Fiche Métier

Coordinateur(trice) en Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

Fonction Publique Territoriale

Catégorie B

Filière Sociale, Filière Médico-social

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

 

Un interlocuteur privilégié au sein de l'équipe pluridisciplinaire

Au sein des MDPH, les coordinateurs ont en charge l'élaboration du plan personnalisé de compensation du handicap (PCH). Véritable relais entre les différents intervenants (instructeur de dossiers, médecin, référent, partenaires institutionnels, associations, familles...), ces agents territoriaux recrutés par les départements  «coordonnent» l'ensemble des démarches entreprises par les usagers.

La MDPH : un dispositif original imposé par la loi du 11 février 2005

En 2006, chaque département s'est vu dans l'obligation de mettre en place une MDPH suite à la parution de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005. Cette structure offre un accès unique et unifié aux droits et aux prestations prévus pour les personnes handicapées. Elle regroupe l'ensemble de l'équipe pluridisciplinaire. Son rôle est d'accueillir, d'instruire les demandes et d'évaluer les besoins de l'usager.

Aux côtés des personnels - administratifs et médicaux -, les coordinateurs MDPH interviennent sur l'aspect social dans la prise en charge des dossiers offrant ainsi aux personnes handicapées une prestation globale.

Elles favorisent une approche complète des situations individuelles en vue de l'accès aux droits, de l'élaboration du projet de vie et de l'insertion professionnelle.

Les coordinateurs MDPH sont pour la plupart issus de formations sociales, mais le poste est très différent de celui d'un travailleur social de secteur. Sur le profil du handicap, elles sont plus tournées sur l'évaluation que sur le suivi de la personne.

Ces professionnels établissent, au regard du handicap, la situation de la personne tout en prenant en compte les éléments de son environnement familial, social et professionnel. On parle alors de «plan personnalisé de compensation». La prestation qui va être attribuée à la personne handicapée ou à sa famillevise à financer un certain nombre de dépenses liées aux conséquences du handicap et ce pour favoriser le maintien à domicile.

 

  •  L'élaboration du plan personnalisé de compensation du handicap (PPC)

Une fois le dossier administratif instruit, un médecin de la MDPH s'assure que la personne remplit les conditions médicales d'obtention de la prestation de compensation du handicap (PCH).

Dès lors que l'usager peut y prétendre, le coordinateur fixe un rendez-vous avec le demandeur. Une visite à domicile permet d'évaluer les besoins de la personne dans son environnement et d'établir un plan personnalisé de compensation prenant en compte son projet de vie. Dans certains cas, des associations (APF, FIDEV, CAL PACT...) peuvent être missionnées pour apporter un avis technique. Elles permettent ainsi un accompagnement dans le choix du matériel en fonction des besoins requis.

Une fois le plan construit, il est proposé et discuté avec la personne handicapée. Chaque donnée est saisie informatiquement par le coordinateur qui quantifie les aides à partir de barèmes préétablis.

Le PPC est soumis à la décision de la CDAPH[1] et, si besoin, au fonds départemental[2] de compensation. Le coordinateur doit ensuite s'assurer de la mise en œuvre du plan d'aide.

A noter que le PPCH peut être modifié, réajusté à tout moment en fonction de l'évolution de la situation de la personne. Il peut être également mis en place en plusieurs étapes. L'aide humaine souvent plus « urgente » est dans la plupart des cas, traitée initialement.

Le coordinateur en MDPH épaule la personne pendant l'instruction de la demande et après décision de la CDAPH. Elle est souvent un référent voire un médiateur auprès des familles.

Etant donné qu'ils ont la connaissance du terrain et suivent les dossiers dans leur globalité, les coordinateurs sont des interlocuteurs privilégiés à la fois pour les usagers et leurs familles mais également pour les professionnels internes et externes (ANPE, AGIH, CAP/emploi, collectivités territoriales, réseaux de santé, Education nationale...). Relais identifié au sein de la MDPH, ces agents sont amenés à répondre à diverses questions ou à réorienter le public vers les bonnes personnes.

Depuis 2006, début de leur mission, les coordinateurs ont «harmonisé» leur procédure d'intervention et leurs outils de travail. Force de propositions, ils sont en constante adaptation face à la mise en place de cette nouvelle loi et la diversité de leurs dossiers. Au quotidien, ils rencontrent les personnes handicapées et les conseillent dans leur démarche. En s'appuyant sur l'existant et sur les relais déjà en place, ils veillent à pallier un manque ou à réorienter vers le bon organisme.

Un métier qui s'inscrit dans la déontologie du travailleur social

Dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions, les coordinateurs MDPH sont soumis  aux règles d'éthique ainsi qu'au respect du secret professionnel vis-à-vis des situations personnelles qu'ils rencontrent.

Les MDPH relevant des départements, les coordinateurs MDPH travaillent essentiellement pour les conseils généraux. Ils appartiennent au cadre d'emplois des assistants territoriaux socio-éducatifs (catégorie B) dans la FPT et au corps des assistants de service social à l'Etat. Les femmes sont majoritairement représentées sur ce type de poste.

Pour exercer en tant que travailleur social,  il est en premier lieu obligatoire d'être titulaire d'un des diplômes d'État : assistant de service social, éducateur spécialisé ou conseiller en économie sociale et familiale. L'accès à ce métier peut se faire via le concours d'assistant socio-éducatif. Retrouvez également toutes les préparations aux concours de la filière médico-social.

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK