Fiche Métier

Responsable de musée

Responsable de musée

Fonction Publique Territoriale

Catégorie A, Catégorie B

Filière Culturelle

lien externe vers facebook lien externe twitter lien externe vers Google+
lien externe imprimer lien externe envoi par email

Conditions d’accès :

  • Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d'intégration en fonction du cadre d'emplois, concours troisième voie



Au cœur de la préservation du patrimoine, le responsable de musée participe, à l’échelle de l’établissement qu’il dirige, à la conservation et à la mise en valeur des collections dont il a la responsabilité. Métier culturel, c’est aussi une profession où les relations publiques et la communication ont toute leur importance. Rencontre avec Claire Lombardi, responsable de musée pour le compte d’une collectivité locale.

Préserver et enrichir les collections existantes

En premier lieu, le responsable de musée veille à la sauvegarde du patrimoine de sa structure culturelle. Pour cela, il attache une attention particulière à la préservation des collections. « Je m’appuie sur l’expérience de mon équipe et, pour certains besoins, je m’adresse à des experts. La restauration de toile est notamment une spécialité bien particulière si l’on ne veut pas dénaturer la pièce originale. Dans un musée, le « bon état » des collections est un aléa que l’on a constamment à l’esprit, que ce soit lors d’exposition ou lors du stockage en réserve. Une rotation s’applique par exemple entre les objets, les costumes, les iconographies…  pour que les « méfaits » de la lumière, des températures, des « tensions » d’exposition ne puissent pas abîmer les pièces exposées. Les agents qui les manipulent, agissent avec précaution et minutie. Des opérations de nettoyage et de restauration sont programmées tout au long de l’année ».
En parallèle de ces actions, le responsable de musée contribue à l’enrichissement des collections. Selon le budget qui lui est alloué, cette activité et plus ou moins développée.
« A mon niveau, l’enrichissement des collections s’opère beaucoup par legs de particuliers, d’autres collectivités locales ou de structures privées. Récemment, nous avons lancé une action d’achat participatif qui a rencontré un vif succès. Les budgets étant contraints, toutes les nouvelles options sont étudiées ! ».

Développer une offre culturelle attractive

Au-delà du travail quotidien, ce professionnel a en charge de « vendre » l’offre culturelle proposée par le musée afin de générer un maximum d’entrées et de valoriser le patrimoine du territoire sur lequel il agit. « Dans ce cadre, je travaille en étroite collaboration avec les différents partenaires du territoire pour mettre en avant les collections et les atouts locaux. Actuellement, face à une forte concurrence territoriale, il est important de penser l’offre touristique dans sa globalité en favorisant des itinéraires et des parcours découverte intra-entités locales. Renouveler régulièrement les expositions, diversifier l’offre, prendre en compte les nouveaux médias, interagir avec le public, adapter les formats selon les cibles… tout est pris en compte pour « coller » aux attentes du public et faciliter son adhésion ».

Relations presse, réseaux sociaux, événementiels… en vrai communicant, le responsable de musée doit aussi user de son réseau pour attirer les visiteurs et assoir l’image de son musée.

Côté aptitudes

Être responsable de musée, c’est :

  • disposer d’une formation supérieure en Histoire, voire en histoire de l’art,
  • être passionné par le patrimoine,
  • diriger une équipe, organiser les missions et traduire des priorités,
  • maîtriser les différentes techniques et les processus de conservation et de restauration des collections,
  • travailler avec des partenaires des domaines culturel, éducatif, social, touristique…
  • promouvoir les actions culturelles,
  • animer des opérations de communication et des relations presse,
  • conduire des projets de développement touristique et économique,
  • mobiliser des compétences managériales et logistiques,
  • proposer et conseiller,
  • disposer d’une aisance relationnelle et rédactionnelle,
  • avoir un esprit d’analyse, de synthèse et d’anticipation,
  • animer des conférences,
  • écrire dans des revues scientifiques (pour les conservateurs).

Accès à la profession

Pour devenir responsable de musée, la base de la formation est une licence en Histoire, en Histoire de l’art ou Histoire de l’art et archéologie. Le niveau bac+3 permet le passage de concours mais en règle générale, les candidats poursuivent jusqu’au niveau bac+5 avec des masters spécialisés « conservation du patrimoine » ou en passant le diplôme de l’Ecole du Louvre. Le concours le plus prisé, pour les conservateurs du patrimoine, reste celui de l’INP (Institut National du Patrimoine). Il est difficile à obtenir car il y a de nombreux postulants pour peu de postes. Une fois reçus, les lauréats suivent une formation rémunérée de 18 mois. En contrepartie de l’accession à un poste, ils s’engagent à exercer le métier de Conservateur du patrimoine au service de l’Etat ou d’une collectivité pendant 10 ans.

D’autres concours à grade inférieur existent dans la FPT, tels que ceux d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques (catégorie B) et attaché de conservation (catégorie A).
 
 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

40 métiers qui recrutent dans la fonction publique

Merci de renseigner votre e-mail

Un email vient de vous être envoyé avec le lien de téléchargement du livre blanc.
Bonne lecture !

Une erreur est survenue veuillez réessayer ultérieurement

×