Fiche Métier

Conseiller en économie sociale et familiale (CESF)

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Sociale

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Accompagner l'usager dans ses difficultés quotidiennes

 

Un(e) conseiller(ère) en économie sociale et familiale (CESF) aide les individus et les familles à retrouver une autonomie et un équilibre de vie. Son principal objectif est notamment de leur apprendre à gérer leur budget en vue de limiter les risques d'exclusion sociale. Son champ d'action s'articule principalement autour de quatre grands domaines de la vie quotidienne : santé-alimentation, habitat, habillement, budget-consommation.

Un métier très présent dans de nombreuses structures publiques et parapubliques

Dans le secteur public, les CESF occupent des postes dans les services d'action sociale des collectivités territoriales (CCAS, services sociaux des communes et des conseils généraux), les offices d'HLM, les centres hospitaliers...

Les entreprises publiques et semi-publiques comme EDF ou la SNCF..., les caisses d'allocations familiales et de la Sécurité sociale recrutent également des CESF.

Mais si la majorité des postes se trouve être dans le secteur privé, les collectivités territoriales sont aujourd'hui très demandeuses de ces profils, étant très investies, de par leurs missions, dans le secteur social.

Les CESF accompagnent donc des publics très variés : bénéficiaires du RSA, personnes âgées, handicapées, jeunes, familles, femmes isolées, migrants, gens du voyage, salariés...

Le budget : un outil pour préserver le lien social

Sur rendez-vous, lors de permanences ou lors de visites à domicile, les CESF reçoivent des usagers rencontrant des problèmes financiers. Ces difficultés peuvent être liées à une mauvaise gestion de leurs revenus, à l'accumulation de dettes ou à un surendettement ou à un changement familial ou professionnel (séparation, perte d'emploi, maladie...).

Tout d'abord, les CESF établissent un diagnostic de chaque situation : calcul des revenus mensuels, des charges courantes (électricité, gaz, télé, assurance, taxe d'habitation...), des dettes et des crédits prélevés. Vient ensuite la phase de conseils pour tenter d'équilibrer le tout. L'objectif est de leur donner des astuces et des méthodes pour les aider à mieux organiser leur budget : comparer les prix avant d'acheter, anticiper les dépenses, ouvrir et classer son courrier...

Cet accompagnement peut être d'ordre administratif mais également « physique » lors de rendez-vous avec les institutions bancaires ou judiciaires. Les CESF peuvent notamment intervenir auprès des créanciers dans les cas de factures impayées afin d'obtenir des délais de paiement et un échéancier de remboursements. Dans ce cas-là, ces professionnels apparaissent comme des « médiateurs » entre les administrations, les institutions bancaires, les créanciers (huissiers...) et l'usager.

La mise en place d'activités variées

Toujours dans une perspective d'éducation et en parallèle des prises en charge individuelles, les CESF peuvent également mettre en place des rencontres thématiques telles que des ateliers - couture, bricolage, cuisine, entretien de l'habitat, ameublement... - et des réunions d'information pour échanger sur la manière de consommer.

Différents intervenants (banque, partenaires sociaux, associations de consommateurs...) participent à ces échanges. Chacun explique les procédures à suivre dans son domaine et conseille les usagers dans leurs démarches. L'objectif à long terme étant que le public devienne « averti ».

Ses différentes activités permettent aux CESF de collaborer avec de nombreux partenaires : élus locaux, associations, entreprises... et autres travailleurs sociaux. Dans les collectivités locales, les CESF travaillent en étroite collaboration avec les assistants socio-éducatifs. Ils évoquent les situations qu'ils suivent en commun, confrontent les informations, et définissent les urgences.

Une formation en deux temps

Un seul diplôme est reconnu pour exercer ce métier : le diplôme d'État de conseiller en économie sociale et familiale. Après deux ans en BTS Économie sociale et familiale, cette 3e année de spécialisation conclut la formation (reconnue Bac + 2).

Dans la fonction publique territoriale, le concours sur titre requis est celui d'assistant socio-éducatif territorial, spécialité conseil en économie sociale et familiale (catégorie B), et dans la fonction publique hospitalière celui de conseiller en économie sociale et familiale.

Les CESF peuvent évoluer vers des fonctions de responsable en suivant des formations préparatoires aux postes de cadres : diplôme d'État ingénierie sociale (DEIS), certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsabilité d'unité d'intervention sociale (CAFERUIS), certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale (CAFDES)...

Après quelques années d'expérience, les CESF peuvent également se présenter aux concours internes de directeur d'établissement social, de directeur d'établissement sanitaire et social, de conseiller territorial socio-éducatif.

Autre possibilité : préparer le diplôme d'État médiateur familial.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK