grande partie de ma carrière en centre de loisirs auprès des enfants. Je connais donc bien ce public et ses centres d’intérêts ainsi que la manière de le captiver. Puis, j’ai eu l’opportunité de pouvoir diversifier mon champ d’actions grâce à l’ouverture d’un poste d’animateur nature et cuisine dans ma collectivité. Au-delà de l’animation, j’ai une sensibilité certaine pour la cuisine et pour toutes les thématiques qui gravitent autour du « bien manger », du « fait-maison » ainsi que des démarches de production raisonnée et qualitative. Les messages que je fais passer lors des ateliers que j’anime, font partie intégrante de ma philosophie de vie.
Au quotidien, cela se traduit par de nombreux partenariats avec les établissements scolaires, les centres de loisirs, les maisons de la jeunesse et de la culture, les centres communaux d’action sociale, les établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes… mais également des stands d’animation à l’occasion d’événements locaux. Par ce biais, je rencontre des publics très hétéroclites (enfants, adolescents, familles, seniors, personnes en situation de handicap, touristes…) auxquels je dois adapter mon discours et mon contenu."

Monter des partenariats pour valoriser les acteurs du territoire

Au-delà de l’animation, ce professionnel doit être à même de monter des projets, de générer des partenariats et de proposer un « catalogue de prestations » étoffé répondant aux besoins des participants. Pour cela, il est important d’être rigoureux, méthodique et de connaître les acteurs du territoire. Une analyse fine des différents types de public, de leurs habitudes et de leurs contraintes est également indispensable.
« Je développe mon offre de service en lien avec plusieurs partenaires pour donner du sens à l’action. Je réfléchis tout d’abord aux thématiques que je souhaite mettre en place puis je monte le projet de A à Z de la conception au financement en passant par l’organisation et la mise en place. Pour se renouveler et proposer un panel d’activités variées, j’opte, de mon côté, pour le partenariat avec d’autres acteurs du territoire : établissements scolaires, centre de loisirs, musées, centres culturels, chambres consulaires, agriculteurs, commerçants, nutritionnistes, centres d’apprentissage, restaurants, EHPAD… les pistes de travail ne manquent pas !
Le choix des produits permet de mettre l’accent sur différents aspects : l’intérêt nutritionnel d’une famille d’aliments, les démarches de production particulières (le bio, les AOP, les circuits-courts…), les déclinaisons possibles en recette de cuisine… Je propose souvent la découverte d’une activité connexe à la cuisine telle que la visite de ferme, la rencontre avec un artisan des métiers de bouche, la pratique du jardinage, du recyclage et du compostage des déchets alimentaires… Ces immersions renforcent les connaissances des participants sur les produits bruts, leurs modes de production et leurs qualités nutritives tout en abordant des questions de développement durable. C’est aussi l’occasion de valoriser le territoire et ses acteurs sous une autre forme. En arrière-plan, l’objectif est de sensibiliser les publics et de les inviter à faire évoluer leurs habitudes alimentaires et de consommation ».


Animateur nature et cuisine, c’est :

  • connaître les enjeux de l’équilibre nutritionnel,
  • maîtriser les règles d’hygiène alimentaire,
  • pratiquer un mode de culture simple à mettre en œuvre et productif,
  • faciliter les échanges, générer du lien social,
  • construire une démarche coopérative de projet,
  • développer des partenariats,
  • mettre en valeur les acteurs et les produits locaux,
  • organiser des activités et des ateliers variés et adaptés,
  • disposer d’un sens de l’écoute et d’une aisance relationnelle,
  • avoir une bonne élocution et une capacité d’animation,
  • faire preuve d’autonomie dans l’organisation du travail,
  • apprécier le travail en équipe.

Accès à la profession

Plusieurs diplômes peuvent être envisagés pour accéder à la profession :

  • niveau BEP : brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien (BAPATT).
  • niveau bac : brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport prépare au métier d'animateur dans une spécialité.
  • niveau Bac + 2 : diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et des sports (DEJEPS) et diplôme d'Etat supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (DESJEPS).
  • Le DUT carrières sociales option animation socioculturelle (AS) ou gestion urbaine (GU) se prépare en 2 ans dans un IUT (institut universitaire de technologie). Pour y accéder, il faut être titulaire du baccalauréat.
  • niveau bac + 3 : licences professionnelles aux métiers de l'animation sportive, culturelle, sociale, scientifique et technique...

La fonction publique représente un employeur important des animateurs : un animateur sur deux est employé par les collectivités locales qui recrutent ces professionnels à tous les niveaux de qualification. De nombreux départs à la retraite sont également prévus dans les années à venir.
L’accès à la profession passe alors par la réussite d’un concours ou sous la forme contractuelle.
 

40 métiers qui recrutent dans la fonction publique

Merci de renseigner votre e-mail

Un email vient de vous être envoyé avec le lien de téléchargement du livre blanc.
Bonne lecture !

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×